Dépression post-Mourinho : comment les fans de Chelsea ont réagi à l'éviction de José
Main photo by PA Images. All others by the author.

FYI.

This story is over 5 years old.

Sports

Dépression post-Mourinho : comment les fans de Chelsea ont réagi à l'éviction de José

On est allés au stade pour rencontrer les fans des Blues, deux jours après le limogeage du technicien portugais.
22.12.15

Quand une équipe, bloquée à la seizième place de la Premier League, marque deux buts en seulement 13 minutes, on s'attend à une explosion de joie. Mais pas à Stamford Bridge samedi dernier. « Où étiez-vous quand on était dans la merde », a hurlé la tribune Matthew Harding après le deuxième but de Pedro. Ils ont posé la même question à la 50e quand Oscar a marqué le troisième, contents de gagner enfin un match, mais furieux que ça ait pris autant de temps et que ça se soit fait sans José Mourinho.

Publicité

Beaucoup pensent que Mourinho s'est fait évincer parce qu'il a perdu le soutien du vestiaire, mais qui en est responsable ? L'entraîneur ou les joueurs ? La plupart des fans à qui on a parlé à la sortie du métro de Fulham Broadway considèrent les hommes sur le terrain tout aussi responsables. Trois noms en particulier ressortent : Cesc Fabregas, Diego Costa et Eden Hazard. « Fabregas a été horrible. Hazard est un joueur incroyable, mais il n'essaie même pas, et Costa, il n'est juste pas professionnel », nous a dit Charlie Chad, dont les sentiments ont fait écho chez beaucoup d'autres fans se rendant au stade. Même les supporters de l'adversaire du jour, Sunderland, étaient d'accord. Alex Ersoz, qui pense aussi que Mourinho méritait plus de temps, expliquait que « Hazard et Costa sont les plus à blâmer. Contre Leicester lundi, Hazard a juste erré sur le terrain après sa blessure. Il y a plein de connards dans le club. »

Les vendeurs de calendriers doivent vraiment avoir la rage.

Sur le terrain, avant le match, l'annonce des équipes s'est transformée en vrai concours de popularité. Fabregas et Costa se sont faits huer. Matic s'est fait applaudir plus discrètement que d'habitude et Willian et Terry ont été fortement applaudis. Hazard a échappé à la sanction grâce à sa blessure, sinon ceux qui étaient fans du joueur la saison dernière l'auraient probablement conspué aussi. À la 22e minute, Costa s'est jeté dans la surface dans l'espoir d'obtenir un penalty. Les deux camps de supporters se sont levés comme un seul homme pour lui dire de se relever.

Pourtant, la critique des fans ne fait pas l'unanimité. Beaucoup pensent que c'est leur boulot de supporter les joueurs quoi qu'il arrive. Lorsque Fabregas puis Costa ont été remplacés, au milieu des sifflets, la moitié de la tribune s'est levée pour leur faire une standing ovation et on a entendu quelques chants pour Diego alors que le favori des fans de l'année dernière, l'homme surnommé affectueusement « le gouverneur » (« the guv'nor »), boudait.

Publicité

Un homme à l'extérieur de l'arène a même osé critiquer le bienheureux José. « Les gens à l'intérieur vont chanter son nom, mais lui, il est arrogant », nous dit un vendeur de produits dérivés. Il a eu raison pour la première partie. Le nom de l'ex-boss a été célébré au début du match et après chaque but. Les bannières « Special One » et « One of Us » pendaient toujours des tribunes Shed et Matthew Harding.

La bannière "One of us" trônait toujours samedi pour la rencontre face à Sunderland.

Par contre, pour les loyalistes de José, une femme pose problème et empêche de mythifier le Portugais déchu de son trône. Eva Carneiro a été destituée de son poste de médecin du club après que Mourinho s'est opposé au fait qu'elle descende sur le terrain pour s'occuper d'Eden Hazard blessé contre Swansea. Les caméras de Sky Sports, situées au bord du terrain, semblent montrer Jose Mourinho la traiter de « hija de puta » ce qui se traduit par « fille de pute » ou « salope comme ta mère ». « J'ai des amis au club et la façon dont il a traité cette femme n'était pas correct », explique un vendeur d'écharpes. C'est un point de vue que même les plus fidèles fans de Mourinho auront du mal à contredire.

Sur les forums, l'imagination des gens en manque de libido s'est démultipliée au sujet d'Eva. Un des internautes a observé qu'elle était assise à côté de Hazard lors de la parade de l'équipe en bus à toit ouvert, en mai dernier, et a suggéré qu'ils avaient une aventure. Les deux sont mariés et cette idée, un brin osée, a été tournée en dérision par la plupart des autres utilisateurs du forum. « Le chauffeur du bus ne s'est jamais levé de son fauteuil non plus. Faites-en ce que vous voulez », plaisante l'un d'eux.

Publicité

De retour à Stamford Bridge, Sunderland a marqué un but à la 53ème minute et l'inspiration a changé de camp. S'ils avaient saisi leur chance à ce moment-là, Chelsea aurait été en grand danger. À domicile. Contre Sunderland. Les saisons passées cela aurait été impensable, mais samedi, les fans des deux camps considéraient ce scénario comme possible.

Inussa Djalo, fan de Chelsea, soutient qu'il faut huer les joueurs.

Grâce à la classe infaillible de Thibaut Courtois et à la maladresse du vieux Jermain Defoe, le match s'est conclu sur une victoire de Chelsea (3-1). Alors que « Blue is the Colour » retentissait, le gardien et les défenseurs ont salué les fans alors que les attaquants ont rejoint directement les vestiaires. Ivanovic a jété son maillot dans le public, montrant ainsi pourquoi, malgré sa piètre forme du moment, les fans ne lui ont pas tourné le dos. Les supporters préféreront toujours un joueur en méforme plein de bonne volonté, plutôt qu'une superstar qui se donne à peine. Comme le disait l'un des supporters : « Si tu essayais volontairement de faire perdre l'équipe, tu ne jouerais pas aussi mal qu'Ivanovic joue en ce moment : ce serait trop évident. »

S'il fallait résumer en un mot l'humeur des fans samedi, « confusion » serait parfait. Les fans de football en général, et ceux de Chelsea en particulier, sont fiers de leur loyauté. Mais loyauté envers qui ? L'équipe ? L'entraîneur ? Le club ? Idéalement ça devrait être un ensemble, mais samedi les fans de Chelsea ont été forcés de choisir.

Bien sûr ils sont déjà passés par là, quand Mourinho est parti pour la première fois en 2007 et plus tard quand Roberto Di Matteo s'est fait remplacer par Rafa Benitez en 2012. Pendant un moment, quand l'impopulaire Benitez était sur le banc, il y avait une minute d'applaudissement toutes les 16 minutes, en l'honneur de Di Matteo et de son ancien numéro de maillot. Ça a duré une demi-saison avant que ça ne disparaisse progressivement. Les fans sont passés à autre chose et ils le feront encore. Comme l'a dit quelqu'un aux urinoirs pendant la mi-temps : « The show must go on. »

@joeloyo