Google Maps a dû retirer ses photos de la montagne sacrée d’Uluru en Australie

Interdit à l’escalade depuis un an, certains faisaient encore des « visites virtuelles à pied » du sommet.
28.9.20
uluru google maps
Capture d'écran via Google Maps

Google Maps a supprimé ses anciennes images du sommet d'Uluru, situé en Australie, après que l'organisme chargé des parcs nationaux a fait part de ses inquiétudes quant au fait que les gens utilisaient la fonction street view pour « marcher » sur le site indigène sacré.

En octobre 2019, les visites ont été interdites par respect pour les propriétaires traditionnels d'Uluru, le peuple de Anangu, pour qui ce site a une signification spirituelle. Mais jusqu'à l'après-midi du 23 septembre, les internautes pouvaient toujours utiliser la fonction Street View de Google Maps pour faire une visite virtuelle à pied sur le sentier de randonnée désormais fermé jusqu'au sommet du rocher, où des photos permettaient de voir le sommet à 360 degrés.

Publicité

Un porte-parole de Parks Australia a déclaré à ABC que l'organisme gouvernemental avait « alerté Google Australia au sujet des images générées par les utilisateurs du sommet d'Uluru qui ont été postées sur leur plateforme cartographique » et « demandé que le contenu soit immédiatement retiré conformément aux souhaits des Aṉangu, les propriétaires traditionnels d'Uluru, et aux directives du parc national en matière de films et de photographies. »

Quelques heures plus tard, un porte-parole de Google a déclaré à 9News que les images – qui comprenaient des photos de personnes fêtant le sommet – avaient été retirées. « Nous comprenons que le parc national d'Uluru-Kata Tjuta est profondément sacré pour la tribu Anangu, a-t-il déclaré. Dès que Parks Australia a fait part de ses inquiétudes concernant cette contribution des utilisateurs, nous avons retiré les images. »

Cette décision de Parks Australia d'interdire enfin aux gens d'escalader Uluru a rencontré une certaine résistance lorsqu'elle a été annoncée en novembre 2017 – malgré le fait que le peuple Anangu demandait aux intéressés de s'abstenir depuis au moins 1985.

Un an après l'annonce, le nombre de visiteurs qui ont insisté pour monter au sommet est passé de 50 à 140 personnes par jour à 300 à 500.

Dans les derniers jours avant l'entrée en vigueur de l'interdiction, des centaines de personnes ont fait la queue avant l'aube pour monter sur le site sacré. Les travailleurs ont maintenant enlevé la poignée de chaîne, construite en 1964, qui aidait les visiteurs à monter et à descendre du rocher.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.