FYI.

This story is over 5 years old.

Un mois sur lnternet en France : juillet 2017

Voici notre nouvelle sélection mensuelle du meilleur de l'Internet français, qui comme chacun sait ne prend pas de vacances, et c'est tant mieux.​

Sport

Difficile de passer à côté du feuilleton à répétition riche en suspens et en chocolat que constituait la rumeur-annonce-peut-être-pas-officielle-mais-en-fait-si de l'arrivée de Neymar da Silva Santos Junior au PSG. Certains internautes y croyaient dès le départ, d'autres pas du tout, certains ont connu le bonheur à l'issue du twist final, d'autres ont occupé le temps comme ils pouvaient, notamment en créant le jeu parodique Neymario.

Publicité

On aurait dû connaître une sorte de pic de ludique à cette occasion, ce qui n'est pas plus mal car l'affaire prenait des allures de thriller psychologique. Mais impossible n'est pas marseillais, et un brave s'est dévoué pour faire redescendre la pression.

Justice

On ne le dira jamais assez, le selfie reste une invention néfaste qui tôt ou tard causera la perte de la race humaine. Ce mois encore le procédé a fait des dégâts collatéraux. D'abord, la condamnation de Brahim Zaibat a été confirmée, et il faut l'admettre, 3000 balles le selfie avec un sanglier au repos, ça fait cher pour une œuvre dont personne ne voudrait pour décorer ses toilettes.

Ensuite vient l'histoire de ce voleur malchanceux qui s'est pris pour le daron du crime. Sauf qu'il ne suffit plus de voler tranquillou un appareil photo high tech à deux touristes, il faut aussi s'assurer de ne pas figurer, même de loin, sur leurs selfies précédents. À noter que prendre des selfies au smartphone quand on dispose d'un appareil photo à 5000 balles devrait également être passible de prison. En tout cas, c'est ce que j'aurais plaidé au procès.

Tout cela n'est rien en comparaison de cette histoire rocambolesque, qui tire son origine d'un tweet malheureux posté au mauvais moment.

L'aspect kafkaïen de la procédure judiciaire décrite dans cette série de tweets est proprement consternante. Heureusement, ceux qui se chargent du service après-vente de la justice, à savoir les braves surveillants de l'institution pénitentiaire, ont su cultiver un sens de l'humour à toute épreuve - contrairement à une croyance répandue.

Publicité

Société

Parfois, on peut voir les réseaux sociaux comme un lieu virtuel unique où des mondes opposés peuvent se télescoper, communiquer et s'enrichir mutuellement. Et parfois, c'est juste Alien vs Predator, mais ça vaut le coup aussi.

Attention cependant, il est très facile d'être pris à son propre piège, surtout dans une conversation qui ressemble dès le début à une finale de Kamoulox.

Toujours dans la catégorie tel est pris qui croyait prendre, il semble que le Trouble Dissociatif de l'Identité sévit de plus belle chez les journalistes, même les plus aguerris.

Commerce

Que seraient les marques sans tout le talent des équipes marketing, qui rebondissent jour après jour sur une actu toujours plus chaude, avec une réactivité légendaire, et dont la pertinence confine au génie ? Bien peu de choses, à n'en pas douter.

On salue également le sens de l'à propos de certaines pubs de plus en plus intuitives, qui s'adaptent au contexte de la page web sans jamais être trop intrusives ni hors-sujet.

Même les vieux de la vieille ont compris qu'il fallait miser à fond sur l'outil connecté, et ça c'est ce qu'on appelle le progrès.

Il existe malgré tout des résistants qui ne comprennent toujours pas le but de ce jeu, et qui selon toute probabilité n'apprendront jamais, comme ce libraire. Mais que voulez-vous, il y aura toujours des brebis galeuses.

Culture

Autant commencer avec le gros morceau, le Ministère de la Culture avec un grand C a, en l'espace d'une nuit, libéré tout son potentiel créatif. Et c'était beau.

Publicité

Nouvelle version du procédé de l'écriture automatique ? Invitation à penser hors du cadre ? Nul ne le saura. En tout cas cette performance restera un grand moment d'art contemporain.

Dans le même ordre d'idée, Radio Courtoisie ne s'est apparemment toujours pas remis de son beef avec son ex, et celui-ci continue d'utiliser les mots de passe pour envoyer des nudes non sollicités. C'est un peu cabotin mais après une relation de si longue date, ça peut se comprendre.

Enfin, la presse spécialisée a su rendre l'hommage à la hauteur des disparus de ce mois-ci. Ce qui nous rappelle une chose essentielle : quand vous n'aimez pas un artiste, dites-le de son vivant, ça le vexera sans doute mais c'est moins gênant sur le long terme.

Petites Annonces

La République En Marche a définitivement résolu le problème des handicapés en fauteuil roulant : il suffisait en fait de les dessiner comme des athlètes paralympiques depuis le début, et le tour est joué. Mais ça bien sûr, personne n'avait jamais été foutu d'y penser avant.

La Guilde Française Des Scénaristes a tenu à rappeler à tout le monde que la nouvelle direction de Canal, ce n'est pas seulement des programmes dont personne ne veut, c'est aussi une façon très personnelle de payer, ou pas, les droits d'auteur. Mais c'est là qu'on voit que les mecs sont scénaristes avant tout : même quand ils essaient d'insulter Bolloré, ils finissent par le comparer à la Comédie Française. Déformation professionnelle quand tu nous tiens, ils voulaient leur twist de fin.

Publicité

Parfois, des âmes en peine postent une annonce comme une bouteille à la mer, sans trop y croire. Mais il arrive que la réponse ne soit même pas celle espérée au départ. Internet vous présente donc : Le vélo de Pierre-Ange, une tragédie en trois actes.

Rappelons que ces petits tracas du quotidien touchent absolument tout le monde. Dans le même temps, on a appris que Bernard-Henri-Levy était contraint de mettre en vente sa propriété de Tanger. Comme il le résume lui-même tristement : « J'ai trop de maisons dans le monde et hélas, l'année ne dure que 52 semaines ». Que celui qui n'a jamais eu ce genre de dilemme lui jette la première pierre.

Courrier du coeur

Le web c'est, jour après jour, la modernisation des techniques de drague, d'approche, des affinités qui se créent et qui déboucheront, on l'espère, sur une romance qui s'inscrira dans la durée.

Cependant, comme on pouvait l'imaginer, le retour de bâton ne s'est pas fait attendre ce mois-ci : les hommes aussi sont parfois victimes des plus ignobles perfidies. De quoi méditer.

Heureusement, il existera toujours des histoires qui connaissent un happy end et redonnent foi en l'amour, le grand, le vrai.

Coups de gueule

Parfois, ils sont salutaires et ça fait du bien de les pousser, comme quand une boîte de gâteaux s'infiltre jusqu'à chez vous pour vous agresser sans prévenir.

Ou quand un concurrent non-déclaré se met à empiéter sur votre terrain sans prévenir.

Publicité

Parfois, il s'agit juste d'une mise en scène entre deux compères qui adorent rejouer encore et encore le même running gag, parfois incompris du grand public. Mais ce sont les risques du métier.

Nous avons évidemment eu droit aussi à des indignations justifiées, qui nous rappellent, à nous, rédacteurs, pigistes et journalistes attachés à la déontologie, que la frontière entre bâcler un papier et bâcler un papier sans se faire pincer est extrêmement mince.

Heureusement cette candidate et d'autres se sont vus offrir assez rapidement une compensation, et ça c'est le genre d'initiatives dont on ne parle pas assez.

Certains ont simplement eu les yeux plus gros que le ventre. Par exemple, ils essaient prématurément de dormir sans la lumière allumée, malgré les conseils de leurs proches.

Ou en annonçant à leurs potes le nouveau statut officiel de leur femme comme si le « en couple » de Facebook n'était pas suffisant - avant de s'apercevoir que 275000 mendiants hostiles ont signé une pétition pour s'y opposer. Comme disait le poète, it's hard out here for a pimp.

On se revoit le mois prochain et d'ici là, posez-vous les bonnes questions.