Culture

Kendra Rennick collectionne des photos non-publiées de la guerre du Vietnam

Prises par les vétérans eux-mêmes, ces photos montrent une autre face de la guerre.
23.6.16

© Dennis Thornton

La plupart des clichés connus de la guerre du Vietnam ont été pris par des photojournalistes envoyés dans des conditions spéciales avec des angles spéciaux. Kendra Rennick s’est intéressée aux autres, souvent oubliés dans des boîtes en carton restées dans les greniers des vétérans.

Un soldat sourit, gamin, clope aux coins des lèvres, mitraillette à la main. Des enfants vietnamiens regardent l’objectif l’air malicieux, pointant du doigt l’objectif. Deux vétérans jouent au basket sur un terrain sec. Des moments innocents, presque doux. On est loin de la vision ravagée de la guerre du Vietnam, ou de la photographie, douloureuse, prise par Nick Ut d’une petite fille brûlée au napalm.

© G. Huested 

The Vietnam Slide Project de Kendra Rennick rassemble les photos prises par les vétérans eux-mêmes. La collection d’archives est faite en grande partie de dons des familles. L’idée du format diapositif est particulièrement intéressante pour Rennick. “Les diapositives sont prises dans l’espoir d’être projetées sur un mur et montrées à un groupe de gens”, souligne-t-elle sur le site de son projet.

Publicité

À la mort du père de son amie, une boîte remplie de diapositives est retrouvée dans sa maison. À l’intérieur, une série de photos de la guerre du Vietnam prise dans le quotidien des soldats, souvent envoyés là-bas très jeunes, dont certains n’avaient auparavant jamais quitté les États-Unis. Les retours sont souvent suivis de troubles de stress post-traumatiques (TSPT). Beaucoup de soldats étaient incapables de parler de cette période, d’autres ne pouvaient pas même reprendre une vie normale. The Vietnam Slide Project est né de ce bout d’histoire manquant : au-delà du devoir de soldats, il y avait des hommes.

© G. Huested 

© P. Maney

©  D. Thornton 

© J. Townsend 

© J. Townsend 

Lisa Burek est sur Twitter mais pas que.