Publicité
Interviews

Les néonazis qui voulaient créer un foyer pour Aryens en Angleterre

Comment un hooligan et un ancien moine ont cherché à fonder une communauté fermière réservée aux Blancs – avant d'échouer lamentablement.

par Nick Chester
17 Novembre 2016, 6:00am


Le journaliste Nick Ryan, à gauche, en train d'interviewer l'ancien membre du Ku Klux Klan Don Black, en 2001

Le mois dernier, je me suis rendu dans la ville anglaise d'Harlow, dans le comté d'Essex, afin d'enquêter sur les crimes de haine suite au meurtre d'un Polonais. Afin d'en savoir un peu plus sur la relation qu'entretenait cette ville avec le racisme et la xénophobie, j'ai discuté avec le journaliste Nick Ryan, qui a passé beaucoup de temps avec Combat 18 – un groupe néonazi fondé à Harlow.

J'ai ainsi appris que l'une des figures centrales du groupe était un ancien moine de l'ordre de Saint-Benoît, anciennement sataniste, qui cherchait à établir une sorte de commune fermière réservée aux Blancs dans la campagne d'Essex. Un autre membre était un hooligan désireux de transformer des parcs de logements sociaux en État séparatiste. Il se disait inspiré par un groupe paramilitaire nord-irlandais qui avait réussi à prendre le contrôle de plusieurs zones de Belfast. Comme je voulais en savoir plus sur ces néonazis britanniques et leur projet, j'ai recontacté Nick pour qu'il s'épanche un peu plus longuement sur le sujet.

VICE : Salut Nick. Tout d'abord, comment as-tu découvert l'existence de Combat 18 ?
Nick Ryan : En 1996, j'essayais d'écrire un livre sur l'expansion de plusieurs sous-cultures. J'étais à la recherche de groupes en marge de la société, comme des gangs de bikers, par exemple. En me promenant dans ma librairie de quartier, je suis tombé sur un magazine antifa. En le feuilletant, j'ai trouvé un article sur des hooligans racistes liés au Chelsea Football Club.

Quand je suis rentré chez moi, j'ai contacté la personne en charge des recherches pour le magazine, Nick Lowles. Il m'a expliqué que les mecs de Combat 18 n'avaient jamais parlé avec un journaliste auparavant, mais qu'ils seraient sans doute plus enclins à le faire aujourd'hui. Un peu naïvement, et sans me rendre compte dans quoi j'étais en train de mettre les pieds, j'ai profité de son aide pour approcher des membres du gang et leur demandé s'ils voulaient bien que je les interviewe. Étonnamment, l'un d'eux a accepté – Mark Atkinson, qui a depuis fait de la prison pour des crimes racistes, est ainsi devenu mon premier contact.

Pouvez-vous m'en dire plus sur leur projet d'établir une terre pour les Aryens ?
C18 s'est établi en tant que groupe de coordination pour le Parti national britannique – mais après avoir connu de nombreux différents avec d'autres militants d'extrême droite, le parti a préféré rompre tout lien avec eux. Le gang s'est aussi lancé dans la musique, avec le réseau de promotion Blood and Honour, qui était contrôlé par Paul « Charlie » Sargent, un voyou connu pour son passé de hooligan. C18 a commencé à expliquer aux personnes qui les soutenaient qu'ils allaient fonder une terre pour Aryens dans l'Essex – un endroit où les gens pourraient « réaliser leurs rêves ».

Ces « rêves » semblaient énormément varier selon les différentes personnes avec qui j'ai pu discuter. C18 s'est mis à chercher des financements un peu partout. Charlie et son frère Steve ont commencé à parler d'un système paramilitaire, et exprimé leur envie de s'emparer de différentes zones du comté. Ils ont souvent cité l'Irlande du Nord comme source d'inspiration, et de nombreux liens ont depuis été établis entre les mouvements loyalistes et ceux d'extrême droite. Pendant ce temps, David Myatt, un ancien moine de l'ordre de Saint-Benoît impliqué depuis longtemps avec l'extrême droite, et qui aurait été sataniste avant de se convertir à l'islam, s'est mis à discuter d'un éventuel « retour à la terre », avec l'appui de guerriers raciaux, d'esclaves et d'autres éléments plus fantasques les uns que les autres.

Ça a l'air intense.
Myatt et ses comparses parlaient assez crûment de leurs croyances. Ce que je n'avais pas réalisé, c'est qu'ils étaient sur le point de se faire la guerre entre eux. Le grand numéro 2 du groupe, Will Browning, a cherché à obtenir la place de leader de Charlie. Lors d'une rencontre entre Charlie et un des supporters de Browning, ce dernier a été poignardé et tué. Je me suis rendu au procès de Charlie, et j'ai vu le partenaire du défunt hurler – je n'oublierai jamais cette image. Au final, Charlie et un autre homme ont été emprisonnés pour meurtre.

J'ai entendu dire que Myatt était à fond dans l'Angleterre médiévale, et qu'il vous avait provoqué en duel après que vous ayez écrit un article peu flatteur sur lui.
J'avais rencontré Myatt dans un salon de thé à Malvern. Notre rencontre a vite abouti sur une discussion surréaliste sur les guerriers raciaux, et tout le toutim. C'est seulement plus tard que j'ai appris qu'il m'avait provoqué en duel (par courrier) après la publication de mon livre Homeland. Je n'ai jamais reçu sa lettre.

Quelle est la différence avec les groupes d'extrême droite de l'époque et ceux d'aujourd'hui ?
Aujourd'hui, l'extrême droite organisée de Grande-Bretagne est faible. Elle est mal fichue, gangrénée par des divisions et des querelles fratricides, plombée par des scandales financiers. L'English Defence League est partie en vrille, PEGIDA UK fonce droit dans le mur, Nick Griffin a été chassé du Parti national britannique, et l'UKIP est en galère. Mais sur le reste du continent, la montée de politiciens d'extrême droite et de militants anti-immigration est en train de bouleverser de nombreuses sociétés. D'une certaine manière, l'ascension de figures « fortes » telles que Victor Orban en Hongrie ont permis d'unifier divers mouvements d'extrême droite.

Merci beaucoup, Nick.

@nickchesterv / @ryanscribe