Culture

J'ai fait croire que j'étais ami avec Russell Brand pour obtenir des trucs gratuits

Armé d’Instagram, d’un sosie et d’une application de face swap, j'ai réussi à obtenir gratuitement des pizzas, des vêtements, et même une suite dans un hôtel.
9.4.18

L'article original a été publié sur VICE UK et a été traduit par VICE FR.

Vous vous souvenez de « La cabane à Dulwich » ? Au cas où vous seriez passé à côté, j'ai trompé tout le monde en faisant de ma cabane le « restaurant » le mieux noté sur TripAdvisor grâce à un tas de faux avis.

Contre toute attente, ça a changé ma vie. Ces derniers mois, des milliers de nouveaux followers ont afflué sur mes réseaux sociaux ; des dizaines de gars soûls m’ont demandé de poser avec eux dans des pubs ; et je peux à peine marcher dans mon village natal sans que de vieilles connaissances ne me fassent signe. Mais combien de temps cela va-t-il durer ? Après tout, je ne suis pas vraiment une célébrité, juste un dude un peu chubby de Redditch.

Publicité

Afin de comprendre comment prolonger cette nouvelle vie, je décide de parcourir des profils de personnes célèbres. Il y a des tas de photos de places de concerts, de repas délicieux, d’hôtels de luxe et de vêtements sur mesure, toujours accompagnés de légendes comme « merci @mcdonalds ! » ou « big up @nike ». Pour mener la belle vie, donc, il faut utiliser son statut pour demander des cadeaux, puis remercier publiquement la marque qui vous a envoyé ces cadeaux. C'est ridicule. Mais ça marche.

Mais pour ça, il faut que je sois intéressant pour les marques. J'ai besoin d’un soutien, de quelqu’un dont la renommée éclipse de loin la mienne. Je me creuse les méninges pour trouver une idée et là, un prophète apparaît : M. Brand lui-même – Russell de son prénom, star de Get Him To the Greek, The Trews et autres canulars téléphoniques sur le répondeur de politiciens. Malheureusement, je ne sais pas comment on devient ami avec Russell Brand, il me faut donc trouver un autre moyen de convaincre les marques que je le connais bien.

Comment je vais m’y prendre ? C'est très simple.

J'organise un tête-à-tête avec Russell

Je vous présente Ryan.

Je demande à des amis s'ils connaissent un gars qui ressemble à Russell Brand et quelqu’un me parle de Ryan. Il lui ressemble, pas vrai ? C'est tout ce dont j'ai besoin : le strict minimum. Ça, Photoshop, et quelques photos du vrai Russell. Il ne me reste plus qu’à prendre un selfie avec Ryan, faire un rapide face swap et poster la photo sur Instagram.

Je contacte Ryan. Il est partant. La machine est en route.

Publicité

Mais même avec mon faux Brand en poche, je ne peux pas me contenter de poster des photos prises dans un bar quelconque, n'est-ce pas ? Je dois trouver un endroit où les gens s’attendent à voir une célébrité, comme ces clubs chics où Rihanna, Bieber et Drake boivent des bouteilles de champagne qui valent plus qu'un vol transatlantique en première classe. Comment y entrer ? Facile : en me faisant passer pour l’assistant personnel de Russell.

J’achète le nom de domaine www.russellbrand.co et crée une adresse courriel au nom de Ben Mather. J’envoie une série de courriels jusqu'à trouver l’endroit parfait.

« Bonjour Ben. Ça a l’air super, laissez-moi juste vérifier la disponibilité des chambres. Nous revenons vers vous dans les plus brefs délais ! Cordialement. »

Cet hôtel se vante d’être populaire auprès des célébrités, ce qui le rend « cool », si l'on en croit son site Internet. Après quelques échanges de courriels, on me donne une suite à 600$ la journée.

Le grand jour

Arrivé dans l'ouest de Londres, ma journée démarre comme celle de n'importe quel influenceur.

« Merci à @caffenero pour le délicieux café / J’attends quelqu’un d’assez excitant avec qui je vais passer la journée »

Un message reconnaissant, avec un soupçon d'humilité.

Très vite, je publie mon premier post :

« Mieux vaut tard que jamais. Je passe la journée avec @trewrussellbrand aujourd’hui ! » Photo de Russell Brand : Mike Marsland/ WireImage/Getty Images

Petite précision : la photo ci-dessus n'est pas celle que j'ai mise en ligne – on a dû acheter des images sous licence de Russell Brand pour pouvoir les inclure dans cet article sans être poursuivis pour violation de copyright –, mais c'est assez proche !

Un doute m’assaille. Les gens vont-ils tomber dans le panneau ? Je n'ai droit qu’à un essai. Mes followers vont-ils vraiment croire que je suis le genre de gars à pouvoir passer une journée avec Russell Brand ? Ça va se jouer à pile ou face.

Je publie la photo. Deux minutes de silence s’ensuivent, puis je sens des vibrations.

« Impossible ! »/« Dude, c'est malade ! »/« Wow »/« Oh mon Dieu »/« Dis bonjour à Russell de ma part »

Sur Instagram, beaucoup de gens tombent dans le panneau, mais ils n'ont encore rien vu.

Je peux donc pousser les gens à croire que Ryan est Russell grâce au voile protecteur d'Internet, mais comment puis-je tromper un hôtel ? Je demande à Ryan, qui ne se trouve pas loin, de mettre ses lunettes de soleil.

J'entre dans le hall et une femme m'accoste. « Vous êtes Oobah ? » Elle se présente comme étant la représentante de l'hôtel. « J'ai parlé avec Ben, vous connaissez Ben ? » Je ne vois pas de qui elle veut parler, jusqu’à ce que mon cerveau s'enclenche : Ben est l’assistant personnel de Russell.

J'acquiesce. Elle me demande à quelle heure Russell sera là et je réponds de manière vague. Elle me remet la clé de la chambre. Je la remercie.

Publicité

« Je vais suivre vos pitreries sur Instagram ! » me lance-t-elle. « On dirait que vous le connaissez déjà ? » Elle regarde ma story. Tout s’écroule autour de moi pendant qu'elle analyse la photo. « Très sympa ! » Elle disparaît et je monte dans l'ascenseur, le cœur battant.

J’entre dans la chambre et je vois ça :

Ils ont sorti le grand jeu. Ils sont même allés jusqu’à acheter à Russell Brand – que l’on sait accro au sexe – une gamme complète de sex-toys ; pile ce dont vous avez besoin pour une interview. Je culpabilise presque, avant de me rappeler que tout cela a été mis gratuitement à disposition pour quelqu'un qui fait partie des 1 pour cent de gens dans le monde qui pourrait réellement se permettre cette suite.

Insta doit voir où nous en sommes.

« Merci à * pour la super suite »

Je me jette sur le lit probablement très onéreux et disparais dans son immensité tel un chihuahua dans un jacuzzi.

Ce post semble avoir légitimé notre journée et attiré un autre type de spectateurs.

« Ce n’est pas une bonne chose. Je réalise un documentaire sur le changement sociétal – demande à Russell et demande-toi aussi quels sont le pire et le meilleur moments dans l’histoire humaine stp. Soyez aussi libres et sauvages que vous voulez dans vos réponses. Noel Edmonds est une réponse possible aux deux. »

J'apprécie toute cette attention, mais j'aspire à plus.

C'est là que je me rends compte que j'ai oublié quelque chose : Ryan ! Je me précipite dans la rue pour aller le chercher. Ryan est loin d'avoir l'accent de l'Essex – je dois le faire taire et le garder à distance du personnel de l'hôtel. On traverse le hall sans faire de bruit.

Mes followers y croient, mais ça ne suffit pas pour que les marques me rincent.

On poste une autre photo sur Instagram.

« Travail terminé. Si vous voulez nous envoyer quelque chose, n’hésitez pas. » Photo de Russell Brand : Splash News/Alamy Stock Photo

J'attends patiemment en fixant mon téléphone et en priant pour qu'un message arrive. Au bout d’un moment… bingo. Je donne l’adresse de l’hôtel à la société et un cadeau arrive.

« Merci de nous avoir envoyé ces adorables chaussettes @stancesocks »

Ce sont des chaussettes fantaisie Street Fighter de la marque Stance. C'est parfait. Mais je ne veux pas juste être celui que tout le monde envie sur Internet ; je veux aussi être comique. Alors je demande à Ryan d'enfiler les chaussettes…

Et de mettre quelque chose de plus confortable.

Ce qui donne ça.

« Ce moment où @trewrussellbrand surprend Oobah en train de commander de l'alcool. Pas content » Photo de Russell Brand : Mike Marsland/WireImage/Getty Images

J'ai faim.

Publicité

J'appelle les bureaux de presse de diverses chaînes de fast-food pour leur demander d'envoyer de la bouffe dans la suite. Si Pizza Hut, Itsu et KFC se montrent un peu réticents, il y a tout de même un intéressé. Et pas des moindres.

« Bonjour Oobah, juste un petit mot pour vous dire que la commande ci-dessous vous sera livrée d’ici 20-30 min max. Si vous avez envie de nous tagguer sur un post insolent de vous et Russell en train de savourer votre Domino’s ce serait génial. »

Domino’s Pizza. Une commande d’une valeur de 220 dollars offerte en échange d'un « post insolent de vous et Russell en train de savourer votre Domino's » ? On dirait une blague, mais 30 minutes plus tard…

On a droit à un vrai un festin ! Maintenant, pour ce qui est du post crucial…

« Voilà pour les chefs, @dominos_uk pour le festin »

Une rapide recherche Google vous apprendrait que Russell Brand est végétalien. Et qu’il a des tatouages très visibles sur le bras droit. Mais est-ce vraiment important ?

« Merci pour le tag ! »

Pas du tout !

Neuf parts de pizza et un biscuit plus tard, je suis rassasié et satisfait. Il est temps de faire la fête. J’attrape Ryan et on disparaît dans la nuit.

Je repère deux hommes devant un pub, un verre à la main. Je me dirige vers eux avec mon téléphone. « Je fais un facetime avec mon ami Russell Brand ! » Ils ont l'air étonnés.

« Faites un coucou à Russell ! » leur dis-je en leur montrant la vidéo de Ryan faisant un signe de la main.

« C’est vrai ? » me demandent-ils. « T’es vraiment ami avec Russell Brand ? C’est fou ! »

Ça gonfle mon ego.

J'avais décidé de garder tous les posts pour Instagram afin d’éviter de recevoir trop de réponses, mais après cette rencontre, plus rien ne m’arrête. Je balance un tweet.

Les likes pleuvent. Je reçois un courriel. Une invitation VIP à une fête à laquelle seuls des gens comme Russell Brand peuvent aller.

« Je n’ai encore jamais vu @elbowofficial, mais @trewrussellbrand nous a trouvé des billets VIP, alors je leur laisse une chance » Photo : Monica Schipper/Getty Images

Des billets VIP pour le concert d’Elbow à l'O2. La marque d'un vrai influenceur.

« Merci à @elbowofficial pour les tickets. Je me suis amusé autant que je le pouvais, même si @trewrussellbrand a chanté dans mon oreille tout du long. Super journée »

En revenant de l'O2 Arena, je lis les messages des amis et collègues qui me demandent ce que je fais avec Russell Brand. De toute évidence, le pouvoir de la célébrité est fort. À partir de maintenant, plus rien ne pourra m'empêcher d’avoir des chaussettes gratuites et d'aller voir Elbow tous les soirs de l'année ! Rien ! Excepté…

La fin

La vibration de mon portable pressé contre ma tempe me réveille. « Vous êtes Ben ? » demande une voix sévère à l'autre bout. « Depuis combien de temps travaillez-vous pour Russell ? Parce que moi, je travaille avec lui depuis dix ans. »

Je bafouille, elle me coupe : il s'avère que les billets VIP pour Stereophonics que j'ai demandés m’ont trahi. « Vous avez enregistré le nom de domaine russellbrand.co ? » Je reste silencieux. « Je vous conseille d'arrêter ce que vous êtes en train de faire, parce que si vous continuez à envoyer des messages en vous faisant passer pour son assistant personnel, vous pouvez vous attendre à une poursuite en justice de la part de l'agent de Russell. Au revoir. »

Publicité

Avant de publier cet article, j’ai tenté de contacter Russell Brand pour qu’il me donne son avis sur toute cette ruse, mais j’ai seulement reçu un message disant que je n’ai pas le droit d’utiliser son image pour obtenir des trucs gratuits – ce qui est embarrassant, vu que c’est déjà fait.

Rien à ajouter.

@Oobahs / @CBethell_photo

Merci à Liam Clemson pour ses retouches photo.

ATTENTION : N'essayez pas de reproduire cette tactique chez vous. C’est très long de face swapper des visages de célébrités sur des photos préexistantes de façon convaincante et, franchement, personne n'a le temps pour ça.