FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Silvio Berlusconi a été condamné pour corruption, mais il ne purgera aucune peine

Une cour de Naples a estimé qu'il avait soudoyé un sénateur afin de l'aider à affaiblir le parti de Romano Prodi.
10 juillet 2015, 1:05pm
Photo par GABRIELE PUTZU/EPA

L'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi a été reconnu coupable de corruption par une cour de Naples ce mercredi, qui a estimé qu'il avait soudoyé un sénateur afin de l'aider à affaiblir le parti de Romano Prodi, son principal opposant politique.

À l'issue du procès qui a commencé en février 2014, Berlusconi a été reconnu coupable et condamné à trois ans de prison pour avoir payé à Sergio De Gregorio — alors sénateur du parti Italia dei Valori — la somme de 3 millions d'euros en échange de son soutien au parti de Berlusconi, Forza Italia, de 2006 à 2008. De Gregorio a obtenu une réduction de peine en échange de son témoignage et a admis avoir accepté l'argent lorsqu'il était sénateur, ce qui lui a valu une peine de 20 mois d'emprisonnement.

Prodi est le seul homme politique à avoir battu Berlusconi dans les élections pour le poste de Premier ministre — en 1996 et en 2006. Sa deuxième victoire reposait sur une courte majorité au Sénat, qui s'est finalement désagrégée en 2008.

Malgré la condamnation, Berlusconi ne purgera pas sa peine de trois ans car le délai de prescription sera dépassé avant que le jugement en appel ne soit rendu. Selon la loi italienne, deux jugements en appel doivent être rendus avant que les accusés doivent purger leur peine. Le processus pourrait prendre plusieurs années, et le délai de prescription expirera dans quelques mois.

La défense a déclaré lors du procès qu'il n'y avait aucune preuve concernant un accord entre De Gregorio et Berlusconi. « C'est un verdict que nous estimons être extrêmement injuste et injustifié, » a déclaré Niccolo Ghedini, l'un des avocats de Berlusconi, en réaction à la condamnation ce mercredi. Berlusconi n'était pas présent lors de l'audience.

Valter Lavitola, présenté par les procureurs comme l'entremetteur entre Berlusconi et De Gregorio, a également été reconnu coupable et condamné à trois ans de prison.

Berlusconi a déjà été au centre de nombreuses accusations de corruption. En 2013, il a été reconnu coupable de fraude fiscale et condamné à quatre ans de prison — même si la sentence a été réduite à des travaux d'intérêt général à mi-temps, qu'il a récemment effectués.

Ce fut la première condamnation décisive pour Berlusconi, elle a mené à son expulsion du Sénat et une interdiction de mandat public pendant deux ans. Malgré cela, il détient encore un pouvoir et une influence considérables sur Forza Italia et reste l'un des hommes les plus riches du pays.

Berlusconi a par ailleurs été mis en cause pour avoir sollicité les services sexuels d'une prostituée mineure, dans des affaires de corruption et de collaboration avec la mafia. Les procureurs enquêtent désormais sur des allégations indiquant que Berlusconi ou ses assistants auraient soudoyé des témoins dans cette affaire de moeurs.

Associated Press a participé à la rédaction de cet article.