Crime

Des apprentis djihadistes voulaient rejoindre la Syrie en quittant l'Australie par bateau

Cinq hommes comptaient embarquer sur un petit bateau de plaisance avec un pack d'eau minérale pour rejoindre l'Indonésie puis s'envoler vers la Syrie.
11 mai 2016, 2:49pm
Des policiers philippins escortent le prêcheur radical australien Musa Cerantonio après son arrestation en juin 2014. Photo via AP

La police australienne a détaillé ce mercredi un audacieux projet poursuivi par plusieurs apprentis djihadistes : cinq hommes comptaient rejoindre les rangs du groupe État islamique (EI) en Syrie par voie maritime, en embarquant sur un petit bateau depuis les côtes australiennes.

Une vedette de plaisance à moteur de 23 pieds n'est pas forcément le meilleur choix pour transporter cinq hommes pendant plusieurs semaines en haute mer. Sur des images de l'intérieur du bateau obtenues par la chaîne locale 7News, on voit que les hommes avaient embarqué seulement un pack d'eau pour relier Cairns (une ville du nord-est de l'Australie) à l'Indonésie — soit un voyage de plus de 3 200 kilomètres. Depuis l'Indonésie, les hommes comptaient ensuite prendre un avion pour rejoindre la Syrie, selon le média News Corp.

Les autorités australiennes ont arrêté les cinq suspects ce mardi, alors qu'ils avaient remorqué le bateau sur plus de 3 000 kilomètres, depuis Melbourne jusqu'à Cairns. D'après CNN, leurs passeports avaient été annulés, donc quitter l'Australie par bateau était la seule option qui leur restait.

Le Commissaire de la police fédérale, Neil Gaughan, a expliqué aux journalistes que les cinq suspects auraient apparemment acheté le bateau à Victoria. Ils étaient sous surveillance depuis « plusieurs semaines », a précisé Gaughan.

L'Australian Broadcasting Corporation assure que le prêcheur radical, Musa Cerantonio, originaire de Melbourne et connu pour son soutien apporté à l'EI, fait partie des détenus. Cerantonio avait été déporté des Philippines vers l'Australie courant 2014.

Cerantonio — un ancien catholique converti à l'islam à l'âge de 17 ans — était suspecté de vouloir rejoindre l'EI avant d'être déporté pour cause de « titre de voyage non-valide ». À son retour en Australie, il avait été placé sous surveillance mais pas en détention.

Les cinq hommes n'ont pas encore été incriminés. Mais depuis l'adoption d'une nouvelle réglementation en 2014, les Australiens risquent jusqu'à 10 ans de prison s'ils se rendent dans des zones considérées « hors limite » — comme la province de Rakka, la capitale de facto de l'EI en Syrie.

L'Australie a été vivement critiquée pour sa politique d'immigration qui vise à empêcher les demandeurs d'asile de prendre des bateaux depuis l'Indonésie pour rejoindre l'Australie.

« Nous essayons de déterminer s'ils voulaient bien se rendre en Indonésie, puis aux Philippines avec comme objectif final celui d'atterrir en Syrie, » a déclaré le Commissaire de Victoria, Shane Patton.

« Cela n'arrive pas souvent, d'après moi, que des gens essayent de rejoindre la Syrie par bateau. Mais je n'ai pas les chiffres exacts. »

The boat allegedly set up to take 5 Australian — Hugh Riminton (@hughriminton)May 11, 2016

L'Australie, un allié des États-Unis, est en état d'alerte depuis 2014 quant à de potentielles attaques terroristes menées par des radicaux locaux. Les autorités ont fait savoir qu'elles avaient déjoué plusieurs attaques. En décembre 2014, un homme avait pris en otage un café de Sydney — deux otages et l'assaillant étaient morts.

Environ 100 individus ont quitté l'Australie pour rejoindre la Syrie et combattre dans les rangs d'organisations terroristes comme l'EI, a annoncé le mois dernier le ministre de l'Immigration australien.

La police a indiqué ne pas savoir où les cinq hommes — âgés entre 21 et 33 ans — voulaient mettre le bateau à l'eau.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR