Publicité
Motherboard

La Chine part à la chasse aux aliens

Des astronomes pensent que des extraterrestres venus d'autres galaxies essayent de communiquer avec nous. Les scientifiques chinois ont donc construit un énorme télescope pour le découvrir.

par Christine Barba; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
28 Janvier 2019, 8:28am

Le plus grand télescope au monde a été construit dans la province de Guizhou, en Chine, en 2011 et consiste en une antenne fixe de 500 m (1 600 pi) nichée dans un creux du paysage. Photo : Wikimedia

Cette année, le gouvernement chinois envisage sérieusement de contacter les extraterrestres grâce au plus grand radiotélescope au monde, le radiotélescope sphérique de cinq cents mètres d’ouverture (FAST).

À l’origine, FAST a été créé pour recueillir des informations sur les galaxies, les trous noirs et les étoiles. Mais les chercheurs qui ont participé à sa conception n'ont pas nié la possibilité d'utiliser ce dispositif pour détecter la présence d'extraterrestres.

Avant sa mort en 2017, Nan Rendong, ingénieur en chef de FAST, avait déclaré à Nature que le télescope serait utilisé pour déterminer si des extraterrestres peuvent nous envoyer des signaux, rapporte le South China Morning Post.

Andrew Siemion, directeur du centre de recherche SETI à Berkeley et chercheur principal chez Breakthrough Listen, le projet qui vise à détecter une vie intelligente extraterrestre, a rencontré Rendong à quelques reprises avant qu’il meure pour discuter de cet objectif. « Il était un fervent partisan de la recherche d'intelligence extraterrestre et voulait que FAST soit intégré à la radioastronomie en Chine », explique Siemion.

Un certain nombre de scientifiques ont émis l’hypothèse que les sursauts radio rapides (FRB en anglais), de fortes rafales d’ondes radio venant de l’espace, sont des signaux envoyés par les extraterrestres. Cette semaine, des scientifiques canadiens ont détecté, pour la deuxième fois, des FRB répétés à l'aide du radiotélescope CHIME.

Bien que les origines des FRB ne puissent pas encore être cartographiées de manière exacte, les scientifiques espèrent que FAST sera pleinement opérationnel cette année et leur permettra de détecter davantage de signaux.

« Pour l’instant, FAST ressemble à un observatoire très sensible. Plus tard, s'il fonctionne de manière optimale, sa sensibilité et ses capacités vont fortement augmenter, poursuit Siemion. Nous espérons que FAST deviendra un outil puissant dans la recherche d’intelligence extraterrestre. Nous sommes impatients de collaborer avec nos collègues chinois. »

Cependant, de nombreux scientifiques rejettent la théorie selon laquelle les FRB sont des signaux extraterrestres. « Ces signaux proviennent de différentes parties du ciel et de différentes distances. Il est difficile de croire qu’une variété de populations extraterrestres dans différentes galaxies envoie des signaux uniformes », déclare Ingrid Stairs, astrophysicienne à l’Université de la Colombie-Britannique.

Siemion admet que les FRB sont probablement un phénomène naturel, mais pense qu’il est injuste de rejeter complètement l’idée selon laquelle ils viennent de civilisations étrangères d'autres galaxies.

« Je pense qu'il est impossible pour nous d'imaginer le niveau d’avancées technologiques que les humains auront dans 100 ou 1 000 ans, sans parler de millions ou milliards d'années dans le futur, explique Siemion. Nous devons rester ouverts à la possibilité qu’une civilisation dotée d’une technologie de pointe puisse se propager dans tout l'univers, peut-être même entre les galaxies. Il n'y aurait pas de plus grande arrogance de la part des êtres humains que d'imaginer que nous sommes les seuls êtres intelligents de l’univers. »

Douglas Bock, directeur de l’astronomie et des sciences spatiales au CSIRO et à l’Australia Telescope National Facility, a construit le récepteur de FAST avec son équipe. Selon lui, les FRB ne sont probablement pas des signes d'intelligence extraterrestre. Mais quelle que soit l’origine de ces signaux, FAST sera en mesure de trouver des objets 19 fois plus rapidement qu’un télescope avec un seul pixel, ce qui permettra de collecter de nombreuses nouvelles informations sur l’univers.

Par exemple, Li Di et son équipe de l'Observatoire astronomique national de l'Académie chinoise des sciences ont déclaré avoir déjà trouvé plus de 20 pulsars – des étoiles à rotation rapide – dont un pulsar d’une milliseconde, à l'aide du télescope à 184 millions de dollars.

Malgré ses doutes sur les FRB, Bock, qui utilise le télescope Parkes en Australie, financé par le programme Breakthrough Listen de Siemion, explique que son équipe recherche des signaux que des intelligences provenant d’autres mondes pourraient nous envoyer délibérément.

« Nous devons reconnaître la possibilité d’une autre vie dans l’univers, voire dans notre galaxie. Le problème, c’est qu’il y a des milliards d'étoiles et probablement des milliards de planètes et, de fait, si les extraterrestres existent, nous ne les trouverons pas de sitôt, déclare Bock. Pour l’instant, nous n’avons que la technologie actuelle qui examine les parties relativement proches de notre galaxie et donc qui nous permettrait seulement de capter un signal similaire au type de signal que nous transmettrions. »

Peu importe le temps qu'il faudra pour trouver une autre civilisation intelligente en dehors de la Terre, la Chine ne prend pas le projet FAST à la légère. En 2016, le New York Times a annoncé que le gouvernement avait délocalisé plus de 9 000 villageois à Guizhou afin que le télescope puisse être construit sur leurs anciennes maisons. Chaque villageois a reçu 1 800 dollars à titre de compensation.

Pour Siemion, les progrès accomplis par les scientifiques depuis les années 1990 prouvent que « nous ne sommes pas seuls ». Par exemple, des chercheurs ont découvert l’existence de planètes rocheuses « habitables » et semblables à la Terre, qui entourent une étoile semblable au soleil et qui sont recouvertes d’eau à la surface. « Bientôt, ce genre de découverte deviendra la règle plutôt que l'exception », estime Siemion.

« Il y aura beaucoup de choses intéressantes cette année dans le domaine de l'astronomie et de la recherche de la vie extraterrestre, ajoute-t-il. Je pense que FAST, avec sa sensibilité inégalée, nous aidera mieux comprendre l'espace. Nous sommes à un moment remarquable de l’histoire de l’humanité. Nous avons l’occasion de répondre à une question très profonde, une question aussi ancienne que la vie humaine sur Terre. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.