politique

Empêtré dans le plus gros scandale depuis son élection, Justin Trudeau veut parler d’autre chose

Face à des appels à sa démission, le premier ministre critique Andrew Scheer pour son absence de plan de lutte contre les changements climatiques.
Empêtré dans le plus gros scandale depuis son élection, Justin Trudeau veut parler d’autre chose
Justin Trudeau et Andrew Scheer. 

L’article original a été publié sur VICE Canada.

Alors que le scandale SNC-Lavalin secoue le gouvernement fédéral et qu’il est attaqué de toutes parts, Justin Trudeau espère changer de sujet et parler de quelque chose qui le ferait mieux paraître.

Ce soir, dans un rassemblement à Toronto, il doit lancer une série de publicités radio sur le thème des changements climatiques, selon la Presse canadienne. Les publicités, qui portent sur la taxe carbone, seront diffusées en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et au Nouveau-Brunswick à compter de demain.

Publicité

« Les changements climatiques sont un problème réel et sérieux », déclare Justin Trudeau dans les publicités, selon la Presse canadienne. « Nous avons un plan solide pour lutter contre eux, un plan que les meilleurs scientifiques et économistes appuient. Il fait payer les pollueurs et redonne l’argent à la population. »

Le rassemblement et les publicités font partie d’une tournée pancanadienne au cours de laquelle le premier ministre, la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, et d’autres députés parleront de ce sujet.

Bien qu’un porte-parole du Parti libéral ait affirmé à la Presse canadienne que cette campagne publicitaire est planifiée depuis des mois, il est évident que, sur ce terrain, Justin Trudeau s’en sortira mieux que dans l’affaire SCN-Lavalin.

Il traverse sa plus forte tempête politique jusqu’à maintenant, depuis qu’il est accusé d’avoir indûment fait pression sur l’ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould pour qu’elle intervienne dans le dossier SNC-Lavalin et de l’avoir rétrogradée à cause de son refus de le faire. Son bras droit, Gerald Butts, tout en niant avoir transgressé les règles, a démissionné. Lundi, la présidente du trésor, Jane Philpott, a également annoncé sa démission en lien avec le scandale qui secoue le gouvernement de Justin Trudeau.

Le scandale a montré un autre visage de Justin Trudeau, qui avait promis un gouvernement moderne et transparent, et ce sera probablement la faille que les conservateurs vont attaquer aux prochaines élections, plus tard cette année.

Publicité

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Justin Trudeau ne peut simplement pas continuer à diriger cette grande nation maintenant que les Canadiens savent ce qu’il a fait », lit-on dans un communiqué qu’a publié Andrew Sheer, le chef du Parti conservateur, à la suite du témoignage fracassant de Jody Wilson-Raybould devant le comité de la justice et des droits de la personne la semaine dernière.

Sans surprise, Justin Trudeau profite du lancement de cette campagne publicitaire pour braquer les projecteurs sur l’absence de position sur les changements climatiques d’Andrew Scheer.

Il affirme que « certains politiciens veulent revenir aux années de Harper, quand la pollution était gratuite. On doit faire mieux que ça. Nos enfants comptent sur nous. »

Suivez Mack Lamoureux sur Twitter.

Follow Mack Lamoureux on Twitter.

This article originally appeared on VICE CA.