Crime

Depuis le Brexit, augmentation des incidents racistes au Royaume-Uni

La police britannique rapporte une augmentation de 57 pour cent des incidents racistes depuis les résultats du référendum de vendredi dernier.
29 juin 2016, 12:58pm
Des groupes d'extrême droite au cours d'une manifestation anti-immigration à Douvres, le 30 janvier 2016 (Rex Features via AP Images)

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne semble s'accompagner d'une vague d'incidents racistes dans le pays.

La police britannique rapporte une augmentation de 57 pour cent des incidents racistes depuis les résultats du référendum de vendredi dernier.

« Ce n'est pas une coïncidence, » a indiqué au Guardian une source proche de la police.

La plupart des 48,1 pour cent de Britanniques qui ont voté pour rester dans l'UE ont été choqués par les résultats. Pour les anti-Brexit, la victoire du « Leave » est synonyme de victoire pour les xénophobes.

Si les raisons qui ont poussé plus la moitié du pays à vouloir sortir de l'UE sont certes multiples, ceux qui ont fait campagne pour le « Leave » se sont largement servi de la peur des étrangers pour pousser leurs idées, accusant les immigrés de tous les maux que connaît le Royaume.

Leur victoire pourrait bien avoir créé un sentiment d'impunité chez certains, encouragés par la rhétorique d'extrême droite de l'UKIP (UK Independence Party), de Britain First et des tabloïds eurosceptiques. Ainsi, dans le journal le Sun, on pouvait lire : Là où le Brexit a gagné, des rues pleines d'épiceries polonaises, des enfants qui ne parlent pas anglais... Mais le drapeau anglais flotte à nouveau.

De nombreuses vidéos et anecdotes ont émergé ces derniers jours. Elles véhiculent toutes plus ou moins le même message — « Rentrez dans votre pays ».

Three people have been arrested following an apparent incident of racial abuse on a tram in Manchester.— Channel 4 News (@Channel4News)June 28, 2016

Dans cette vidéo, trois hommes insultent un autre passager d'un tram de Manchester. Ils lui crient notamment "Fais toi déporter". Les trois hommes ont depuis été arrêtés.

Dans cette vidéo, des gens sont rassemblés devant une mosquée. Ils brandissent des banderoles où il est écrit « Les réfugiés violeurs ne sont pas les bienvenus » et chantent « Allah, Allah, mais qui c'est ce type ?»

Another worrying post-— Miqdaad Versi (@miqdaad)June 25, 2016

Dans une étude de NatCen réalisée en 2014, près d'un tiers des personnes interrogées ont admis avoir été victimes de racisme, soit une importante augmentation depuis les niveaux observés au début des années 2000. Le taux d'incidents racistes au Royaume-Uni est semblable à celui des années 1970, 1980. C'est à cette époque que l'extrême droite britannique a commencé à se développer parmi les milieux ouvriers et blancs qui estimaient que les immigrants représentaient une concurrence sur le marché du travail.

'Halal butchers hit by 'petrol bomb' thrown into — I Am Birmingham (@IAmBirmingham)June 28, 2016

Une boucherie halal visée par une bombe agricole.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, et le Premier ministre démissionnaire, David Cameron, ont tous les deux condamné les récents incidents racistes.

« Au cours des derniers jours, il y a eu ces affreux graffitis sur un centre communautaire polonais, ou encore ces insultes racistes adressées à des membres de diverses minorités, » a déclaré Cameron ce lundi devant les membres du parlement. « Souvenons-nous que ces gens sont venus ici et ont contribué grandement au développement de notre pays. »

L'ambassadeur polonais au Royaume-Uni, Witold Sobkow, s'est dit choqué par la vague de commentaires racistes dont fait l'objet la communauté polonaise depuis le Brexit.

Cards reading 'No more Polish Vermin' left outside homes and schools after EU referendum — BBC News England (@BBCEngland)June 26, 2016

Sur les petites pancartes on peut lire en anglais et en polonais : "Quittez l'UE. Assez de la vermine polonaise".

Khan a indiqué avoir demandé à la police d'être « extrêmement vigilante quant à l'augmentation d'incidents racistes. »

« Il est primordial que nous soyons unis contre tout crime ou commentaire raciste de la part de ceux qui pourraient se servir du vote de la semaine dernière pour nous diviser, » a dit Khan.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR