Publicité
Crime

On vit plus longtemps, mais cela nous expose à plus de maladies

La revue médicale Lancet publie une étude réalisée en 2015 qui évalue l’impact de toutes les maladies dans le monde.

par Kayla Ruble
07 Octobre 2016, 2:10pm

Photo par Aleksandr Kondratuk/Sputnik via AP

Chaque année, l'espérance de vie croît dans le monde. Les personnes vivent de manière plus saine, la mortalité infantile chute, le nombre de victimes du Sida aussi. Mais si l'espérance de vie atteint des sommets, le nombre croissant de maladies chroniques, liées à l'âge, pose problème pour la santé mondiale, selon un nouveau rapport publié par la revue médicale britannique Lancet.

Un nouveau-né de 2016 peut espérer atteindre 71,8 ans. Il y a 35 ans, il aurait vécu environ 61,7 ans. C'est ce que montre l'étude réalisée en 2015 qui évalue l'impact de toutes les maladies dans le monde. Elle s'intitule Global Burden of disease (« Le poids mondial des maladies ») et a été réalisée par l'Institut for Health Metrics and Evaluation, basé à l'Université de Washington.

La hausse de l'espérance de vie varie selon les régions du globe. Dans divers pays d'Afrique, par exemple, elle a crû de plus de dix ans, alors que dans la Syrie marquée par la guerre, les habitants vivront onze ans de moins que les générations précédentes.

Cette hausse mondiale de la durée de vie moyenne est due au déclin de maladies contagieuses, notamment le virus de l'immunodéficience (VIH) et la malaria.

Depuis les années 1980, l'épidémie de VIH a eu un effet très profond et durable sur la santé mondiale. À son pic, le VIH a tué plus de 1,7 million de personnes en 2005. Depuis, le nombre de victimes a chuté de 33 pour cent, arrivant à 1,2 million de décès par an. Alors que les catastrophes naturelles ou conflits peuvent avoir une influence momentanée sur la mortalité mondiale, l'épidémie du VIH a été unique dans l'histoire de la médecine.

Le virus a sévi pendant des années et plus particulièrement parmi la population jeune, surtout en Afrique. « Parce que le virus s'est largement répandu en Afrique sub-saharienne, qui est fortement peuplée » explique Dr Nick Kassebaum, professeur à l'Université de Washington et l'un des auteurs de l'étude.. « Il a eu un grand impact sur l'espérance de vie au niveau mondial », a-t-il analysé.

Au-delà de la chute des victimes du VIH, l'espérance de vie connaît une hausse grâce à la chute de la mortalité maternelle et infantile. En 2015, 5,8 millions d'enfants sont décédés avant d'atteindre leur cinquième année. En 1990, ce chiffre était deux fois supérieur. À la même période, le nombre de mères décédées pendant l'accouchement a chuté d'un tiers : en 2015, il était de 275 000.

D'autres défis apparaissent désormais : le fardeau des maladies chroniques comme le cancer, les problèmes cardiaques, la toxicomanie ou le diabète.

Actuellement, 70 pour cent des décès sont liés à ces maladies non transmissibles. Leur recrudescence est notamment due à la nouvelle durée de vie mondiale. Puisque plus de personnes vivent malades plus longtemps, le système de santé de chaque pays devra s'adapter à la hausse du nombre de maladies chroniques.

Selon les auteurs de l'étude, « cela a un impact important non seulement sur le financement de l'aide sociale et sur la pratique de la médecine, mais également sur la croissance économique et le bien-être ».


Cet article a d'abord été publié sur la version anglophone de VICE News.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News

Tagged:
VICE News
Cancer
monde
maladie
étude
Lancet
revue