Des centaines de mercenaires russes seraient morts en Syrie, d'après un reportage de Sky News

Ce mercredi, Sky News a rapporté qu’une entreprise militaire privée, appelée « Wagner » et illégale sous la constitution russe, avait recruté des centaines d’hommes avant de les envoyer en Syrie.

|
août 11 2016, 1:40pm

Une d'Idlib après un bombardement, le 10 août 2016. (Ammar Abdullah/Reuters)

Le gouvernement russe payerait de jeunes hommes pour combattre en Syrie, malgré le fait que le Kremlin a assuré à de nombreuses reprises que l'engagement du pays était uniquement aérien.

Mercredi, la chaîne de télévision basée en Grande-Bretagne Sky News a rapporté qu'une entreprise militaire privée appelée « Wagner » — illégale sous la constitution russe — recrutait des centaines d'hommes et les acheminait vers la Syrie dans des avions de transport militaires russes.

Les deux hommes interviewés par Sky News, dont les noms, Dmitry et Alexander, ont été modifiés, assurent qu'ils ont été payés l'équivalent de 3 900 dollars par mois pour combattre des factions rebelles en Syrie, dont l'organisation État islamique. Pourtant la Russie a assuré que les seules personnes présentes au sol sont des instructeurs et des conseillers militaires. Le Premier ministre Dmitry Medvedev avait aussi déclaré dans un journal allemand en février que la présence de forces étrangères en Syrie — au sol — pourrait déclencher une guerre mondiale.

Dmitry (l'homme interrogé par Sky News) a déclaré qu'environ 500 à 600 Russes sont morts en Syrie, ce qui contraste nettement avec le bilan officiel de 19 victimes russes.

Wagner est dirigée par un ancien soldat des forces spéciales, connu sous le nom de Nikolai Utkin, qui a été décrit par les médias russes comme un admirateur du Troisième Reich, « Wagner » étant un hommage au compositeur préféré d'Adolf Hitler, a rapporté Sky News.

L'entreprise aurait recruté des hommes en ligne via des forums de discussion. Dans un enregistrement de l'une de ces conversations obtenu par Sky News, un homme entre en contact avec Wagner et répond à quelques questions élémentaires sur sa condition physique et sur toutes les questions juridiques qui pourraient se poser, avant qu'on lui demande de « venir à Molkino », une petite ville qui accueille une base des forces spéciales.

Selon Alexander, Wagner n'est pas très sélective concernant les recrues, mais l'entraînement, qui dure un mois ou deux, est intense, et la manière dont les hommes finissent par servir dépend de leur niveau d'expérience militaire.

Les deux hommes ont déclaré que les autorités dissimulaient des morts en signalant les hommes comme disparus, ou en inscrivant dans leurs dossiers qu'ils sont morts ailleurs.

Dmitry, qui est aujourd'hui de retour à Moscou a abandonné ses papiers d'identité quand il a signé avec Wagner. Quand il est rentré de Syrie et qu'il est allé à la base d'entraînement pour les récupérer, il a été arrêté et on lui a dit que Wagner n'existait pas.

Si ces récits sont vrais, ce ne serait pas la première fois que la Russie minimise sa participation à un conflit. L'année dernière, le think tank Atlantic Council a découvert que des Russes étaient présents en Ukraine en utilisant des informations récupérées notamment sur les réseaux sociaux. VICE News a ensuite utilisé la même méthodologie pour suivre un soldat russe de l'est de l'Ukraine jusqu'en Sibérie, confirmant l'engagement de la Russie.


Suivez Tamara Khandaker sur Twitter : @anima_tk

Plus de VICE
Chaînes de VICE