Fusillade à Bruxelles lors d’une perquisition dans le cadre des attentats de Paris

La police belge a essuyé des tirs dans une commune de Bruxelles ce mardi en début d’après midi. Le quartier de Forest et la rue du Dries ont été bouclés par les forces de l’ordre.

|
15 mars 2016, 3:10pm

Image de la rue de Dries via Google Maps

La police belge a essuyé des tirs dans une commune de Bruxelles ce mardi, en début d'après midi. D'après les médias locaux, un ou des auteurs des coups de feu étaient en fuite cet après-midi. Le quartier de Forest et la rue du Dries ont alors été bouclés par les forces de l'ordre.

Le bourgmestre de Forest, l'une des communes au sud-ouest de Bruxelles, a d'abord confirmé la fusillade à SudInfo, depuis l'intérieur du périmètre de sécurité. Il n'a pas pu préciser le nombre de tireurs ou de personnes en fuites.

Peu après 17h00, le bourgmestre a précisé au journalistes du Soir que un ou plusieurs auteurs de la fusillade étaient retranchés dans un immeuble.

En fin d'après-midi, vers 18h30, plusieurs médias belges ont annoncé qu'un assaut a été donné, menant à la neutralisation d'un suspect. Le parquet belge a confirmé peu de temps après la mort du suspect, alors que des élèves d'une école voisine étaient évacués. La personne morte dans l'appartement perquisitionné n'est pas Salah Abdeslam a dit en début de soirée le porte-parole du parquet fédéral, dans des propos rapportés par Le Soir. Aucune information n'était donnée à 20h00 à propos de un ou plusieurs possibles complices en fuite.

Un point devait être fait par les autorités plus tard dans la soirée.

Quatre policiers ont été blessés lors de ces opérations.

Plus tôt dans la journée, l''AFP a interrogé le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van der Sypt qui a expliqué que l'on avait « tiré sur des policiers » alors qu'ils effectuaient une perquisition « dans le cadre du dossier de Paris », faisant référence aux attaques qui ont touché la capitale française en 2015.

En milieu d'après-midi on ne savait pas toutefois s'il s'agissait du dossier relatif aux attaques de janvier ou de novembre.

Sur BFM TV, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a commenté sans entrer dans les détails. Il a confirmé la présence de policiers belges et français lors de cette perquisition, évoquant des tirs vraisemblablement "à l'arme lourde".

Suite aux attentats de Paris et de Saint-Denis, la police belge a mené ces dernières semaines de nombreuses perquisitions à Bruxelles, dans la commune de Molenbeek notamment.

En milieu d'après midi, rien n'indiquait que cette perquisition visait à retrouver le dernier terroriste vivant impliqué dans les attaques du 13 novembre.

Salah Abdeslam, aurait rejoint Bruxelles au lendemain des attaques. Deux de ses complices ont en effet assuré aux enquêteurs l'avoir déposé dans la capitale belge. Sur ce dossier, les forces de l'ordre belges travaillent notamment en coopération avec la sous-direction anti-terroriste (SDAT) de la police judiciaire française.

Salah Abdeslam n'est pas le seul individu recherché par les polices belges et françaises. Aperçu par une caméra de vidéosurveillance en compagnie d'Abdeslam, le Belge Mohammed Abrini est également traqué par les enquêteurs. Ces deux individus sont décrits comme étant « dangereux et probablement armés » par l'agence de police Europol.

À lire : Tout ce que l'on sait des attaques du 13 novembre résumé en infographies


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR

Plus de VICE
Chaînes de VICE