Des suppléants nous expliquent quoi faire devant une classe d’ados blasés
Illustration par Mathieu Rouland

Des suppléants nous expliquent quoi faire devant une classe d’ados blasés

Parce qu’il faut parfois être inventif pour gagner le respect des élèves.
28.8.18

On a parlé avec cinq suppléants pour savoir ce que ça prend pour motiver des élèves amorphes et pour gérer une classe qui n’a qu’une envie : piéger le prof.

Josée, enseignante depuis 12 ans et qui ne changerait de job pour rien au monde

Qu’est-ce qui t’a amenée à faire de la suppléance?
La suppléance, c’est un passage obligé. Personne n’a de poste en partant. Tu dois faire tes preuves et mettre les secrétaires de ton bord. On dira ce qu’on voudra, c’est quand même elles qui vont t’appeler, donc tu es mieux de leur faire de la façon.

Comment est-ce que tu t’affirmes devant une classe?
Je demande le silence au son de la cloche et j’ai limite l’air bête. C’est plus facile de t’assouplir à la longue que de vouloir être « chummy-chummy ».

Le meilleur prank que les élèves t’ont fait?
Un élève a mis une genre de sirène d’aréna sous ma chaise. Elle s’est mise à crier quand je me suis assise. Le temps que j’allume que c’était moi qui la faisais crier, j’ai eu l’air d’une vraie conne.

Ça fait quoi d'arriver devant une classe d'ados blasés?
Ça implique d’avoir de la motivation pour trente. C’est très difficile d’ entertainer du monde qui ne veulent rien savoir de toi. Faut que tu te parles parce que tu as juste le goût de cr… ton camp.

Un aspect du métier qui est moins connu?
Le système de paie! Juste pour comprendre tes premières paies, ça prendrait un cours à l’université. La suppléance est payée à la minute et c’est plutôt rare que toi ET la secrétaire déclariez la même affaire, ce qui fait que tu as parfois des comptes à rendre.

Quelles classes sont les pires classes?
Le secondaire 1 et 2. De vrais bébés! Dépression assurée si j’enseigne trop longtemps à ce niveau.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence à faire de la suppléance?
Faut la jouer tough en partant. Les jeunes sont cruels, ils peuvent gratter le bobo jusqu’à ce qu’il saigne. C’est sûr que je généralise, que ça dépend toujours des groupes, du niveau et, surtout, de la personne que tu remplaces. Si tu arrives dans une classe où il n’y a jamais eu de discipline, ne t’attends pas à faire des miracles. Mais ne montre jamais que tu es dépassé, que tu ne sais pas quoi faire. Faut que ton système D embarque facilement.

Karine, diplômée en enseignement au secondaire, mais qui ne travaille plus dans le domaine

Qu’est-ce qui t’a amenée à faire de la suppléance?
J’ai fait de la suppléance pendant mes études et après mes études pendant un an. Après, j’ai abandonné le domaine.

Comment est-ce que tu t’affirmes devant une classe?
C’est pas toujours facile quand on est petite et qu’on a l’air toute jeune…

Comment tu remets un élève à sa place?
Un élève est entré dans la classe et s’est mis à taper sur les manuels empilés sur la table devant moi avec un regard de défi. J’ai rétorqué en tapant sur les manuels, mais en faisant un beat (je joue du drum). L’élève était bouche bée et ne m’a plus jamais achalée.

Ça fait quoi d'arriver devant une classe d'ados blasés?
Tu te dis que la journée va être longue, tu essaies d’être intéressante, tu te donnes comme défi de motiver quelques élèves, mais c’est pas toujours facile. Il y a aussi la peur, la peur de se faire juger par les profs plus expérimentés et par la direction.

Est-ce qu’il y a un moment où tu as perdu l’espoir d’enseigner quelque chose?
Je remplaçais pour un congé de paternité. Un groupe de secondaire 1 qui était composé d’élèves en grande difficulté. Comme je n’ai pas étudié en adaptation scolaire, je n’avais pas tous les outils pour aider ces élèves qui ne voulaient pas s’aider eux-mêmes. Pendant les derniers cours, j’enseignais sans passion.

Un aspect du métier qui est moins connu?
Je pensais que les enseignants s’entraidaient, mais j’ai constaté que c’était pas mal chacun pour soi.

Quelles classes sont les pires classes?
Les matières jugées non importantes comme arts plastiques, géographie, éthique et culture religieuse, informatique…

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence à faire de la suppléance?
Si tu dis qu’il y a une conséquence, il doit y en avoir une. Ne pleure jamais devant des élèves. Ils vont penser que tu es faible et qu’ils ont gagné. Au pire, quitte la classe et va chercher quelqu’un qui pourra te remplacer cinq minutes. Les élèves ne sont pas tes amis… tu peux avoir une belle relation avec eux, mais ce ne sont pas tes amis.

Martin, un enseignant permanent, mais qui a dû changer de spécialisation et de région afin d’avoir une stabilité plus rapidement

Qu’est-ce qui t’a amené à faire de la suppléance?
Je fais encore de la suppléance même si j'ai un poste. Il arrive qu'un collègue ne puisse pas être présent à la dernière minute pour une urgence.

Comment est-ce que tu t’affirmes devant une classe?
J'utilise beaucoup l'humour. Je trouve que c'est une approche efficace pour tisser rapidement des liens avec des élèves pour lesquels je passerai en coup de vent dans leur cheminement.

Le meilleur prank que les élèves t’ont fait?
Des jeunes du primaire s'étaient mis à jouer à la tag en plein cours, sans aucun avertissement. Les bureaux et les chaises se renversaient et étaient utilisés comme barrières. Des phrases d'une vulgarité incroyable étaient lancées de toutes parts. Les coffres à crayons et tous autres matériels scolaires pouvant servir de distraction volaient dans les airs… puis j’ai crié : « J'ai déjà mangé du serpent ! » Calme total dans la classe. « Du cobra en plus. » L'attention était revenue, pis on va se le dire, magiquement. S'ensuit une histoire de voyage. Résultat : aucun blessé, et la directrice qui me demande de revenir à cette école « parce que ça a vraiment bien été! » Ce soir-là, je me suis couché à 17 h 30.

Ça fait quoi d'arriver devant une classe d'ados blasés?
C'est un beau défi. Comme je suis dans le réseau de l'adaptation scolaire, c’est un des enjeux auxquels je fais face chaque jour. Il faut constamment se renouveler et tenter de les surprendre pour attirer leur attention. Pis ça, c'est le bout que je trouve le plus le fun!

Est-ce qu’il y a un moment où tu as perdu l’espoir d’enseigner quelque chose?
Au début, ça arrive souvent. C'est pas un hasard, le taux de décrochage des enseignants élevé en début de carrière. Avec le temps tu apprends que tu ne peux malheureusement pas tous les sauver. Tu fais de ton mieux sans que ça vire maladif, parce qu'il est très facile de tomber dans la surcharge de travail et tous les maux qui peuvent s'ensuivre : burn-out, dépression, anxiété, etc.

Un aspect du métier qui est moins connu?
La précarité. Attendre un appel chaque matin pour voir si on va travailler aujourd'hui. Aller dans une école ou une classe différente la plupart du temps en ne sachant pas quelle sera la planification de la journée. Les gens ont davantage l'image d'un surveillant qui fait le poteau alors qu'on a une planification à respecter.

Qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas faire?
Faire le caporal de l'armée, ça marche jamais. Plusieurs élèves raffolent de la confrontation, ils ont de nombreux amis à épater. Ça peut être tentant parfois de faire des répliques baveuses, mais avec le temps on se rend compte que ce n'est pas très payant, surtout si les liens ne sont pas tissés avec l'élève. Attends de bien connaître tes élèves et, là, tu auras pas mal plus de latitude pour que tout le monde s'amuse.

Quelles classes sont les pires classes?
Le secondaire 3, les hormones, la crise d'identité… l’adolescence dans le tapis.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence à faire de la suppléance?
La suppléance est un excellent tremplin pour travailler la gestion de classe. C'est parfois très difficile pour le moral. Fais attention à ne pas prendre tout personnel et souviens-toi que dans le temps, quand tu étais élève, t'aimais ça toi aussi « tester » le suppléant. Si jamais ça va pas bien lors d'une période, cours aussi loin que tes jambes te le permettent, retourne-toi surtout pas!

Daniel, un ingénieur, fin cinquantaine, qui cherchait une occupation entre deux contrats

Qu’est-ce qui t’a amené à faire de la suppléance?
Après une journée portes ouvertes de la commission scolaire, je me suis retrouvé dans la banque de suppléant en mathématique et en science.

Comment est-ce que tu t’affirmes devant une classe?
Je présente mon parcours professionnel. Les jeunes sont généralement réceptifs, sauf quelques cas. J’ai eu à répondre à quelques questions sur mes motivations pour la suppléance.

Le meilleur prank que les élèves t’ont fait?
J’ai pris les présences et 30 minutes plus tard je me suis rendu compte qu’il m’en manquait deux. Je les ai cherchés et j’ai fini par les trouver dans une armoire. Au lieu de les chicaner, je leur ai demandé s’ils étaient prêts à sortir de la garde-robe. Je les ai rassurés en leur disant qu’il n’y avait pas de honte à sortir du garde-robe en 2018.

Ça fait quoi d'arriver devant une classe d'ados blasés?
La difficulté n’est pas de les tenir tranquilles, mais plutôt de les tenir intéressés. Il faut partager avec eux des expériences qui sortent de l’ordinaire.

Quelles classes sont les pires classes?
La dernière période le vendredi après-midi.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence à faire de la suppléance?
Il faut être prêt à respirer par le nez. J’ai réalisé que la distance entre les professeurs et les élevés n’est plus acquise, il faut l’ériger.

Léo, qui travaille dans une école, mais pas à temps plein

Comment est-ce que tu t’affirmes devant une classe?
Comme je suis connu des élèves, je leur dis que je peux être vraiment smatte ou leur pire cauchemar pour la prochaine heure. Ça dépend d'eux.

Comment tu remets un élève à sa place?
Je m'assois beaucoup trop près et je le fixe. Je fais preuve de sarcasme, je dis qu'il est bien peigné, qu'il sent bon, qu'il a un beau sac à dos, crayon. Je complimente son choix de cahier, etc.

Est-ce qu’il y a un moment où tu as perdu l’espoir d’enseigner quelque chose?
Quand j'ai vu un jeune de 12 ans twerker les mains au sol et les pieds au mur. Quand un jeune m'a dit qu'il avait une blonde de texte, qu’ils ne se parlent pas en vrai, juste en textos. Quand j’ai vu une gang de filles chanter les paroles du dernier hit qui dévalorise les femmes. Veux-tu que je continue?

Qu’est-ce qu’il ne faut surtout pas faire?
Laisser passer des niaiseries, des détails au début. Si je demande le silence immédiat, je coince le premier à parler et je ne lâche pas de la période. Exemple : à chaque fois que quelqu'un va parler, je vais dire à ce jeune d'arrêter de parler.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Quelles classes sont les pires classes?
Secondaire 5 en fin d'année en arts plastiques ou musique. Ils ont des accessoires et n'ont pas de pupitre conventionnel, ça prend juste ça pour semer le chaos.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui commence à faire de la suppléance?
Sois drôle, sympathique et décontracté. Assure-toi de ridiculiser le premier qui pose une question pour mettre tous les autres de ton côté.

Zoé Lamontagne est sur internet ici et .