argent

Les billets préférés des criminels sont sur le point de disparaître

C’est le bon moment d’aller faire des dépenses frivoles avec ceux qu’il vous reste.
Crédit photo: brian.ch via Flickr

Lors du dévoilement du budget fédéral hier, le gouvernement a annoncé que la Banque du Canada ne considérera bientôt plus comme légaux certains vieux billets de banque. Entre autres, les billets de 2 $, 25 $, 500 $ et 1000 $ ne pourront plus être utilisés pour des transactions courantes. Par contre, si des citoyens détiennent de ces billets, ils pourront les échanger à leur valeur nominale dans une banque.

Publicité

En circulation depuis 1935, les billets de 1000 $ ne sont plus imprimés depuis 2000 dans le but de réduire le blanchiment d’argent, pour lequel ils sont beaucoup utilisés. De plus, le fait qu’ils ne disposent pas des caractéristiques de sécurité sophistiquées (polymères, reliefs, bandes transparentes) qu’ont les nouveaux billets les rend propices à la contrefaçon.

Les premiers billets de 1000 $ canadiens ont été imprimés en 1871, époque où ce montant dépassait largement le salaire annuel moyen de la population. Lorsqu’ils ont été mis en circulation par le gouvernement, ces billets étaient plutôt utilisés comme des bons de sécurité pour les banques qui pouvaient être échangés contre de l’or. La plupart de ceux encore en circulation aujourd’hui sont surnommés « pinkies ». Imprimés en 1988, ils ont une légère teinte pourpre qui tire sur le rose.

Depuis qu’ils ont été retirés de la circulation en 2000, tous les billets de 1000 $ que la Banque du Canada reçoit sont détruits et soustraits du total qu’ils estiment encore en circulation. D’après des experts, ils sont fréquemment utilisés dans le monde du crime, car ils facilitent les transactions de montants élevés. Tous les billets canadiens ont le même poids, soit un gramme. Pour rembourser une dette d’un demi-million de dollars, il est plus simple de remettre un demi-kilo de coupures de 1000 $ que 5 kilos de 100 $.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Ils sont maintenant utilisés pour payer des dettes, pas comme monnaie courante. Ils sont utilisés pour acheter et vendre, mais pas pour encaisser, parce que [les criminels] savent que, s’ils les encaissent, on pourra les retracer. Donc, ils se paient entre eux, et ce n’est que le dernier qui aura en main ces billets qui aura le tracas de devoir les encaisser », expliquait l’expert Jeffrey Robinson au Financial Post en 2012.

Si, jusqu’à maintenant les billets conservaient leur valeur malgré leur retrait imminent de la circulation, ils perdront bientôt leur statut de monnaie légale et, par conséquent, leur valeur nominale. La Banque du Canada estime qu’il reste encore environ 700 000 billets de 1000 $ en circulation.

Le gouvernement fédéral devra faire adopter une loi au Parlement l’autorisant à rendre obsolète une monnaie jusque-là légale. On ne sait donc pas exactement à partir de quand ils ne seront plus acceptés, mais c’est probablement le bon moment d’aller au bar flauber vos vieux billets de mille.

Billy Eff est sur internet ici et .