Drogue

Votre boss est plus susceptible d’être gelé au travail que vous

Près d’un gestionnaire canadien sur cinq dit qu’il fumera du pot avant d’aller au travail, selon un récent sondage.
Mack Lamoureux
Toronto, CA
Votre boss est plus susceptible d’être gelé au travail que vous
Photo via Pexels

L’article original a été publié sur VICE Canada.

Les entreprises ne devraient pas trop s’inquiéter que leurs employés se présentent gelés au travail : ce sont les gestionnaires qui prévoient de l’être.

À tout le moins, c’est ce qu’indique un sondage commandé par la compagnie de solutions d’externalisation ADP Canada et effectué par Ipsos juste à temps pour la légalisation. Le sondage portait sur la différence entre les employés et les gestionnaires par rapport au cannabis. Pour obtenir ses données, Ipsos a parlé à plus de 1000 Canadiens sur le marché du travail, dont la moitié était des gestionnaires. Et il y en a bien une de différence. En fait, selon le sondage, presque deux fois plus de patrons que d’employés disent qu’il est probable qu’ils fument du pot pendant un quart de travail.

Publicité

ADP et Ipsos affirment aussi que seulement 6 % des Canadiens croient que leur employeur ne verrait rien de mal à ce qu’ils fument du pot juste avant d’arriver ou au travail. Mais cette perception change spectaculairement en fonction du poste : 10 % des cadres sont de cet avis, tandis que 2 % des employés le sont.

Les réponses des gestionnaires au sujet de la consommation de cannabis avant d’aller au travail sont particulièrement intéressantes : 19 % disent que c’est probable, soit pratiquement un sur cinq! En plus, 14 % ont dit qu’il est probable qu’ils fument du pot pendant un quart de travail. Il y a une différence marquée avec les employés : 7 % d’entre eux disent qu’il est probable qu’ils fument avant le boulot et 4 % disent qu’ils le feront pendant le quart de travail. Il semble que les patrons soient plus à l’aise d’aller travailler gelés — ou, en tout cas, de l’affirmer dans un sondage.

« Les changements en milieu de travail sont toujours difficiles à gérer, mais il semble que la légalisation du cannabis à usage récréatif crée un écart particulièrement complexe entre les attentes et les intentions des employeurs et de leurs employés », dit Hendrik Steenkamp, directeur de la consultation en ressources humaines d’ADP Canada.

« Il est particulièrement intéressant de constater que les employés sans responsabilités de gestion sont plus réservés que leurs homologues gestionnaires quant à leurs attentes concernant leur consommation personnelle pendant les heures de travail », ajoute-t-il.

ADP Canada affirme que la cause de cet écart entre les gestionnaires et les employés peut être « la compréhension des politiques et directives officielles concernant la consommation de drogues et d’alcool au travail ». La compagnie recommande aux employeurs de bien communiquer les règles en matière de consommation de cannabis aux employés de tous les niveaux.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Enfin, à l’inverse, ce sur quoi les proportions sont semblables, c’est l’effet sur la productivité : 45 % des gestionnaires et 48 % des employés s’attendent à une baisse.

Suivez Mack Lamoureux sur Twitter .