Environnement

La population mondiale de tigres est en hausse pour la première fois depuis un siècle

Menacés d’extinction par un siècle de chasse et par la destruction continue de leur habitat, la population mondiale de tigres sauvages a augmenté pour la première fois en 100 ans.

par Jake Bleiberg
13 Avril 2016, 8:24am

Photo par Christy Williams/WWF

Menacés d'extinction par un siècle de chasse et par la destruction continue de leur habitat, la population mondiale de tigres sauvages a augmenté pour la première fois en 100 ans. Selon des données publiées par World Wildlife Fund (WWF), environ 3 890 tigres sont aujourd'hui répartis au sein de 13 pays d'Asie,. C'est une nette augmentation par rapport à 2010, lorsque l'organisation avait recensé 3 200 tigres dans le monde.

Même si dans certains pays le nombre de tigres est en chute depuis six ans, la population des tigres est en hausse en Russie, au Népal, au Bhoutan et en Inde — qui abrite la majorité des tigres sauvages du monde.

Cette croissance est en partie due à l'amélioration des méthodes de recensement. Mais d'après WWF, certains pays ont également renforcé les mesures de protection des tigres et se sont même engagés à faire doubler le nombre de tigres d'ici 2022 — l'année du tigre, d'après l'astrologie chinoise.

« C'est la première fois depuis un siècle que nous avons réussi à inverser la tendance, mais il nous reste encore beaucoup de chemin à faire », explique Nilanga Jayasinghe, administratrice du programme de conservation des espèces asiatiques au sein de WWF. « Les problèmes et les menaces sont toujours très courants. »

En Inde, les données du gouvernement montrent que la population de tigres a augmenté d'un tiers au cours des dernières années, passant de 1 706 tigres en 2011 à 2 226 tigres en 2014. Cette augmentation est en partie due aux efforts du gouvernement qui a multiplié les zones protégées.

Les états dits « du tigre » vont se rencontrer cette semaine afin de coordonner leurs efforts de protection des tigres sauvages. Malgré leurs promesses, tous n'ont pas été capables d'éradiquer le braconnage, ni de ralentir la dégradation des habitats. La semaine dernière, des défenseurs de l'environnement au Cambodge ont déclaré « l'extinction fonctionnelle » du tigre dans le pays. La dernière observation d'un tigre au Cambodge remonte à 2007.

La disparition des tigres, explique Jayasinghe, a des conséquences environnementales qui vont au-delà de la survie de l'espèce elle-même. Le tigre est considéré comme une espèce « clef de voûte », parce qu'en tant que prédateur, il se situe en haut de la chaîne alimentaire. La disparition des tigres entraîne l'augmentation des gros herbivores qui leur servent d'habitude de proie, ce qui perturbe l'équilibre de l'écosystème.

La menace humaine, en particulier en Asie du Sud Est, vient de la déforestation, des projets immobiliers et du braconnage. Certaines parties du tigre sont consommées pour leurs vertus prétendument médicinales, et certains s'en servent comme remède aux douleurs, à l'alcoolisme et à l'impuissance.

« Toutes les parties du tigre — des moustaches jusqu'à la queue — sont vendues dans des marchés illégaux des espèces sauvages, qui alimentent un réseau criminel de plusieurs milliards de dollars », explique WWF dans un communiqué.

Le recensement des tigres sauvages n'est pas entièrement fiable. Sur les 13 pays dits « du tigre »,seuls cinq pays ont des estimations à jour de la population de tigres. Sept autres pays s'appuient sur des estimations fournies par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN). La Birmanie, qui est en proie à des troubles politiques, n'a ni l'un ni l'autre.

Néanmoins, le WWF estime que les pays sont en bonne voie pour atteindre leur objectif de 6 000 tigres d'ici 2022. 6 000 tigres représentent seulement 6 pour cent du nombre de tigres qui étaient en vie en 1900, et c'est un peu plus que les 5 000 tigres qui vivent aujourd'hui en captivité aux États-Unis.


Suivez Jake Bleiberg sur Twitter: @jzbleiberg