FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

QUELQUES QUESTIONS À DEATHHAMMER

18.10.10

Deathhammer est l'un des meilleurs groupes de thrash metal. Et pas seulement du moment : c'est un des meilleurs groupes de tous les temps. On a récemment chroniqué leur dernier album, Phantom Knights, et ils seront à Londres dans une semaine pour jouer au festival Live Evil et faire un warm-up au Catch. J'ai contacté la moitié du groupe, Sadomancer, pour l'interviewer. En réalité, je lui ai envoyé des questions il y a plus de deux mois et il vient tout juste de me répondre - mais ça valait largement le coup d'attendre.

Vice : Quels groupes as-tu envie de voir jouer au festival Live Evil ?

Publicité

Sadomancer : Je me réjouis à l'idée de me faire matraquer par Körgull The Exterminator, parce que c'est probablement le groupe underground récent que je préfère. Leur album Dogs of War est, par essence, du pur metal. J'ai aussi très envie de voir Ghost et Vulcano.

Ce sont vos premiers concerts à Londres. À quoi doit s'attendre le public ?

Rien d'autre que la destruction totale ! Je suis passé de la batterie à la guitare parce que j'en avais marre, c'est Kick de Nekromantheon qui me remplace, et il va tuer. C'est le pendant norvégien de Gene Hoglan, donc ce sera encore plus VIOLENT ! Vous allez vous faire écraser par le marteau de la mort.

Retour en arrière : d'où vient le concept de Deathhammer ?

Ce désir de jouer cette musique vient directement de nos cœurs de métalleux. C'est notre vocation de jouer du vrai metal.

Ce ne sont pas les mauvais groupes de trash qui affluent aujourd'hui qui vous ont motivé à commencer ?

On a commencé le groupe en 2005 parce qu'on avait déjà quelques chansons qu'on jugeait assez bonnes pour figurer sur un « vrai » disque. À l'époque je n'avais que 15 ans, donc on n'avait pas vraiment écouté les nouveaux groupes underground de trash, on voulait juste jouer, comme Celtic Frost et Kreator. On a remarqué que plusieurs groupes norvégiens se sont séparés lorsqu'ils ont réalisé que le thrash n'était pas si cool que ça. Ces groupes à la mode n'auraient jamais dû pourrir la scène en premier lieu, donc c'est triste de voir qu'ils aient pu sortir des démos et jouer à des concerts, mais on ne peut pas y faire grand-chose (à part attendre que l'écrémage se fasse). J'ai appris l'existence de groupes comme Municipal Waste il y a seulement deux ans, et je m'en fous un peu. J'aime que mon thrash traite de violence et de destruction, pas des Turtles, ou de casquettes de baseball toxiques.

Publicité

Je sais que cette question paraît très cliché, mais votre son est unique en son genre et je me demandais quelles étaient vos sources d'inspiration ?

Notre inspiration vient de notre style de vie : on s'intoxique, on écoute du metal, et on aime headbanger comme des débiles en écoutant de la musique. On puise aussi notre inspiration dans des films comme The Beyond, dans des groupes comme Sabbat - le meilleur groupe de metal japonais de tous les temps, et tout ce qui se rapporte aux enfers et au morbide. Nos chansons phares sont « Total Disaster » de Destruction, « Tormentor » et « Bonebreaker » de Kreator et « Sacrifice » de Bathory. Bathory sont nos dieux absolus.

Qu'est-ce que vous pensez de la scène musicale actuelle, que ce soit le metal ou le reste ?

On peut toujours trouver de bonnes choses, pour peu qu'on y porte assez d'intérêt pour fouiller. Je n'ai pas fini d'explorer la musique des années 1970 et 1980, et c'est ce qui m'occupe le plus en ce moment. Darkthrone et Burzum ont sorti les meilleurs albums de metal de l'année, et j'attends le prochain Körgull avec impatience. Je ne suis aucune scène musicale autre que celle du metal, mais je viens d'écouter le dernier Lady Gaga, et je dois dire que c'est plutôt bon.

JONATHAN ROCKWELL