avortement

Satanistes c. républicains : la bataille pour le droit à l’avortement au Missouri

La cour d’appel du Missouri a entendu les arguments du Satanic Temple, qui affirme que les restrictions relatives à l’avortement dans l’État contreviennent à la liberté religieuse.
20 septembre 2017, 5:48pm

L'article original a été publié sur Broadly.

Depuis deux ans, un groupe de satanistes décidés lutte contre les restrictions draconiennes du droit à l'avortement au Missouri. Ce mois-ci, ils ont enfin fait un progrès dans leur longue bataille juridique : lundi dernier, une cour d'appel de l'État a entendu leurs arguments. Ils affirment que la réglementation encadrant l'avortement enfreint leur droit à la liberté de religion.

Le Satanic Temple est un groupe relativement notoire. Il se décrit comme une religion sans dieu érigée autour du personnage littéraire de Satan. Ces satanistes ne vénèrent pas le diable — ils ne croient pas au diable ou à quelque être surnaturel —, mais ils pensent que « la religion peut et devrait se séparer des superstitions ». Depuis la fondation du Satanic Temple en 2013, ils ont poussé jusqu'aux extrémités de la logique les lois sur la liberté de religion en guise de protestation, soutenant essentiellement que toutes les exemptions juridiques accordées aux chrétiens devraient aussi être accordées aux satanistes.

En mai 2015, une membre du Satanic Temple appelé Mary Doe a tenté de se faire avorter à Saint-Louis. En vertu de la loi du Missouri, une femme qui souhaite mettre fin à une grossesse doit se rendre à une clinique pour une séance de counseling, attendre ensuite 72 heures, puis retourner à la clinique pour l'avortement. À la séance de counseling, toujours en vertu de la loi, la femme doit recevoir une brochure d'aide pour prendre une décision éclairée. À la première page, il est écrit : « La vie de chaque être humain commence à la conception. L'avortement met fin au droit d'un être humain distinct, unique et vivant. »

Cette affirmation est contraire à deux des principes à la base du satanisme : le corps d'une personne est inviolable et soumis seulement à sa volonté, et les croyances d'une personne doivent respecter la compréhension scientifique du monde. « Il n'y a pas de raison médicale ou scientifique d'imposer une période d'attente avant l'avortement et l'idée selon laquelle la vie commence à la conception n'est pas un fait scientifique », explique Jex Blackmore, porte-parole du Satanic Temple. Pour cette raison, Mary Doe a présenté une lettre d'exemption au personnel d'une clinique Planned Parenthood de St Louis, qui était alors la seule clinique où l'on peut se faire avorter dans tout l'État.

« J'ai la conviction religieuse profonde qu'un avortement ne met pas fin à la vie d'un être humain distinct, unique et vivant. Par conséquent, je vous dispense de toute responsabilité que vous pourriez avoir vous obligeant à me donner la brochure. Je vous dispense aussi de toute responsabilité que vous pourriez avoir vous obligeant à attendre 72 heures avant de procéder à mon avortement », disait entre autres la lettre. « Je demande respectueusement que vous procédiez à mon avortement aujourd'hui. »

La clinique Planned Parenthood a refusé la demande de Mary Doe, conformément à la loi de l'État. Elle y est revenue trois jours plus tard et s'est fait avorter. Dans l'intervalle, alors qu'elle passait trois jours à ne rien faire dans une chambre d'un hôtel près de la clinique pour réfléchir à une décision qu'elle a déjà prise, le Satanic Temple a engagé une poursuite en justice contre l'État et le gouvernement fédéral en son nom. En fonçant une personne qui s'est présentée comme sataniste à recevoir du matériel informatif affirmant qu'un fœtus est un être vivant distinct et en imposant un délai de 72 heures avant l'avortement, ont-ils soutenu, l'État a violé ses droits garantis par le premier amendement de la Constitution des États-Unis.

Les deux poursuites ont été rejetées. Au fédéral, un juge a estimé que le cas de Mary Doe n'était pas recevable parce qu'elle n'était plus enceinte. L'État a soutenu que les restrictions relatives à l'avortement ne sont pas motivées par des considérations religieuses et que ce n'est qu'un hasard si elles coïncident avec les principes de l'ensemble ou d'une partie des religions. Mme Blackmore trouve ces deux arguments ridicules et a affirmé à Broadly que la bataille juridique a été jusqu'à maintenant frustrante.

« La cour affirme que, comme Mary n'était plus enceinte, les lois ne pouvaient plus transgresser ses croyances religieuses. C'est évidemment absurde, dit-elle. Les torts avaient déjà été causés. Dans cette logique, personne ne pourrait poursuivre en justice une fois que le crime commis est terminé. » Et l'affirmation selon laquelle ce n'est qu'une coïncidence si la loi correspond aux dogmes religieux? « Il n'y a aucune raison laïque d'affirmer que la vie commence à la conception. »

Les plaidoiries à la cour d'appel fédérale auront lieu le 20 septembre. Mme Blackmore dit que les audiences pour la poursuite contre l'État lundi dernier se sont bien passées, bien qu'elle ne soit « pas vraiment certaine de l'impartialité du système de justice du Missouri, qui est largement conservateur ». Si le Satanic Temple gagne en appel, elle croit que la décision créera un important précédent constitutionnel. Et, d'un point de vue idéologique, cette victoire enverrait un message à ceux qui sont au pouvoir : si les convictions morales de « ceux qui croient à un être surnaturel qui exige une soumission totale à défaut de quoi la punition est la damnation éternelle », comme elle les appelle, sont protégées par la loi, les convictions morales des satanistes doivent l'être aussi.