Drogue

À Vegas, les casinos se demandent s'ils peuvent accepter l'argent de l'industrie de la weed

Si le cannabis est légal dans le Nevada depuis le 30 juin, il est toujours illégal au niveau fédéral.
4.8.17

L'argent de la weed coule à flot dans le Nevada et les autres États ayant légalisé la consommation récréative de cannabis. Mais les casinos du Strip ne savent pas s'ils peuvent laisser leurs clients parier avec l'argent généré par cette lucrative industrie. Afin de clarifier la situation, le groupe qui représente les casinos américains a envoyé une lettre au Secrétaire du Trésor américain, Steven Mnuchin, pour savoir s'ils peuvent accepter le cash perçu grâce au business de la marijuana.

Publicité

La confusion est due à une directive du Département du Trésor, qui date de l'époque d'Obama. Celle-ci oblige les casinos à remplir un rapport d'activité suspecte (un SAR), quand ils pensent que l'argent parié provient de la vente de weed et viole les lois de l'État.

Mais dans le Nevada, gagner de l'argent grâce à la weed n'est plus contraire à la loi de l'État, puisque le cannabis récréatif a été légalisé le 30 juin dernier. Mais les établissements de jeux ne sont pas ravis de récupérer l'argent de l'industrie de la weed – craignant de participer involontairement à une entreprise de blanchiment d'argent.

La marijuana est toujours illégale au niveau fédéral, et puisque les banques sont réglementées par le gouvernement fédéral, elles hésitent à s'associer avec des dispensaires légaux de weed. Les casinos craignent qu'en permettant de parier avec de l'argent issu de la vente de weed, cet argent sera « blanchi » – permettant in fine de le déposer dans une banque. Les casinos pourraient alors se retrouver complices de blanchiment d'argent.

« L'industrie du jeu reconnait l'importance des efforts consentis contre le blanchiment d'argent et oeuvre pour respecter ces règles, » écrit Geoff Freeman, le président et directeur de l'American Gaming Association.

L'entreprise Massroots a récemment publié un communiqué dans lequel on apprend que son PDG a été « définitivement banni » des salles de jeu du casino Wynn à Las Vegas, à cause de l'implication de son entreprise dans le développement de technologies pour la weed – même s'il ne gagne pas directement d'argent grâce à la weed.

Publicité

Dans ce cas, c'est le rôle du PDG dans une entreprise liée à l'industrie de la weed qui a mené à son exclusion. Mais dans d'autres cas, les casinos peuvent être au courant que des clients travaillent dans l'industrie de la weed, ou que des parieurs déposent de l'argent qui sent la weed – déclenchant un SAR, à cause des divergences entre la loi de l'État et la politique fédérale.

« La dichotomie impose une charge opérationnelle coûteuse à la fois sur l'industrie du jeu et sur les autorités, » regrette Freeman.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR