FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Affrontements à Jérusalem-Est après l'agression d'une figure de l'extrême droite israélienne

Les tensions à Jérusalem sont fortes après la tentative d'assassinat de Yehuda Glick, qui ont conduit les autorités à fermer l'Esplanade des Mosquées.
31.10.14
Photo par Mahmoud Illean/AP

Les tensions à Jérusalem ont atteint un nouveau paroxysme dans la nuit de mercredi à jeudi, après la tentative d'assassinat du rabbin et activiste d'extrême droite Yehuda Glick. L'incident a amené les autorités israéliennes à abattre un homme suspecté d'être le tireur et à fermer l'Esplanade des Mosquées dans la vieille ville.

Le site religieux, situé sur le mont du Temple a été fermé par les autorités israéliennes après l'agression. Cette fermeture est une première depuis plus de 14 ans. Pour le président palestinien Mahmoud Abbas, cette fermeture équivaut à une « déclaration de guerre ».

Publicité

Escalade de tension à Jérusalem alors que Netanyahu accélère la colonisation. À lire ici (article en anglais).

« Cette escalade israélienne est une déclaration de guerre au peuple palestinien, à ses lieux saints, et à la nation arabe et islamique, » a déclaré un porte-parole de Mahmoud Abbas à des journalistes. « On tient le gouvernement israélien pour responsable de cette dangereuse escalade à Jérusalem qui a atteint son paroxysme avec la fermeture de la mosquée al-Aqsa ce matin. »

La fermeture fait suite aux coups de feu qui ont blessé mercredi soir Yehuda Glick, un colon militant d'extrême droite né aux États-Unis, connu pour son activisme sur le mont du Temple. Il est à la tête d'un mouvement qui milite, avec d'autres colons extrémistes, pour que les juifs aient davantage de droits d'accès à ce lieu de prière, une demande perçue par les Palestiniens comme une provocation délibérée.

Un homme à moto a tiré sur Yehuda Glick, 48 ans, alors qu'il quittait le Menachem Begin Heritage Center, où il avait donné une conférence. Il serait dans un état critique mais stable.

Levée de fonds pour la construction d'un troisième temple juif à Jérusalem. À lire ici.

La police israélienne a abattu l'homme suspecté d'être l'auteur des tirs, Muataz Hijazi, un Palestinien de 32 ans, dans un raid mené à l'aube. Muataz Hijazi a passé onze ans dans les prisons israéliennes et a été relâché en 2012. Il était membre du Djihad islamique, un groupe palestinien islamiste, qui a publié sa nécrologie mais n'a pas revendiqué l'attaque d'après le Guardian.

Publicité

Muataz Hijazi a été retrouvé dans un bain de sang sur le toit d'une maison à Abu Tor, dans Jérusalem-Est. Des centaines d'officiers à sa recherche avaient passé le quartier au peigne fin, d'après Reuters. Son père et son frère ont également été arrêtés.

On n'a que peu d'informations sur Muataz Hijazi. D'après les médias israéliens, il travaillait au restaurant du Menachem Begin Heritage Center et a terminé son service avant de tenter d'assassiner le rabbin. On ne sait pas quelles preuves ont permis aux autorités israéliennes de l'identifier comme suspect, mais un porte-parole israélien a dit qu'une perquisition fouillée de sa maison avait permis de trouver des preuves montrant qu'il était responsable.

On peut voir les forces israéliennes faire un raid dans le quartier dans une vidéo partagée par des médias palestiniens.

« Le principal suspect de l'attaque a été éliminé à son domicile dans le quartier d'Abou Tor à Jérusalem par une unité des forces spéciales de la police à la suite d'un échange de tirs, » a déclaré le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld.

Les forces israéliennes ont aussi tiré des « bombes sonores » pour disperser des foules de jeunes palestiniens en colère qui jetaient des tuiles et des briques.

À la suite de la tentative d'assassinat de Yehuda Glick, des groupes d'extrême droite juifs ont appelé à marcher sur la mosquée al-Aqsa. Les autorités ont bloqué l'accès au site à tout le monde. La police a dû s'opposer physiquement pour arrêter les activistes d'extrême droite alors qu'ils tentaient de prendre le site d'assaut.

Publicité

Seul le directeur de la mosquée et ses gardes du corps ont été autorisés à pénétrer. On aurait également refusé l'accès du site au muezzin.

« Il est inacceptable que la mosquée al-Aqsa paie pour les événements qui ont lieu à Jérusalem, » a dit son directeur, d'après l'agence de presse palestinienne Maan. « La mosquée est un endroit de prière et tous les musulmans ont le droit d'y accéder. »

Proud people of Jerusalem pray Asr prayers in the streets as the Israeli regime forces full closure of Aqsa mosque — Zalameh (@BDS4Justice)October 30, 2014

Le mont du Temple — ou Haram al-Sharif, en arabe — est au coeur du conflit depuis 1967, quand Israël a occupé Jérusalem-Est.

En 2000, alors qu'il faisait campagne pour le poste de Premier ministre, Ariel Sharon avait visité l'Esplanade des Mosquées accompagné de centaines de policiers, ce qui a rendu les Palestiniens furieux, et a conduit à une escalade de violence qui a mené à la seconde Intifada, un soulèvement qui a duré jusqu'en 2005.

Des images montrent des forces israéliennes prendre d'assaut la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. À regarder ici.

Suivez Alice sur Twitter:@alicesperi