FIGHTLAND

Mayweather et le MMA sont les grands gagnants du « combat du siècle »

Tout le monde est content, puisque malgré la défaite, Mc Gregor ressort la tête haute et les poches remplies.

par Frédéric Jasseny
28 Août 2017, 7:44am

Flickr

Il n'y a pas eu de miracle. Dans la nuit de samedi à dimanche à Las Vegas, la T-Mobile Arena a été le théâtre d'une nouvelle démonstration de maîtrise de la part de Floyd Mayweather, victorieux de la star du MMA Conor McGregor par arrêt de l'arbitre (TKO) à 1min05 du 10ème round. Si les deux premiers rounds laissaient présager un semblant de domination de la part de l'Irlandais, la suite n'a laissé aucun doute. Mais le MMA a acquis au passage quelques lettres de noblesse.

Plutôt en retrait devant la gouaille de l'irlandais pendant toute la tournée de conférences qui a précédé le combat, l'Américain a sorti les griffes pendant le face-à-face. Au centre du ring avant le premier coup de gong : Conor le regard fermé, Floyd tout sourire.

Les deux premiers rounds, surtout le premier, ont bouleversé les a priori des amateurs de sport de combat. McGregor montrait une boxe disciplinée, propre et trouvait notamment sa cible avec un uppercut. Pour la première fois, les puristes de boxe voyaient un combattant de MMA à l'aise sur le ring, tout en conservant son style. McGregor gênait les actions de Floyd et l'obligeait même à sortir de sa position de contreur, là où il excelle. L'allonge et le poids, largement à son avantage, aidaient l'Irlandais à imposer son jeu. Mais comment tenir sur la longueur ? Une première droite de Mayweather au 2 ème round, ultra-précise, annonçait ce qui allait suivre.

Par excès de confiance, McGregor a ensuite choisi de débiter un volume de coups impressionnant pour espérer toucher. Mais la très grande majorité d'entre eux était dépourvue de puissance, faisant ressembler le combat à une séance de sparring (combat d'entraînement) du dimanche matin. Les rounds se suivent et se ressemblent. En boxe, l'effort cardio-vasculaire est radicalement différent du MMA. Résultat, McGregor peine à enchaîner et ne parvient jamais à imposer son rythme. Pire, par manque de lucidité il commet des erreurs de placement, comme au cours du 7 ème round où il se décale du mauvais côté et prend une droite de plein fouet.

Le 9 ème round est déjà un calvaire pour l'Irlandais. Pris de vitesse, il n'a plus les ressources pour freiner les offensives de Floyd. Dès le début du 10 ème round, il enclenche la marche avant et des séries des deux poings. L'arbitre met fin au combat devant un McGregor sonné, largement dépassé, mais toujours debout.

Comme à son habitude, « Money » a limité les risques, même contre un adversaire largement à sa portée. Dès qu'il a senti que les capacités physiques de McGregor ne lui donnaient plus l'opportunité de finir le combat par un coup surprise (le fameux « lucky punch »), il a avancé sur son adversaire comme il ne l'a jamais fait. Plus de la moitié des coups de Floyd touchaient leur cible, limitant drastiquement les capacités d'analyse de Conor, ainsi que sa lucidité.

« La boxe est un grand sport. Le MMA est un grand sport », Floyd Mayweather, après le combat

Au micro, il a avoué être « fatigué » mais avoir eu « l'impression de dominer » à un moment du combat. C'est exactement ce que recherchait Mayweather : laisser son adversaire prendre confiance, se fatiguer, pour ensuite marquer des points.

L'arbitre Robert Byrd a toujours veillé à ce que le combat ne déborde pas. McGregor aurait pu encore plus profiter des phases de corps-à-corps pour multiplier les coups illégaux (comme ces crochets dans la nuque) mais il n'a pas persisté. Il a mené son combat dans les règles, comme un guerrier.

« Je disais que j'allais avancer et j'ai avancé droit devant. C'était ma stratégie », a déclaré Mayweather lors de la conférence de presse post-match. L'Américain avait à cœur de remporter celui des fans. Il a tenu sa promesse.

Si l'issue de combat ne faisait aucun doute, le déroulé en a tout de même surpris plus d'un. Conor McGregor a contraint Floyd Mayweather, l'un des meilleurs boxeurs de tous les temps, à adapter sa stratégie. A défaut d'avoir battu le boxeur le plus intelligent de l'Histoire, il a illustré toute l'essence du MMA : ne jamais cesser d'apprendre et s'enrichir de tous les autres sports de combat.

>> Lire aussi : de Polydamas à McGregor, une anthologie du MMA

Au final, ce combat n'a pas vraiment de perdant aux yeux de l'Histoire. Floyd Mayweather boucle sa carrière avec un palmarès de 50 victoires sans aucune défaite, dépassant ainsi le record du légendaire Rocky Marciano (49). Conor McGregor a prouvé qu'il était un guerrier capable de relever tous les défis, et surtout, que le MMA méritait sa place parmi les sports de combat d'élite. L'Irlandais a annoncé qu'il allait revenir dans l'octogone. Si sa confiance n'est pas ébranlée par ce revers, il pourrait bien redevenir imbattable. Ah oui, n'oublions pas non plus que ces deux-là ressortent du ring plus riches que jamais.