Culture

Basquiat, comme vous ne l’aviez jamais vu

Une exposition au Barbican Centre, à Londres, dévoile toutes les facettes de l’enfant terrible de l'underground.
26.1.17
LIKE AN IGNORANT EASTER SUIT’, Jean-Michel Basquiat on the set of Downtown 81. Photo: Edo Bertoglio © New York Beat Film LLC. By permission of the Estate of Jean-Michel Basquiat

L’une des caractéristiques les plus intéressantes de l’exposition à venir du Barbican Centre, « Basquiat : Boom for Real » est sans doute de présenter toutes les facettes de l’enfant terrible de Brooklyn, dressant un portrait exhaustif de l’artiste avant-gardiste disparu en 1988. Plus qu’une simple exposition de ses œuvres, le centre culturel londonien a fait le choix de revenir aussi sur le contexte de création et de développement de Jean-Michel Basquiat. Avec l’aide de sa famille, le centre culturel met en évidence les diverses influences qui ont nourri le processus créatif de l’artiste : du bebop au cinéma muet en passant par le dessin.

Publicité

La commissaire Eleanor Nairne revient sur la genèse de cette exposition pour The Creators Project. « Basquiat est un artiste qui a été l’objet de très nombreuses expositions au fil des ans, mais son œuvre est tellement riche de sens qu’on a seulement gratté la surface en ce qui concerne ses références. Nous avons mené d’importantes recherches dans ses documents — des notes sur des disques de jazz ou des livres sur l’histoire du cinéma ou encore des programmes télévisés — pour mieux comprendre toutes les informations qu’il distille dans ses compositions. J’espère que ces nouvelles informations aideront les visiteurs à apprécier son travail sous un nouveau jour. »

10. Jean-Michel Basquiat painting, 1983, Photo copyright Roland Hagenberg.jpg

Jean-Michel Basquiat peignant, 1983 © Roland Hagenberg

Marginal dans tous les sens du terme, Basquiat a puisé son inspiration dans les contre-cultures du Lower East Side des années 70 — le punk et le graffiti en premier lieu. Quittant le foyer familial à 17 ans, il devient rapidement connu pour ses tags signés SAMO (une collaboration avec Al Diaz) puis son style unique — qui lui vaudra d’être salué par les critiques et des artistes comme Cy Twombly ou Jean Dubuffet. En moins de sept ans, Basquiat est passé de squatteur des canap’ de ses potes et de vendeur de ses t-shirts dans la rue à un artiste acclamé internationalement er vendant ses œuvres des dizaines de milliers de dollars. Il a été l’enfant prodige de la scène artistique new-yorkaise du début des années 80, côtoyant autant Keith Haring qu’Andy Warhol.

4. Jean-Michel Basquiat, Untitled (1960), 1983, Courtesy Estate of Jean-Michel Basquiat Estate. Licenced by Artestar, NY.jpg

Jean-Michel Basquiat, Untitled (1960), 1983 © Estate of Jean-Michel Basquiat / Artestar, NY

L’exposition au Barbican est la première consacrée au radiant child au Royaume-Uni depuis plus de vingt ans. Elle comprend une centaine de ses œuvres, dont beaucoup sont peu exposées. Les commissaires ont ainsi souhaité combler le peu de reconnaissance que l’œuvre de l’artiste a reçu au Royaume-Uni — pas une seule de ses œuvres ne se trouve dans une collection publique. Pourtant, c’est bien au Royaume-Uni qu’a eu lieu la première exposition personnelle de Basquiat, lui offrant un tremplin avant même que son propre pays ne le fasse.

8. THESE INSTITUTIONS HAS THE MOST POLITICAL INFLUENCE A.TELEVISION B. THE CHURCH C. SAMO D. MC DONALDS'. Downtown 81, Edo Bertoglio ©New York Beat Film.png

Jean-Michel Basquiat sur le tournage de “Downtown 81”. Photo : Edo Bertoglio ©New York Beat Film LLC. © Estate of Jean-Michel Basquiat

Avant de plonger dans la myriade d’influences de Basquiat, l’exposition s’attarde sur les débuts de l’artiste. On y voit ses premières expérimentations, encore timides, avant qu’il ne déploie toute son exubérance dans des œuvres saturées et complexes — avant sa mort à l’âge de 27 ans en 1988. L’espace principal permet de vivre l’expérience visuelle procurée par ses toiles, qui sont ensuite analysées à la lumière de recherches récentes à l’étage inférieur. Cette investigation passionnante permet de plonger à la fois dans la vie et le processus créatif d’un génie dont la production continue d’inspirer quantité d’artistes et de visiteurs.

6. Jean-Michel Basquiat, Glenn, 1985 Courtesy Private Collection.jpg

Jean-Michel Basquiat, Glenn, 1985 © Estate of Jean-Michel Basquiat / Artestar, NY

7. Jean dancing at the Mudd Club with painted t-shirt, 1979 Courtesy Nicholas Taylor.jpg

Jean dansant au Mudd dans l'un de ses t-shirts peints, 1979 © Nicholas Taylor

2. Jean-Michel Basquiat, Hollywood Africans, 1983, Whitney Museum of American Art, ARS, New York, ADAGP, Paris.jpg

Jean-Michel Basquiat, Hollywood Africans, 1983 © Whitney Museum of American Art, New York © Estate of Jean-Michel Basquiat/ Artists Rights Society (ARS), New York/ ADAGP, Paris / Artestar, NY

1. Jean-Michel Basquiat, Untitled 1982, Museum Boijmans Van Beuningen, Studio Tromp, Rotterdam.jpg

Jean-Michel Basquiat, Untitled, 1982 © Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam © Estate of Jean-Michel Basquiat / Artestar, NY. Photo : Studio Tromp, Rotterdam

5. Jean-Michel Basquiat, A Panel of Experts, 1982, Courtesy The Montreal Museum of Fine Arts.jpg

Jean-Michel Basquiat, A Panel of Experts, 1982 © Montreal Museum of Fine Arts © Estate of Jean-Michel Basquiat / Artestar, NY. Photo : MFA, Douglas M. Parker

3. Jean-Michel Basquiat, Untitled, 1980, Whitney Museum of American Art, ARS, New York, ADAGP, Paris.jpg

Jean-Michel Basquiat, Untitled, 1980 © Whitney Museum of American Art © Estate of Jean-Michel Basquiat/ Artists Rights Society (ARS), New York/ ADAGP, Paris / Artestar, NY

« Basquiat : Boom for Real » est à voir du 21 septembre 2017 au 28 janvier 2018 au Barbican Centre, à Londres. Toutes les infos par ici.