FYI.

This story is over 5 years old.

Redevenir terrien après un an dans l'espace n'est pas chose facile

Après 340 jours en orbite autour de la Terre, les astronautes Scott Kelly et Mikhaïl Kornienko vont redécouvrir les joies de la gravité. Et ils vont en baver.
Paul Douard
Paris, FR
2.3.16

Si les noms de Scott Kelly et Mikhaïl Kornienko ne vous disent pas grand-chose, c'est sans doute que vous n'avez pas vu cette vidéo où un chauve et un moustachu font des roulades en apesanteur pour nous souhaiter une bonne année 2016. Ces deux types font partie de l'équipe d'astronautes qui viennent de passer 340 jours en orbite à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), ce qui en fait le séjour spatial le plus long de l'histoire. Ils sont rentrés sur Terre ce matin, après que Kelly a passé officiellement les commandes de la Station spatiale internationale (ISS) à son confrère Timothy Kopra, le tout étant filmé en direct par la NASA. Et ce ne sera pas facile pour eux de redevenir terriens.

L'apesanteur peut sembler être la chose la plus cool qui existe dans notre univers. Elle l'est, en fait. Mais comme pour n'importe quelle source de plaisir absurde et enivrant, le retour à la vie normale est souvent chaotique. Les deux astronautes avaient pour mission principale d'étudier les effets de l'apesanteur sur le corps humain pendant une longue période. Le but est d'en savoir suffisamment pour à terme être en mesure d'envoyer quelques types vers Mars sans que leurs têtes explosent ou simplement éviter qu'ils s'entretuent. Il faut compter au minimum 9 mois enfermé dans une boîte pour se rendre sur Mars. Les astronautes ont donc dû observer en permanence leurs propres corps en mesurant les dégâts que provoque cette légèreté absolue. Les effets de l'apesanteur sur le corps humain sont déjà à peu près connus ; et autant vous le dire tout de suite, le corps en prend un sacré coup : perte de vision, gonflement du visage, atrophie des muscles ou os très fragilisés. Ah oui, et l'apesanteur vous fait aussi vieillir beaucoup plus vite que la normale. Il ne s'agit pas d'une augmentation de la gravité créée par un trou noir supermassif qui courberait l'espace-temps, comme dans Interstellar, mais simplement d'un épaississement plus important que sur Terre de la paroi des artères, causé par la stase des liquides corporels. Concrètement, en 1 an d'apesanteur, le corps des astronautes a vieilli de 40 ans à l'intérieur.

La vision peut elle aussi subir quelques complications. Du fait de l'apesanteur, tous les liquides corporels remontent naturellement vers la partie supérieure du corps. Comprenez la tête. C'est la raison pour laquelle tous les astronautes semblent particulièrement tendus dans les vidéos de la NASA, comme s'ils étaient en train de nous parler la tête en bas ou littéralement pendus. Même si, a priori, leur tête ne devrait pas exploser, cela provoque néanmoins une augmentation de la pression dans le crâne qui peut déboucher sur une perte de vision partielle, notamment sur les côtés. C'est un peu comme si votre sang vous étranglait, finalement.

Après avoir subi ces petits désagréments physiques rapidement compensés par un lever de soleil sur la Terre et quelques aurores boréales, ils devront se réhabituer à sentir leur propre poids. En débarquant sur Terre, les deux astronautes seront incapables de tenir debout. Et ce malgré les 2h30 de sport quotidien obligatoires qui leur ont été imposées pour ne pas voir leur masse musculaire fondre en seulement quelques semaines. Dès qu'ils ont posé un pied sur le sol terrestre, tout le sang qui jusque-là s'était habitué à stagner au niveau de la tête s'est subitement agglutiné au niveau des jambes. Imaginez que vous vous endormez bêtement avec le bras en l'air, ou sous votre tête pendant 1 an.

Le corps des astronautes n'est pas le seul à souffrir dans cette histoire. Leur esprit aura lui aussi son lot de coups. Il faut bien comprendre que rester dans l'espace pendant 1 an n'est pas tous les jours fantastiques. Une station spatiale actuelle ne ressemble pas vraiment à un penthouse. Au-delà du confort assez précaire, il n'y a plus de cycle jour-nuit, ce qui peut engendrer des troubles du sommeil, qui eux peuvent entraîner un syndrome anxio-dépressif qui lui peut conduire au chaos le plus total. Ajoutez à cela le stress qui peut découler de certaines urgences. Imaginez-vous un instant rester 1 an dans un mobil home avec vos collègues de bureau, à bosser et à faire du vélo d'appartement tout en mangeant des choses nulles. Voilà.

Les recherches effectuées par les deux astronautes pendant leur année en orbite permettra d'adapter les traitements en vue d'un voyage vers Mars. Mais les résultats ne devraient pas être dévoilés avant au moins 2 ans, le temps des analyses. Pour l'instant, les astronautes doivent se contenter de séances intensives de sport, d'une alimentation adaptée et de la plus belle vue imaginable pour ne pas sombrer dans la folie et l'impuissance.