Publicité
Chine

La Chine va interdire le carfentanil — la drogue cauchemar des États-Unis

Cet opiacé de synthèse est environ 5 000 fois plus puissant que l'héroïne. Il est utilisé par des gardiens de zoos pour endormir les éléphants.

par Carter Sherman
17 Février 2017, 12:00pm

Le carfentanil — un opiacé de synthèse qui est environ 5 000 fois plus puissant que l'héroïne — a longtemps été légal en Chine. Cela permettait à des vendeurs en ligne d'envoyer la drogue à des clients aux États-Unis.

Mais cela va bientôt changer. Le ministère de la Sécurité Publique chinois a annoncé ce jeudi qu'il prévoit d'interdire le carfentanil ainsi que trois autres opiacés de synthèse puissants, et cela à partir du 1er mars. Ces drogues sont responsables d'un pic d'overdoses aux États-Unis et au Canada ces derniers mois. La DEA (l'agence antidrogue américaine) s'attend à ce que cette interdiction permette de rompre le cycle d'approvisionnement illégal qui relie la Chine à l'Amérique du Nord.

« C'est une grande nouvelle pour nous », a dit à VICE News Russell Baer, porte-parole de la DEA. « Nous pensons que cela va potentiellement avoir un impact immédiat et pratique sur le flux de drogues aux États-Unis. »

Toutefois, les effets concrets de cette interdiction ne sont pas garantis. Lorsque des drogues de synthèse ont été interdites dans le passé, comme les sels de bain ou le Spice, les producteurs et chimistes ont répondu par la création de nouvelles substances chimiquement similaires mais pas encore interdites. Ils devançaient toujours la loi d'un pas.

« Bien sûr, les chimistes chinois et ceux du monde entier vont adapter les structures moléculaires de la drogue, » a dit Baer. « Mais cela ne va pas nous décourager dans notre approche agressive envers ce problème. »

La nouvelle législation chinoise ne s'attaque pas non plus au fait que les principaux composants chimiques de la fabrication du carfentanil ne sont toujours pas réglementés. Cela veut dire que les trafiquants asiatiques ou américains vont pouvoir continuer à fabriquer du carfentanil assez facilement dans des laboratoires clandestins.

Selon Baer, la DEA discute d'ores et déjà avec Pékin des prochaines étapes à suivre.

« Je ne peux pas parler pour la Chine », a dit Baer, « mais nous avons l'espoir que d'autres actions soient prévues et attendent dans un coin. »

Légalement utilisé par des gardiens de zoos comme tranquillisant pour les éléphants, le carfentanil est environ 100 plus puissant que son cousin, le fentanyl, qui est un antalgique assez répandu et également utilisé pour les anesthésies chirurgicales. La demande pour des drogues comme le carfentanil a fait irruption alors que les États-Unis font face à une grave crise des opiacés : les dealers coupent souvent ces drogues avec de l'héroïne, ce qui a causé des centaines d'overdoses dans le pays.

L'interdiction chinoise s'applique aussi à certains dérivés du carfentanil, comme le valeryl fentanyl, l'acryl fentanyl et le furanyl fentanyl. Ce dernier, selon Baer, est « dans le top 3 des composants du fentanyl en matière de disponibilité nationale ». Il a également indiqué que l'acryl fentanyl est de plus en plus présent parmi les saisies de drogues, ces derniers mois.

Toujours selon le porte-parole, la DEA travaillait étroitement avec Pékin depuis octobre pour l'interdiction de ces drogues dans l'empire du Milieu.

« Les États-Unis ont un problème d'addictions aux opiacés », a dit Baer. « La Chine a fait beaucoup d'efforts dans plusieurs domaines pour comprendre nos inquiétudes. C'est un problème mondial, la Chine est touchée, tout comme les États-Unis, le Mexique et le Canada. On travaille ensemble pour prendre ces problèmes à bras-le-corps et s'y attaquer collectivement. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR