FYI.

This story is over 5 years old.

Atlas Hood : la ville argentine ensevelie

Je ne crois pas aux fantômes, mais s’ils existaient, il vivraient certainement à Villa Epecuen.
25.8.11

Je ne crois pas aux fantômes, mais s'ils existaient, il vivraient certainement à Villa Epecuen. Cette ville située à côté d’un lac salé, à quelques kilomètres au sud de Buenos Aires, est l'une des plus grandes destination touristiques du pays depuis les années 1920. En 1985, après plusieurs décennies à accueillir les vacanciers de la capitale argentine, une terrible crue a enseveli l'intégralité de Villa Epecuen. En tout, près de 5000 personnes ont péri sous les eaux.

Il y a quelques années en raison des changements climatiques, la ville a ré-émergée. Après avoir découvert l'histoire de cette station balnéaire dans un documentaire, j'ai décidé de m'y rendre. J'ai pris mon appareil et je me suis retrouvé dans un vieil abattoir qui venait de passer les 25 dernières années sous l'eau. L'immeuble, comme le reste de Villa Epecuen, dégageait comme une odeur de mer.

Il y avait plein de bruits bizarres la nuit, car cet immeuble était aussi la niche de centaines de pigeons. C'était effrayant d’entendre le clapotis de l’eau de lac si près de là où je dormais. Dehors, la route s'évanouissait dans la mer.

Il y a beaucoup d'arbres morts, mais en les voyant on a plutôt l'impression qu'ils ont été brûlés, pas noyés. Leurs racines complètement desséchées s'élèvent jusqu’à environ un mètre au-dessus du sol. C'est assez déroutant de voir que malgré tout ce qui s’est passé ici, ces arbres sont toujours organisés en lignes nettes et précises.

Je ne sais pas comment elles ont pu demeurer intactes ni pourquoi elles n'ont pas été emportées par la crue, mais des preuves de la présence des feu-touristes sont éparpillées partout entre les arbres et les rochers. Des lits, des bouteilles de Coca, des plats, des verres, des plaques d'immatriculation et des panneaux. J'imagine que c'est à peu près ce à quoi ressemblent le fond des océans. C'est assez triste, en fait.

J'ai rencontré un homme à Villa Epecuen, Pablo Novak. C'est la seule personne à toujours vivre dans la ville. Quand l'eau est montée en 1985, la plupart des gens ont déménagé dans la ville la plus proche, Carhué, et ne sont jamais revenus. Pablo fait figure d'exception. Il vit dans une cabane en pierre avec un frigo, des plaques de cuisson et des tonnes de calendriers accrochés au mur. Je ne sais pas trop qui serait prêt à payer un loyer pour vivre dans un tel endroit.

Pablo Novak, vía Flickr

L'appart de Pablo est situé dans ce qui était, avant l'accident, la banlieue de la ville. Il m'a raconté que la crue avait pris tout le monde par surprise et qu'au début, les gens restaient sur les toits de leurs maisons, pensant que l'eau allait redescendre. Évidemment ça n'a pas été le cas, et la ville s’est vidée de ses habitants en moins de deux jours.

J'ai l'impression que la vieille ville manque beaucoup à Pablo. Il m'a beaucoup parlé de ses heures de gloire dans les années 1950, 1960 et 1970, quand la ville rivalisait avec Mar del Plata dans le cœur des touristes internationaux. Il n'y a pas beaucoup de gens qui se souviennent de Villa Epecuen désormais, bien que la ville apparaisse dans certaines émissions télé comme exemple de « destination insolite ».

Les habitants de Carhué nous ont dit que comme Villa Epecuen n'est plus protégée par la loi argentine, les gens du coin se rendent souvent là-bas pour récupérer des trucs dans l'idée de les revendre ou de les réutiliser. Ceci étant, j'ai du mal à imaginer ce que les gens peuvent encore aller piller là-bas. Aussi, malgré le fait que la plupart des restes soient au dernier stade de leur décomposition, la ville demeure magnifique, encore aujourd'hui.

FEDERICO PERETTI