Publicité
Food by VICE

Un mec a trouvé une astuce débile pour décapsuler sa bière dans le train

Instinct de survie (nm) : impulsion innée qui pousse un être humain à utiliser tous les moyens à sa disposition pour se mettre une caisse.

par Nick Rose
23 Novembre 2017, 11:49am

Photo via Pixabay user StockSnap

Un milieu hostile, une bière bien fraîche et une bonne dose de génie. Pas étonnant que l’histoire de Patrick Dalton et de son tweet soit devenue virale. Elle comporte clairement tous les éléments nécessaires pour passer à postérité.

En attendant qu’Universal rachète les droits d’adaptation, voilà ce qu’il s’est passé : la semaine dernière, le photographe britannique publiait une vidéo de lui en train de décapsuler une bouteille de binouze. Le twitst, c’est qu’il n’utilisait pas un ouvre-bouteille, un briquet ou ses dents mais le système de ventilation d’un train de banlieue.

LIRE AUSSI : Comment ouvrir sa bière avec des objets débiles du quotidien

« Je viens de découvrir une petite astuce @SouthernRailUK ! », a tweeté Dalton en interpellant la société ferroviaire qui a généreusement, bien qu’involontairement, fourni aux passagers un moyen imparable de s’envoyer quelques bières durant leur trajet.

« Là, j’ai vraiment l’impression d’être MacGyver ou Ray Mears (aventurier britannique) », a-t-il ajouté « Bon, on va plutôt dire Fonzie. » Fier de son coup, Dalton va ensuite découvrir le concept de karma : « Je suis sorti du wagon et je me suis rendu compte que j’avais perdu le petit capuchon en plastique de mes écouteurs. Le Seigneur donne, le Seigneur reprend. »

Pas grave, Dalton peut se targuer d’avoir été retweeté presque 5 000 fois, d’avoir recueilli plus de 14 000 likes et d’avoir reçu une flopée de commentaires laudatifs. « Putain de génie ! Maintenant, on sait tous comment faire #changeladonne », a ainsi écrit Fliss Denham.

Même si elle va faciliter la vie de pas mal de voyageurs, la ruse de Dalton n’a cependant pas levé toutes les interrogations à son sujet. La plus répandue sur les réseaux sociaux est « Mais pourquoi ? »

Selon l’intéressé, qui a déjà documenté la vie quotidienne de ses compatriotes dans une série de bouquins de photos baptisés Shit London, elle est le fruit d’un mélange d’ennui et d’instinct de survie prompt à se manifester dans les transports en commun britanniques.

« Le système ferroviaire au Royaume Uni est tellement peu fiable que boire est presque une condition préalable pour atténuer la pénibilité d’un trajet retardé », explique Dalton à MUNCHIES dans un mail. Ou quand le désœuvrement entraîne l’éclair de génie.

LIRE AUSSI : La bière à 55° et à 20 000 balles que l'on boit dans un écureuil empaillé

« Me trouvant dépourvu de décapsuleur ou de tout autre outil pouvant m’aider à ouvrir ma bouteille, je me suis retrouvé plongé dans une situation de survie », raconte Dalton. « Dangereusement proche de la déshydratation, la sagesse de Bear Grylls m’est soudain revenue : ‘Improviser. S’adapter. Surmonter'. »

« J'ai regardé vers le ciel et j'ai vu le système de ventilation au plafond qui semblait me tendre la main », poursuit Dalton. « J’ai levé la bouteille, la capsule s’est parfaitement glissée dans l’ouverture et, après avoir entendu le sifflement caractéristique, je l’ai retirée. Est-ce le résultat d’une intervention divine ? Qui sait ? Pas moi en tout cas. »