Etats-Unis

États-Unis : 19 centres juifs visés par des alertes à la bombe en une journée

Les États-Unis font face à une forte vague d’actes antisémites depuis l’élection de Donald Trump.
28.2.17

Aux États-Unis, des alertes à la bombe ont visé au moins 19 centres communautaires juifs dans 12 États du sud et du nord-est du pays, ce lundi. Il s'agit du dernier épisode en date de violence antisémite, un phénomène qui a refait surface récemment dans le pays.

Selon les médias locaux et la police, les alertes ont visé des centres de l'Alabama, du Delaware, de Floride, de l'Indiana, du Maryland, du Michigan, du New Jersey, de New York, de Caroline du Nord, de Pennsylvanie et de Virginie. Aucune personne n'a été blessée. Depuis le début de l'année, c'est la cinquième fois où des menaces obligent des centres communautaires juifs à être évacués.

Publicité

Students and staff heading back to David Posnack JCC following evacuation prompted by bomb threat called in @ 9:20am — Erica Rakow (@EricaRakow)February 27, 2017

La Police de Davie dit que c'est au Centre communautaire juif de décider s'il rouvre le campus ou reste fermé pour le reste de la journée. Les étudiants et le personnel retournent au Centre communautaire juif David Posnack, après une évacuation due à une alerte à la bombe vers 9 heures 20.

Ces alertes à la bombe se sont déroulées ce lundi, alors qu'un autre incident antisémite a eu lieu au cours du week-end. Plus de 100 tombes funéraires ont été dégradées dans un cimetière juif de Philadelphie — un acte de vandalisme selon les autorités de l'État. Un incident similaire avait déjà eu lieu dans un cimetière juif de St. Louis le week-end précédent.

Depuis le début de 2017, plus de 60 centres juifs aux États-Unis ont reçu près de 170 alertes à la bombe, alors qu'un seul incident du genre avait eu lieu pendant la même période l'année dernière, selon l'Association des centres communautaires juifs contactée par VICE News la semaine dernière. En 2015, il n'y avait pas eu d'incidents de ce genre.

NE Det Capt. Shawn Thrush toured Jewish cemetery where 75-100 headstones were toppled. 'It's beyond belief,' he said — Stephanie Farr (@FarFarrAway)February 26, 2017

Le capitaine Shawn Thrush a fait le tour du cimetière juif où de 75 à 100 pierres tombales ont été renversées. « C'est inconcevable », a-t-il dit.

Publicité

Les législateurs ont condamné ces menaces. « Maintenant, il y a eu une alerte à la bombe au Centre communautaire juif Katz et un autre cimetière a été profané. Je demande à tout le monde de s'élever contre l'anti-sémitisme », a écrit le Sénateur du New jersey Bob Menendez sur Twitter. « C'est [un acte] abominable. Il faut lancer une grande enquête pour mettre un terme à ces actes effrayants. »

À New York, les menaces ont visé les centres juifs de Staten Island, Westchester et Long Island, parmi d'autres localités. Le gouverneur Andrew Cuomo a indiqué dans un communiqué qu'il avait dépêché la police de l'État pour travailler avec les autorités fédérales et locales sur ces incidents. « Il ne faut pas se leurrer : ces actes répréhensibles et lâches ne sont pas restreints à la communauté juive », a écrit Cuomo. « Ces attaques visent tous les New Yorkais. Soyez assurés que je ferai tout ce que je peux pour attraper les responsables de cette vague de crimes haineux. »

Lundi, le porte-parole de la Maison blanche, Sean Spicer, a condamné ces menaces. Mais le président Donald Trump doit encore répondre directement à cette dernière vague de violences envers la communauté juive. Pour le moment, son administration a été critiquée pour ce que certains voient comme un manque de sensibilité envers l'antisémitisme. Par exemple, la Maison blanche n'a fait aucune mention à la communauté juive dans le communiqué qu'elle a publié lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, le 27 janvier dernier.

Publicité

Lors d'une conférence de presse début février, un journaliste juif travaillant pour un média conservateur a demandé au président si son administration se sentait responsable du dernier pic de crimes haineux envers les juifs, survenus depuis l'élection. Trump a dit au journaliste de « s'asseoir » avant de répondre « je suis la personne la moins antisémite qu'il y ait. » Dans les jours qui ont suivi cette conférence, Trump a en effet dénoncé la violence envers la communauté juive, et le vice-président Mike Pence a été pris en photo pendant qu'il aidait à nettoyer les débris dans le cimetière profané de St. Louis.

Steven Goldstein, directeur exécutif du Centre Anne Frank, a fait appel à Trump dans un communiqué publié ce lundi : « Faites quelque chose, M. le Président », a-t-il écrit. « Nous vivons un moment de haine visant les juifs, vous devez l'arrêter immédiatement. »

« À tort ou à raison, les antisémites les plus virulents de l'Amérique voient votre administration et vous comme un mouvement nationaliste qui leur accorde la permission d'attaquer des juifs », a-t-il dit. « Vous ne pouvez pas simplement dire que ce n'est pas de votre faute. Des réponses tardives ou inadéquates peuvent en partie vous rendre responsable. Vous devez faire plus que condamner tardivement l'antisémitisme. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News