Trois pays vont tenter un atterrissage sur Mars en 2021

En cette nouvelle année, la planète rouge semble être la destination la plus convoitée pour une odyssée spatiale.
15.1.21
mars nasa
Le télescope spatial Hubble de la NASA a photographié Mars le 18 juillet, lors de son rapprochement de la Terre le plus fort depuis 2003. Photo publiée avec l'aimable autorisation de la NASA.

Mars a toujours fasciné l'humanité. Au fil des décennies, la planète rouge est apparue dans tous les aspects du récit humain, que ce soit les mythes, la religion, la littérature ou le cinéma. Elle en est venue à symboliser toute sorte de choses, du désir au sexe en passant par la guerre. Elle est aussi depuis longtemps la cible privilégiée de l’exploration spatiale : les États-Unis, la Russie, l'Europe et l'Inde ont réussi à se mettre en orbite autour d’elle ; les deux premiers ayant même réussi à se poser sur sa surface.

Publicité

2020 a été une grande année, puisque les Émirats arabes unis (EAU), la Chine et les États-Unis ont tous lancé des missions robotiques vers la planète, profitant d’une distance plus rapprochée entre la Terre et Mars grâce à leur alignement en opposition, qui survient à peu près tous les deux ans. 

« C'est vraiment une période captivante pour l'exploration martienne », nous avait dit Emily Lakdawalla, experte du système solaire et écrivaine scientifique, dans une interview en octobre 2020. « Ce que nous envoyons sur Mars maintenant est en quelque sorte la prochaine étape », avait-elle ajouté, faisant également allusion à l'intention de la NASA de « commencer le processus de retour des échantillons martiens sur Terre ». 

En 2021, Mars semble être la destination la plus convoitée pour une odyssée spatiale. La sonde Hope Probe des Émirats arabes unis, la sonde Tianwen-1 de la Chine et le rover Perseverance de la NASA arriveront sur Mars cette année, chacune de ces missions martiennes cherchant à atteindre des objectifs différents.

L'orbiteur Hope sera le premier à se poser. Il entrera en orbite autour de Mars le 9 février avec une altitude de mille kilomètres au-dessus de la planète. S'il réussit cet atterrissage ambitieux, il étudiera l'atmosphère et les conditions météorologiques de la planète pendant une année martienne, soit 687 jours terrestres, et enverra ses informations précieuses aux scientifiques.

La sonde Hope Probe sera suivie par la sonde chinoise Tianwen-1, que l’on peut traduire par « Quête de la vérité céleste 1 », qui arrivera le 10 février. Elle devrait orbiter autour de la planète pendant quelque temps, avant d’envoyer, au mois de mai, un atterrisseur contenant un rover qui se posera dans la région Utopia Planitia, une vaste plaine de Mars. La Chine deviendra ainsi le deuxième pays après les États-Unis à tenter un atterrissage en douceur sur Mars. Atterrir en un seul morceau sur la planète rouge n'est pas la plus réalisable des prouesses, et seule la NASA a réussi à le faire plus d'une fois.

Un atterrissage réussi fera progresser les avancées spatiales de la Chine, en particulier après la mission Chang'e-5 en 2020 qui a permis de rapporter des morceaux de sol lunaire. La mission Tianwen-1 cherchera à étudier le sol, la structure géologique, l'environnement et l'atmosphère de Mars, mais aussi à détecter des traces d'eau sur la Lune. En cas de succès de la mission, la Chine réaliserait une percée technique, comme l'ont prédit ses propres scientifiques dans un article publié l'année dernière.

Le 18 février, la sonde Perseverance Probe de la NASA devrait atterrir dans le cratère martien de Jezero, où elle cherchera des signes de vie éteinte dans un lit de lac asséché. Le vaisseau spatial transportant le rover a été lancé avec succès en juillet 2020 depuis le cap Canaveral, en Floride. Selon l'agence spatiale américaine, le rover sera le premier de l'histoire à ramener des échantillons d'une autre planète sur Terre.

Mais d'abord, il va déployer Ingenuity, un petit hélicoptère qui sera le premier aéronef à tenter un vol contrôlé sur une autre planète.

En cette année chargée, l'humanité tentera également de sonder les profondeurs de l'espace avec le lancement du télescope spatial James Webb développé par la NASA. Le successeur du célèbre télescope Hubble a dû faire face à de nombreux obstacles dans le passé, notamment des coûts croissants et des difficultés techniques, sans parler de la terrible pandémie. Mais après un retard de quelques années, il devrait finalement voir le jour à la fin du mois d'octobre. Le Webb sera un grand télescope infrarouge doté d'un miroir primaire de 6,5 mètres de diamètre et sera lancé à bord d'une fusée Ariane 5 depuis la Guyane française en 2021. Le télescope sera doté d'un observatoire unique en son genre qui aidera des milliers d'astronomes du monde entier dans leurs études de l'espace.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.