FYI.

This story is over 5 years old.

Les chats sont-ils des espions envoyés par les extraterrestres ?

Les chats sont-ils des espions à la solde des extraterrestres, chargés de nous étudier et de transmettre leurs observations au vaisseau-mère ? Nous avons enquêté scientifiquement sur la question.

Vous aimez les chats ? Faites gaffe. Depuis quelques années, une théorie fait son chemin sur Internet, et elle mérite d'être sérieusement examinée. Non, ce n'est pas la théorie selon laquelle des parasites vivant dans la merde de chat nous rendent tarés, même s'il y a certainement de quoi s'inquiéter à ce sujet. C'est bien pire que ça.

Les chats domestiques pourraient bien être des émissaires extraterrestres, envoyés sur Terre pour nous espionner et transmettre leurs informations au vaisseau-mère. Ou, comme le disent certains thuriféraires de cette théorie, ils servent en quelque sorte de caméras qui traquent nos moindres mouvements pour le compte des extraterrestres.

Publicité

Peut-être bien. Rien ne nous passionne plus que les théories du complot, et il y a de fortes chances que celle-ci en fasse partie. Comme le montrait un sondage il y a quelque temps, 51% des Américains pensent que l'assassinat de JFK était un complot ; 15% d'entre eux croient que "les gouvernement et/ou les médias se servent des signaux télévisés pour contrôler les esprits grâce à des technologies inconnues du grand public" ; et 4% d'entre eux pensent que des reptiliens humanoïdes dirigent le gouvernement.

En revanche, on ne sait pas combien de gens sont persuadés que les chats sont des espions extraterrestres, faute de sondage sur la question (n'hésitez pas à me contacter si vous avez ça sous la main). On peut penser que ce chiffre est assez faible. Ceci dit, qui aurait pu penser que 4% des gens croient aux hommes-lézards ? Au passage, le même sondage révèle que 29% des Américains croient que les extraterrestres sont parmi nous, et 14% croient au yéti, alors qui sait ?

Comme la plupart des théories du complot, celle-ci va assez loin et s'appuie sur de nombreux arguments, dont certains reposent sur d'authentiques vérités. C'est pourquoi Motherboard a décidé de se pencher sur les principaux postulats de cette théorie, et de les examiner un par un. Un utilisateur baptisé "RedSpider" a justement établi une liste des arguments majeurs sur le forum britannique Digital Kaos. C'est donc sur sa liste que je me suis basé, en mettant en gras les points avancés.

Publicité

À vous de vous faire votre avis :

1. Aucun document antérieur à l'Egypte antique ne mentionne l'existence des chats. Et en Égypte, les chats étaient vénérés en tant que cadeaux des dieux.

Comme d'autres arguments présentés ici, ces deux propositions sont en bonne partie exactes, mais aussi plus ou moins contestables. Pour en savoir plus, j'ai écrit à Ryan Haupt, paléontologue à l'Université du Wyoming qui, comme il me l'a expliqué à l'occasion d'une précédente interview, "étudie la vie des mammifères modernes pour mieux comprendre ce que leurs ancêtres disparus faisaient par le passé." Il m'a expliqué que l'Égypte était sans doute "la meilleure hypothèse" concernant l'origine des chats domestiques, mais a tout de même souligné que "des squelettes de chats avaient été retrouvés sur des sites plus anciens."

Il était illégal d'exporter des chats dans l'Égypte de l'Antiquité, si l'on en croit Wild Cats of the World, un ouvrage signé Mel & Fiona Sunquist, ce qui pourrait expliquer pourquoi on n'en trouve pas de traces dans les archives d'autres civilisations datant de la même époque. Quant aux squelettes de chats plus anciens, "rien ne prouve qu'ils aient été domestiqués", affirme Haupt, qui ajoute toutefois qu'ils ne l'étaient "probablement" pas.

"Les fossiles ne permettent pas de savoir quand les chats ont cessé d'être sauvages et sont devenus domestiques", dit-il.

Quant à la vénération dont les chats faisaient l'objet, c'est un peu plus compliqué que ce qu'en disent nos amis complotistes. Certes, les chats étaient effectivement vénérés par les Égyptiens, écrivent les époux Sunquist. Ils étaient leurs animaux de compagnie préférés ; à leur mort, leurs maîtres portaient le deuil comme s'il s'était agi d'un membre de la famille ; ils étaient embaumés et enterrés avec plus ou moins de faste selon la fortune de leur propriétaire ; des cimetières pour chats bordaient le Nil ; et quiconque tuait un chat était passible de la peine capitale. Mais les chats n'étaient pas simplement perçus comme des cadeaux des dieux. Certains des dieux égyptiens étaient des chats, comme par exemple Bastet, la déesse de la joie et de l'amour. Un papyrus égyptien de l'Antiquité représente même , le dieu du soleil, sous les traits d'un chat tacheté armé de couteaux.

Publicité

2. Les scientifiques sont totalement déconcertés par le ronronnement du chat, et ne parviennent pas à savoir comment ce son est produit.

Là aussi, cette affirmation n'est que partiellement vraie.

J'ai commencé par faire quelques recherches sur Internet. Tout le monde a l'air de s'y accorder pour dire que les scientifiques ne savent pas pourquoi ni comment les chats ronronnent, mais ce n'est pas tout à fait vrai. Effectivement, les chats ne possèdent pas d'organe spécifique leur permettant de ronronner. Mais on sait quand même quelques trucs sur le sujet. Je cite un article de WebMD :

Un oscillateur neural répétitif [dans le cerveau] envoie des messages aux muscles du larynx, ce qui les fait vibrer à une fréquence de 25 à 150 vibrations par seconde. Cela pousse les cordes vocales à se séparer brusquement, à la fois pendant l'inhalation et l'exhalation - le vibrato unique des chats. La comportementaliste animalière Karen L. Overall parle de "chant lyrique félin". Mais le ronronnement est souvent si grave que nous le ressentons autant que nous l'entendons.

J'ai contacté le Dr. Ken Simpson, vétérinaire à Indianapolis (ma ville d'origine) pour lui demander de m'en dire un peu plus. Il m'a expliqué que "sur le plan physiologique, c'est encore un peu énigme", mais que les vétérinaires avaient quand même fait quelques découvertes fascinantes à ce sujet au fil des ans.

"Pour moi, le ronronnement est un moyen de communication utilisé quand les replis laryngés sont dilatés par le sang à cause de l'excitation consécutive à une stimulation, m'a-t-il dit. Quand l'air s'engouffre dans le larynx, une vibration se produit et c'est cela qui engendre le son que l'on entend. J'ai aussi entendu dire que les frottements du diaphragme sur les poumons surgonflés contribuaient à ce son. Pour ma part, j'ai pu constater que les chats asthmatiques aux poumons distendus ronronnaient plus fort."

Publicité

Il y a également de bonnes raisons de penser que le ronronnement est un comportement appris et non inné, m'a-t-il dit. Il m'a par exemple raconté le cas d'un chat sourd qui n'avait jamais ronronné. Un autre chat passé par sa clinique avait eu une méningite quand il était encore un chaton, et avait vu ses capacités d'apprentissage sévèrement amoindries ; lui non plus n'avait jamais ronronné. Ce genre de cas indique que le ronronnement vient en effet du cerveau, et Simpson m'a assuré n'avoir "aucune raison de remettre en cause" la théorie de l'oscillation neurale.

Pour autant, on est loin de tout savoir : qu'est-ce qui provoque les oscillations neurales ? Et pourquoi, sur le plan comportemental, les chats ronronnent-ils ? Ces questions demeurent autant de mystères. S'agit-il de bio-technologie extraterrestre ? De signaux de transmission ? Il est permis d'en douter, sachant que certains félins sauvages, comme les guépards, ronronnent aussi.

3. Si on replie les oreilles d'un chat vers l'arrière et qu'on décrit ce qu'on voit, on obtient exactement la même description que ceux des "petits gris", les extraterrestres les plus classiques qui soient, avec leurs yeux en amande, leur petite bouche, et leur nez minuscule.

Évidemment vrai. Voyez donc. Argument suivant.

De gauche à droite, images via Flickr et Wikimedia Commons

4. Les chats ont une vue infiniment meilleure que la nôtre. Ce qui laisse penser qu'ils sont bien plus évolués que nous. Comment ?

Publicité

La version extrême de cet argument, d'après ce que j'ai pu lire, c'est que les chats nous regardent avec leurs grands yeux parce qu'en réalité, ils sont des sortes de caméras vivantes à la solde des extraterrestres qui enregistrent tous nos faits et gestes avant de les transmettre à leurs véritables maîtres. Ceci étant, je n'ai trouvé aucune preuve tangible de l'existence de circuits dans le cerveau des chats (en dehors de leurs neurones), mais bon, on ne sait jamais. Nous autres humains avons récemment réussi à construire un ordinateur entièrement constitué de cellules vivantes, alors il n'est pas interdit de croire que le cerveau des chats peut contenir des choses encore plus étonnantes.

À part ça, l'idée que les yeux des chats soient "infiniment meilleurs" et que cela constitue une preuve de leur évolution supérieure est évidemment absurde.

Les yeux des chats contiennent plus de "bâtonnets" que de "cônes". Les premiers produisent des images en noir et blanc, et jouent donc un rôle essentiel dans la vision nocturne ; les seconds ajoutent de la couleur et permettent de mieux discerner les détails. Les chats ont donc une meilleure vision de nuit que nous, mais on ne peut pas vraiment dire qu'ils "voient mieux". C'est une question de définition. Personnellement, j'avoue que j'aime bien voir en couleurs, donc si on me donnait des yeux de chat, je ne pense pas que je verrais "mieux".

Publicité

Les yeux des chats présentent un deuxième avantage en termes de vision nocturne. Comme l'explique cet article du New York Times :

Les chats ont également des pupilles elliptiques qui s'ouvrent et se referment plus rapidement, et peuvent se dilater davantage que les nôtres, qui sont rondes. De plus, les chats, à l'instar d'autres animaux nocturnes, possèdent une membrane réfléchissante, le tapetum, au fond de leurs yeux, qui reflète la lumière qui traverse les bâtonnets dans la direction opposée. Cette "double exposition" permet aux chats de bien voir dans l'obscurité.

Mais supposons que l'on admette que les chats voient "mieux" parce qu'ils ont quelques avantages sur nous dans certaines conditions. Certes, cela signifierait que leurs yeux (mais pas les chats eux-mêmes) sont "plus évolués". Mais les chiens ont un meilleur sens de l'odorat. Les abeilles et les souris aussi, au passage. Les guépards courent plus vite, les oiseaux volent nettement mieux que nous, et les éléphants sont globalement plus balèzes. Est-ce qu'eux aussi sont des extraterrestres ? Sans doute pas. S'il y a bien une espèce bizarre, c'est nous, avec nos énormes cerveaux, proportionnellement trois fois plus gros que ce qu'on trouve généralement chez les autres animaux. Autrement dit, s'il faut soupçonner une espèce d'être d'origine extraterrestre, c'est plutôt nous.

5. Vous avez déjà vu un chat se réveiller brutalement d'un profond sommeil et disparaître de la pièce en 2 secondes ? Sans doute des transmissions venant du vaisseau-mère. Aucun autre animal ne fait ça.

Publicité

On les a tous déjà vus faire ça, et honnêtement je n'ai pas de réponse. Est-ce la preuve d'une communication avec les aliens ? On va mettre ça dans la catégorie "peut-être".

Un chat espion en train de recevoir des instructions. Image : renedepaula via photopin

6. Tout ce qui sort des chats n'est pas naturel.

Ça aussi, c'est absurde. Les boules de poils sont répugnantes, mais elles sont parfaitement naturelles dans la mesure où les chats sont couverts de poils et passent leur temps à dormir et se lécher. Quant à leur urine et à leurs excréments, je ne vois pas en quoi ils diffèrent de ceux des autres mammifères, si ce n'est qu'ils puent peut-être un peu plus fort.

7. Les chats survivent à des situations dans lesquelles n'importe quel animal terrestre mourrait très certainement. Comment un chat peut-il tomber du quatrième étage et atterrir tranquillement sur ses pattes ? (Ils ont des pouvoirs qui leur permettent d'altérer la gravité.)

C'est partiellement vrai. Les chats sont des chasseurs hors-pair, et ils survivraient probablement plus longtemps que nous si nous nous retrouvions, eux et nous, sur une île déserte ou dans un environnement post-apocalyptique. Mais on pourrait en dire autant de beaucoup d'animaux sauvages. Si l'on excepte cette histoire d'atterrissage (on va y revenir), il n'y a pas vraiment d'autres situations dans lesquelles les chats survivent mieux que "n'importe quel animal terrestre".

Mais le coup de l'atterrissage sur les pattes n'est pas à prendre à la légère. C'est complètement dingue. Les mecs de la chaîne YouTube Smarter Every Day ont de superbes images en slow-motion de chutes de chats prises grâce à une caméra à grande vitesse. Comme l'explique le présentateur, la manière dont les chats se rattrapent systématiquement est restée un mystère pendant des milliers d'années. Aujourd'hui, les physiciens commencent à mieux comprendre comment ça marche, et les observations qu'ils ont menées sur les chats sont même exploitées pour construire des télescopes spatiaux.

Publicité

Comme l'explique le présentateur de la série Destin Sandlin, ingénieur et spécialiste des fusées, en apparence les chats violent la loi de la conservation du moment cinétique. "J'ai pu étudier des corps en chute libre - le mien, essentiellement - dans plusieurs environnements très divers, et une fois que j'ai commencé à tourner dans un sens, je ne peux plus m'arrêter", explique-t-il.

Mais quand on regarde la chute d'un chat au ralenti, on voit bien qu'en réalité il n'est pas en contradiction avec les lois de la physique. Les chats sont juste très, très agiles. C'est un peu compliqué à expliquer, mais en gros cela à voir avec la façon dont le chat arque son dos, étend et rétracte ses pattes, et parvient ainsi à faire tourner son corps autour de deux axes de rotation différents.

Autrement dit, la théorie selon laquelle les chats auraient des superpouvoirs anti-gravité est séduisante, mais elle n'a pas vraiment de poids scientifiquement parlant.

8. Si vous mourez, vos chats vous dévoreront. Ça n'a pas grand-chose à voir avec les extraterrestres, mais c'est quand même assez flippant.

De toute évidence, c'est parfaitement vrai. En 2010, par exemple, on a retrouvé une dizaine de chats en train de dévorer le cadavre d'un homme en Pennsylvanie, mort chez lui avec sa mère.

Mais comme le souligne Chris Gayomali dans The Week, les chats ne sont pas les seuls animaux domestiques qui mangent leurs maîtres après leur mort. Certains animaux de compagnie tuent même leurs propriétaires avant de les dévorer. L'article de Guyomali cite plusieurs exemples de cochons, de pythons, de lézards et même un hippopotame domestique, ainsi que deux carlins du Nebraska qui se sont nourris pendant deux semaines du cadavre de leur maître qui s'était suicidé.

Il est peut-être temps, par souci de déontologie, de vous avouer que je suis plutôt de la Team Chiens. J'aimerais pouvoir dire que les chats sont les seuls animaux de compagnie qui dévorent leurs maîtres. Mais c'est tout simplement faux. Brian Palmer remarque dans cet article de Slate qu'il existe de nombreux exemples à travers l'Histoire de chiens qui ont dévoré des cadavres humains, y compris ceux de leurs maîtres (apparemment, il existe même une théorie selon laquelle le corps du Christ aurait été dévoré par des chiens et "ses acolytes auraient créé de toutes pièces l'histoire de son enterrement révérenciel pour masquer la triste vérité.")

Nos amis complotistes ont raison sur ce point : en effet, c'est plutôt flippant. Mais ça ne prouve pas vraiment que les chats soient à la solde des extraterrestres.

@AustinConsidine