FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Des chauffeurs de taxis chinois tentent de se suicider collectivement en buvant des pesticides

Ils manifestaient pour le droit de renouveler leurs licences.
7.4.15
Image via Twitter/People's Daily China

Plusieurs conducteurs de taxis ont tenté de se tuer en buvant des pesticides liquides lors d'une manifestation vendredi dernier. Cela s'est produit non loin d'un centre commercial animé de Pékin.

Cet acte désespéré s'est produit non loin du magasin Wangfujing, ont indiqué les autorités locales via les réseaux sociaux de la police et le New York Times. Le journal explique qu' « au moins dix hommes » ont bu ces pesticides. Le South China Morning Post (SCMP) parle lui d'un nombre de « plus de trente personnes ». Elles ont été hospitalisées. Le New York Times rapporte que toutes ont survécu.

Publicité

Des images et vidéo de la scène ont été postées sur les réseaux sociaux. On y voit de nombreuses personnes dans la rue. Au milieu de la foule qui les entoure, on voit des gens avec de l'écume aux lèvres.

30 taxi drivers from Suifenhe, Heilongjiang staged protest in Beijing Sat, appealing for right to renew taxi licenses — People's Daily,China (@PDChina)April 4, 2015

Les chauffeurs de taxis mécontents manifestaient pour le droit à renouveler leurs licences de taxi, explique le SCMP. Depuis la mise en place en 2011 à Suifenhe, un district chinois, d'une réforme, les chauffeurs de taxi n'ont pas le droit d'être à leur compte, poursuit ce journal. À la place, ils sont obligés de travailler comme taxis au sein d'une structure publique, ou alors de quitter leur job moyennant compensation. Il arrive souvent en Chine que des citoyens qui ont des griefs envers un gouvernement local, décident de manifester leur mécontentement devant l'autorité centrale de Pékin, une tradition qui remonte à l'Empire chinois.

« Nous sommes arrivés en train le lundi, mais nous n'avons pas eu de réponse à nos doléances, portées devant le Bureau d'État pour les lettres et les appels , et devant le ministère des Transports, » a dit un manifestant au média chinois Caixin.

D'après le New York Times, lors de pareilles manifestations de désespoir, ceux qui en réchappent sont mis en prison, ou placés dans des instituts pour malades mentaux. Le SCMP rapporte que la police a « emmené » plusieurs manifestants juste après leur geste.

Boire des pesticides est apparemment un moyen répandu de se suicider dans les zones rurales de la Chine, et cela a déjà été utilisé comme geste de contestation lors de rassemblements. L'été dernier, sept personnes ont bu un pesticide devant les bureaux du journal le China Youth Daily, à Pékin, après que le gouvernement local a saisi leurs terres.