Tech by VICE

Ce cœur de baleine bleue vivra pendant 1000 ans

Un énorme cœur de baleine, plastiné grâce au savoir-faire allemand, est désormais exposé au Royal Ontario Museum de Toronto.

par Lisa Cumming
22 Mai 2017, 7:00am

Qu'est-ce qui pèse 272 kg, a effectué toutes sortes de vols intercontinentaux et a récemment passé 4 mois dans une chambre à vide ? Un cœur de baleine bleue, bien entendu. Cet organe énorme sera le premier de son genre à être conservé au Royal Ontario Museum (ROM) de Toronto.

Le cœur a été installé au ROM jeudi dernier. Crédits : Royal Ontario Museum

Telle une relique fantastique tout droit sortie d'une adaptation un peu gore de Moby Dick, le cœur a été dévoilé au public jeudi matin, aux côtés du squelette titanesque de la baleine sur lequel il a été prélevé. L'organe, qui a été plastiné, fait la taille d'un petit poney. Et c'est un "monument de beauté" explique Jacqueline Miller, technicienne au ROM et spécialiste des mammifères. Elle a travaillé sur cette baleine depuis sa découverte de la plage de Trout River en 2014, sur la côté de Terre-Neuve-et-Labrador.

"Il est un peu plus petit que ce que l'on espérait", confesse Miller, une pointe de déception dans la voix. Elle et ses collègues avaient des rêves de grandeur et s'attendaient à ce que, après traitement, le cœur plastiné soit aussi gros qu'une berline. Ils devront cependant se contenter du format Smart, qui reste très impressionnant.

Le coeur seul, débarrassé du sang dont il était gorgé, pèse autour de 270 kg. Selon Miller, sa masse augmentera lorsque l'équipe aura placé à l'intérieur une structure en acier qui permettra de lui conserver sa forme, empêchant les ventricules et les petits vaisseaux sanguins de se ratatiner sous leur propre poids.

Fragments du squelette de la baleine. Image : ROM

La présentation des restes de la baleine n'a pas vraiment pris le chemin du grand spectacle, avec lever de rideau et applaudissements. Les opérations ont été un tantinet laborieuses. Le cœur a dû être libéré des innombrables couches de papier bulle qui le protégeaient des chocs, puis hissé jusqu'à la plateforme sur laquelle il sera présenté. Miller, qui n'avait jamais réalisé d'opération d'unboxing de cette ampleur auparavant, a déclaré qu'elle avait craint le pire jusqu'à la fin. Fort heureusement, toutes les manœuvres, rythmées par les nombreux « ooooh » et « aaaaah » des spectateurs, ont réussi.

Ce cœur de baleine n'est pas qu'une énorme masse de chairs qui ont autrefois palpité. Il représente la taille maximum que peut adopter le cœur d'une créature qui respire et qui vit. "Il est aussi gros qu'il puisse être", explique Miller. "La nature ne peut pas faire mieux."

Le déballage de l'organe. Photo : Lisa Cumming

Avant de trouver refuge à Toronto, le cœur a fait escale en Allemagne, où des techniciens du museum Geuben Plastinate GmbH ont travaillé à sa plastination pendant plus d'un an. À cause de la taille sans précédent de l'organe, il leur a été très difficile de déterminer combien de temps prendraient les opérations. Selon Miller, aucune installation d'Amérique du nord n'avait la capacité de plastiner un cœur de baleine de cette taille, ce qui a exigé de faire appel à l'expertise allemande.

D'abord, les scientifique ont dû débarrasser les tissus de toute leur eau, jusqu'à l'échelle cellulaire. Pour cela, ils ont plongé l'organe dans un bain d'acétone puis dans un bain de polymères. Ensuite, la cuve de polymères a elle-même été placée dans une chambre à vide, afin que les restes d'acétone s'échappent de l'organe.

"La graisse est très difficile à plastiner", explique Miller. Il a fallu laisser le cœur dans le chambre à vide pendant plus de quatre mois. Au moment de l'en sortir, Miller a vécu ce qu'elle appelle un moment "Frankenheart", quand l'organe gigantesque a émergé de son sommeil de polymères sous un nouvel aspect. Elle le considère désormais comme son enfant, sa créature, à cause du temps considérable qu'elle a passé à le transformer.

"Il est vraiment formidable", ajoute-elle. "Nous sommes très, très fiers." Le cœur durera des centaines, sinon des milliers d'années. Alors, quand les humains auront fini de ruiner les écosystèmes marins, ne se nourriront plus que d'algues d'élevage et poursuivront les aliens dans des sous-marins spatiaux, ils pourront s'émerveiller devant l'organe fabuleux qui rappellera l'existence d'anciennes créatures immenses qui peuplaient autrefois les océans.