Elfes et Stormtroopers se donnent tous rendez-vous au plus grand festival de fantasy d'Europe

Si jamais vous avez envie de passer un week-end dans la campagne hollandaise avec des adultes déguisés en orques, Elfia est l'endroit qu'il vous faut.

|
09 Octobre 2014, 8:00am

Si vous avez la drôle d'idée de passer un week-end dans la campagne hollandaise en compagnie de princesses Disney, d'orques et de sorcières malveillantes, il vous faudra être bien préparé. Après trois heures de sommeil, neuf heures de bus, plusieurs heures passées à photographier des cosplayeurs et deux autres à marcher à travers la forêt, j'ai finalement trouvé le cabanon dans lequel j'allais passer la nuit.

J'ignorais complètement où je me trouvais, mon téléphone était en train de rendre l'âme et la seule station-service que j'ai eu l'occasion de croiser ne vendait pas de bière. J'étais bien arrivée à Elfia, le plus grand festival de fantasy de toute l''Europe.

Elfia avait lieu cette année dans les jardins d'un château historique, situé non loin du village d'Arcen. Avec plus de 25 000 participants attendus, ce festival, qui s'étend sur un week-end entier, est un mélange entre une conférence en plein air, un salon médiéval, un concert et un concours de cosplay.

Par le passé, je m'étais déjà rendue au Gamescon Cosplay Village, où j'avais assisté à un tas de conventions portant sur les jeux de rôle. Je me suis toujours considérée comme une personne assez ouverte d'esprit. Mais en traversant le premier pont-levis qui menait au festival, j'ai eu l'impression de me trouver dans un monde parallèle. J'ai croisé un orque, suivi de trois vieux surexcités qui prenaient des photos de tout ce qu'ils pouvaient trouver. « Il y a énormément de personnes âgées qui viennent juste pour visiter le château et les jardins » m'a expliqué Maike Schober, une des attachées de presse.

J'ai regretté de ne pas avoir eu plus d'appareils photo et de bras pour pouvoir documenter tout ce qui se passait autour de moi. J'ai quand même réussi à immortaliser un groupe de filles hilares, qui se relayaient pour porter un chien affublé d'une robe victorienne noire et bleue. Plusieurs princesses ont pris la pose, mais je n'arrivais pas à savoir si leurs déguisements étaient inspirés de personnages d'anime ou de la famille royale. J'étais tristement devenue étrangère au monde du cosplay.

Une vieille dame portant un costume steampunk m'a lancé un regard suspicieux alors que j'allumais une cigarette dans une roseraie. J'espérais secrètement me lier d'amitié avec des elfes assez sympa pour me payer un joint dans les jardins médiévaux. Malheureusement, je me suis vite rendu compte que les drogues douces n'étaient pas très populaires chez les orques, ni chez les magiciens - et encore moins chez les elfes.

Dans l'après-midi, je me suis frayée un chemin dans le château et ses jardins, là où les festivités avaient lieu. Un elfe des bois, un Stormtrooper et un Chapelier fou étaient en train de prendre un selfie. Des familles costumées trimballaient des poussettes sur le sol boueux. Un vendeur de faux pistolets a averti un jeune guerrier de ne pas toucher aux armes exposées, tandis qu'une bande de mousquetaires agitaient leurs épées dans tous les sens à l'atelier d'escrime.

J'ai continué de marcher avant de bousculer un mec sapé en Jack Sparrow. Je venais de louper le tournoi de joute. Déçue, je me suis assise et j'ai contemplé une femme déguisée en fée en train de cajoler un poney blanc sur la bande son du Seigneur des anneaux. Un groupe de personnes la fixait en retenant leur souffle. Je n'ai jamais vraiment compris ce qu'ils étaient en train de faire - mais c'était suffisant pour que je parte sans me retourner.