Publicité
Santé

Parvenez-vous à distinguer les battements de votre cœur ?

La réponse en dit long sur votre santé mentale.

par Shayla Love; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
13 Février 2020, 8:29am

Collage : Hunter French

Prenez un moment pour écouter votre corps et toutes les sensations qu'il contient. Concentrez-vous sur votre cœur et essayez d’isoler chaque battement. Avec quelle intensité ressentez-vous chaque boum-boum ? Percevez-vous tous les battements, ou certains échappent-ils à votre attention ?

Cette capacité qui consiste à ressentir les battements de votre cœur, ainsi que toute autre sensation à l’intérieur de votre corps, est appelée intéroception. C'est le contraire de l'extéroception, qui caractérise l’ensemble des signaux que nous recevons et traitons du monde extérieur, comme la vue, le son ou le toucher.

L'intéroception nous aide à réguler notre corps. Ses signaux nous indiquent quand nous avons faim, soif ou envie d’uriner, afin que nous puissions agir en conséquence. C’est le surintendant de notre organisme, mais pas seulement. Nos sensations internes interagissent également avec nos émotions, nos pensées et nos sentiments de manière significative et surprenante.

Les scientifiques qui étudient la façon dont nous ressentons notre corps ont découvert que les battements du cœur, en particulier, peuvent être en ligne directe avec le cerveau et les états mentaux qui y résident. Les battements de votre cœur peuvent influencer la façon dont vous vous sentez et l'intensité de vos sentiments. Ils peuvent vous empêcher de vous souvenir de quelque chose ou vous inciter à vous y accrocher davantage.

Et la façon dont un individu ressent les battements de son propre cœur – la précision de ce ressenti – permet de prédire s’il souffre d'anxiété ou d'autres troubles de santé mentale. Plus intrigant encore, aider les gens à mieux sentir leur cœur pourrait bientôt être une forme de traitement pour ces mêmes troubles.

Notre cœur bat tout au long de la journée et nous n'en sommes pas conscients la plupart du temps. À chaque fois, il envoie un signal au cerveau, explique Sarah Garfinkel, neuroscientifique à l'université du Sussex et spécialiste du cœur et de ses relations avec les émotions.

On pourrait croire que le contraire est vrai : que ce sont nos états émotionnels qui sont en charge et qui dirigent le comportement de notre cœur. Lorsque nous avons peur, notre cœur bat plus vite. Mais c'est en fait une voie à double sens : nos sentiments sont également influencés par les signaux provenant de notre corps.

Cette discussion sur le lien entre le corps et les émotions remonte à William James, souvent appelé le père de la psychologie américaine. À la fin du XIXe siècle, il a suggéré que les émotions étaient simplement les noms que nous donnions à nos sensations corporelles. Lorsque notre cœur bat, par exemple, cette sensation physique donne naissance à ce que nous appelons la « peur ». Nous n'avons pas peur, mais notre cœur s’emballe. Notre cœur s’emballe, ce qui nous fait peur.

C’est d’une logique intuitive. Il est difficile d'imaginer être furieux sans les caractéristiques physiques qui l'accompagnent : visage rouge, cœur qui bat vite, dents serrées, narines dilatées. Ou encore, un chagrin sans larmes, un essoufflement, une douleur dans la poitrine. « Une émotion humaine purement désincarnée est une non-entité », comme l'a dit James.

Aujourd'hui, les chercheurs savent, grâce à l'imagerie cérébrale, que la zone du cerveau qui traite les sensations internes, le cortex insulaire, ou insula, est cruciale dans le traitement des émotions, ce qui conforte l'idée de James selon laquelle les émotions et le corps sont interconnectés. La neuroscientifique Lisa Feldman Barrett, de la Northeastern University, a également découvert dans ses travaux que les émotions sont façonnées et définies par les sensations corporelles, les expériences passées et les concepts émotionnels provenant de nos parents et de notre éducation. Nos émotions ne sont pas tant des réactions au monde, mais des inventions de notre cerveau pour expliquer la cause de nos sensations.

La peur peut être accrue par les battements de cœur. En 2014, Garfinkel a montré à des sujets d'étude des photos de visages ayant des expressions de peur, de joie, de dégoût ou neutres. Les personnes qui ont vu des visages effrayés tout en étant conscientes des battements de leur cœur ont dit qu'elles les trouvaient plus intenses.

Il est intéressant de noter que tout le monde a la même capacité à se ressentir soi-même. Les scientifiques qui étudient l'intéroception utilisent souvent des tâches de détection des battements pour étudier cette variabilité. Ils ont constaté des différences concernant la précision avec laquelle les gens ressentent leurs battements de cœur, la façon dont ils pensent avoir raison et la mesure dans laquelle leur croyance en leurs capacités d'intéroception correspond à leur précision réelle.

Les personnes dont l'intéroception est plus précise – qui ressentent davantage les battements de leur cœur – ont une plus grande intensité émotionnelle. Cela a été démontré par plusieurs études dans lesquelles on a donné aux gens du matériel émotionnel, comme des films à regarder. Les personnes qui ont senti les battements de leur cœur avec une plus grande précision ont estimé que les films à caractère émotionnel étaient plus intenses. « Cela correspond à l'idée que si vous êtes plus précis dans le ressenti de votre cœur, cela se traduit par une plus grande intensité de l'émotion ressentie », explique Garfinkel.

La pulsion de peur observée par Garfinkel peut être encore plus forte chez les personnes anxieuses. Et c'est là-dessus qu’elle concentre son travail : au lieu de se contenter d'illustrer le lien entre le cœur et l'esprit, elle trouve des circonstances dans lesquelles les capacités d'intéroception d'une personne sont en quelque sorte associées à un trouble et réfléchit à la manière d'utiliser cette intéroception comme un outil.

Il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur l'intéroception, selon Garfinkel. Les personnes anxieuses peuvent être trop concentrées sur leurs sensations corporelles. Mais, en tant que personne anxieuse, est-ce que je fais plus attention aux battements de mon cœur, ou est-ce qu’ils se comportent différemment et alimentent de fait mon anxiété ?

Garfinkel et ses collègues sont les premiers à commencer à séparer ces différents facteurs, plutôt que de mesurer la détection des battements comme un tout. Ils constatent que les autoévaluations des sujets ne correspondent pas nécessairement à la réalité.

Les personnes anxieuses sont plus susceptibles de penser qu'elles disposent d'une intéroception précise. Tout comme les personnes qui peuvent percevoir leurs battements avec précision sans le savoir, les personnes anxieuses peuvent penser qu'elles sont douées pour l'intéroception alors qu'elles ne le sont pas. « Vous pourriez penser que vous êtes bon dans ce domaine, dit Garfinkel. Mais quand on vous teste en laboratoire, votre précision peut être assez mauvaise. »

Elle a découvert que ce décalage entre la précision avec laquelle vous pensez ressentir votre rythme cardiaque et votre précision réelle peut être un fort prédicteur des symptômes d'anxiété. Elle a également observé l'intéroception chez les personnes souffrant de troubles autistiques, qui sont souvent anxieuses, et a constaté qu'elles ont également une précision d'intéroception plus faible.

« De manière générale, je pense que l'intéroception est une caractéristique des troubles psychiatriques qui est sous-reconnue et sous-représentée dans la science », dit Sahib Khalsa, neuroscientifique au Laureate Institute for Brain Research à Tulsa, Oklahoma. Mais cela commence à changer. Selon Khalsa, au cours des dix dernières années, il est devenu évident que le déficit intéroceptif est présent dans un large éventail de troubles, comme les troubles paniques, la dépression, les troubles alimentaires, les troubles à symptomatologie somatique, les troubles liés à l’usage de substances et le syndrome de stress post-traumatique.

Manos Tsakiris, neuroscientifique cognitif au Royal Holloway College de l’université de Londres, a découvert qu'une faible intéroception est associée à une insatisfaction de l'image corporelle. Les personnes dont le rythme cardiaque est peu précis ont également tendance à objectiver davantage leur corps. « En d'autres termes, ces personnes ont tendance à penser à leur corps non pas en termes de santé et de bien-être, mais en termes d'attrait sexuel et de séduction », explique-t-il.

Dans son laboratoire, il examine ce lien de plus près : il va réaliser une étude basée sur des filles avant et après la puberté et mesurer la satisfaction par rapport à l'image corporelle en plus de la conscience intéroceptive, pour voir comment cela change avec le temps. Il pense que les filles ayant une intéroception correcte s'adapteront mieux aux changements de la puberté et seront moins gênées par leur corps plus tard dans la vie.

Alors que la capacité d'intéroception était auparavant considérée comme un trait stable – un trait que l’on ne peut pas changer –, Garfinkel pense que c'est une compétence qui peut être améliorée. Si une faible précision d'intéroception est associée à l'anxiété ou à d'autres troubles, peut-être que les gens peuvent améliorer leur précision. Dans une étude à venir qui fait actuellement l’objet d'un examen par les pairs, elle constate que lorsque les gens améliorent leur précision, cela réduit leurs symptômes d'anxiété.

Khalsa traite également les personnes souffrant d'anxiété et de crises de panique en utilisant l'intéroception – son approche est appelée thérapie d'exposition intéroceptive. Cela aide les patients à s'intéresser à leurs sensations corporelles qui provoquent généralement de l'anxiété, comme un rythme cardiaque qui s’accélèrent, et à apprendre à ne pas traiter ce signal comme dangereux.

Garfinkel pense qu'une version de la thérapie par intéroception pourrait également aider les personnes souffrant de psychose, une population qui connaît souvent une dissociation entre l’esprit et le corps. « Une personne atteinte de schizophrénie peut avoir des hallucinations visuelles et auditives, convient Khalsa. Ses facultés de perception peuvent alors s’engager davantage à l'extérieur du corps, et cela peut avoir des conséquences sur sa capacité à ressentir ce qui se passe de l'intérieur. »

L'intéroception pourrait également contribuer à expliquer pourquoi certaines pratiques existantes impliquant le corps et l'esprit sont efficaces. Flotter dans un bassin de privation sensorielle, par exemple, s'est déjà révélé utile pour l'anxiété, certaines données montrant qu'une heure de flottaison seulement a des effets positifs à court terme sur l'anxiété et la dépression. C'est peut-être parce que le fait de flotter coupe brièvement l'extéroception, c’est-à-dire les signaux externes, et oblige la personne à se concentrer sur les sensations intéroceptives, comme son rythme cardiaque.

Selon Garfinkel, la pleine conscience et la méditation incitent également les gens à prêter plus d’attention à leur corps, sans doute parce que ces pratiques ont une composante intéroceptive. Le problème est que la méditation n’a pas pour but de vous aider à devenir plus conscient de votre corps. Les gens commencent rarement une pratique de pleine conscience en sachant à quel point ils sont doués pour détecter leur corps, mais plutôt en croyant qu’ils le sont – ce qui peut être faux. Garfinkel pense que des tests et une formation à l’intéroception peuvent contribuer à faire de la pleine conscience une pratique davantage fondée sur des preuves et des objectifs clairs.

Les recherches de Khalsa sur les personnes pratiquant la méditation l'ont confirmé : elles n’étaient pas plus précises dans la perception des battements de leur cœur. « Cela m'a vraiment étonné, dit-il. Mais nous avons constaté que lorsque vous demandez à ces personnes de réfléchir à leurs battements de cœur, elles semblent évaluer la qualité de l'expérience différemment. »

C'est la pièce finale et la plus importante du puzzle intéroceptif : même si vous ressentez votre corps avec beaucoup de précision, vous devez tout de même gérer la façon dont vous interprétez ces sensations. Parfois, une personne dans un bassin de flottaison peut se sentir plus anxieuse face aux battements de son cœur. Si le fait de ressentir votre rythme cardiaque avec plus de précision s'accompagne toujours d'une panique quant à sa signification, cela n’aidera probablement pas.

« Vous devez simplement remarquer que votre cœur bat, qu'il change et que ce signal est précis, dit Garfinkel. Je dis bien remarquer et non s’inquiéter. Le cœur humain est incroyable et il effectue beaucoup d'accélérations et de ralentissements. Il est très sain d'avoir un cœur qui s'adapte. »

Si vous n'avez pas accès à un laboratoire de recherche, mais que vous voulez connaître votre précision d'intéroception, vous pouvez prendre votre pouls tout en essayant de sentir votre cœur, pour avoir une idée, dit Garfinkel. Vous pouvez également profiter d'un moment où votre cœur bat vite, par exemple lorsque vous venez de faire de l'exercice ou que vous avez peur. « Voyez si vous pouvez sentir votre cœur revenir à un rythme normal », suggère Garfinkel.

Ce simple exercice peut nous rappeler qu'il est très différent de vivre dans son propre corps et dans celui de quelqu’un d’autre. Votre meilleur ami, votre partenaire, votre mère – les personnes qui vous sont proches – peuvent avoir des niveaux d'intéroception différents, ou attribuer une signification émotionnelle différente aux signaux d'intéroception. Le style émotionnel d'une personne, c’est-à-dire la façon dont elle répond à ses émotions, peut avoir un rapport avec la façon dont elle ressent son corps.

« C'est probablement la plus grande question sans réponse dans le domaine des neurosciences et de la philosophie, dit Tsakiris. Qu'est-ce que ça fait d'être quelqu'un d’autre ? Vous avez beau connaître votre meilleur ami mieux que quiconque, vous ne savez toujours pas ce qu’il ressent en étant lui-même. Et il n'y a rien de mal à cela, c'est comme ça que sont les choses sont. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
neuroscience
anxiété
interoception