Etats-Unis

Interdit de vol parce que son avion allait survoler les États-Unis

Un citoyen canadien originaire de Somalie a été contraint de quitter un vol Air France reliant Toronto à Paris parce que l’avion allait « survoler les États-Unis (et ses eaux territoriales). »
31.1.17

Un citoyen canadien originaire de Somalie a été contraint de quitter un vol Air France reliant Toronto à Paris vendredi dernier parce que l'avion allait « survoler les États-Unis (et ses eaux territoriales), » d'après une lettre de la compagnie aérienne remise au passager ce soir-là.

La Somalie fait partie des sept pays à majorité musulmane visés par le décret anti-immigration signé par Donald Trump vendredi dernier. Le passager n'avait pas prévu de passer par un aéroport américain pendant son voyage. Il avait initialement pris un vol reliant Ottawa à Toronto. Une fois arrivé à Paris, il aurait rejoint sa destination finale, Jeddah en Arabie saoudite.

Publicité

La lettre fournie au passager, que VICE News a pu consulter, lui conseillait de joindre le consulat américain à Toronto pour de plus amples informations. Un porte-parole d'Air France a refusé de commenter cette affaire, citant la politique de la compagnie aérienne concernant la non-divulgation d'informations sur ses passagers.

Dans le décret anti-immigration, il n'est pas stipulé que les ressortissants somaliens, libyens, irakiens, iraniens, soudanais et yéménites ne peuvent pas pénétrer dans l'espace aérien ou les eaux territoriales américaines. Un officiel du Département de la sécurité intérieure a indiqué à VICE News qu'il n'y a « rien dans le décret qui fait référence à l'espace aérien » et qu'aucune indication n'est donnée « pour répondre à cette situation ». La Maison blanche n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Cela arrive que les compagnies aériennes vérifient les listes des passagers avec les gouvernements d'autres pays. Cependant, cet incident illustre la confusion qui règne suite à l'application de ce décret.

Le passager, qui a demandé à rester anonyme, a dit à VICE News qu'Air France essayait de lui permettre de prendre le vol, mais que « le gouvernement ne voulait pas être pressé. »

Le passager, qui vit à Ottawa, est marié à un citoyen américain. Un représentant du consulat américain à Toronto a refusé de répondre à nos questions, indiquant que le bâtiment était fermé à cause des manifestations qui avaient lieu devant le consulat. Ce lundi, le consulat était fermé à cause des manifestations contre le décret anti-immigration de Trump.

Publicité

Ce lundi soir, après avoir conduit jusqu'à l'aéroport international Pierre Elliott Trudeau de Montréal, le passager a pu prendre un autre vol Air France pour rejoindre Paris.

« Du moment qu'ils me permettent de partir… C'est bon maintenant, ils ont eu le temps de respecter les procédures, » a dit le passager à VICE News ce lundi. « J'étais au mauvais endroit, au mauvais moment. »

De partout aux États-Unis, des journalistes et des avocats peinent à savoir qui est encore détenu par les services de l'immigration. Par exemple ce samedi, un officiel du Département de la sécurité intérieure a indiqué que l'interdiction de visa s'étendait aux détendeurs de green cards originaires des pays visés. Ce dimanche, la Maison blanche avait fait marche arrière, mais l'application du décret reste floue.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR