Le marché noir des kits de dépistage du Covid-19

Certains vendeurs du dark web se font des millions de dollars en vendant des tests à des hôpitaux et des maisons de retraite du monde entier.
16.9.20
argent cash
Photo envoyée sur un groupe Telegram privé par un vendeur du dark web. Image publiée avec l’aimable autorisation de l'université d'Etat de Géorgie.

Au cours de la dernière semaine de janvier 2020, quelques jours avant que l'Organisation mondiale de la santé ne déclare le nouveau coronavirus comme une urgence de santé mondiale, Jason* a commencé à stocker des kits de dépistage.

Sur la base d'un tuyau provenant de contacts en Chine et à Hong Kong, cet homme d'affaires américain a réuni un réseau d'entrepreneurs qui ont acheté des milliers de tests sérologiques IgM/IgG directement auprès d’usines en Allemagne et en Corée.

Même à ce moment-là, avec moins de 8 000 cas confirmés d'infection dans 19 pays, Jason pressentait que les kits de dépistage au coronavirus allaient devenir une denrée très recherchée dans les mois à venir. Et il avait raison. Aujourd'hui, il les vend en ligne pour plus de 11 000 dollars.

imageedit_4_5453687853.png

En 2020, il n'y a pas eu de plus grande force de marché que le SARS-CoV-2. Les infections continuant à augmenter dans le monde entier – le nombre global de cas approche dangereusement des 30 millions au moment où nous écrivons ces lignes – la demande d'articles de première nécessité comme les masques, les désinfectants pour les mains et les respirateurs est montée en flèche.

Dans le même temps, le virus a ralenti les capacités de production et a paralysé le commerce international, ce qui signifie que l'offre est réduite au minimum. Et comme la pandémie mondiale ne montre aucun signe de ralentissement à court terme, les personnes dans le besoin se tournent vers le darkweb pour se procurer des produits médicaux d'urgence.

Sur Wickr, Jason nous a raconté qu'il avait vendu 8 000 kits de dépistage du Covid-19 sur le dark web, à 180 dollars la pièce. La moitié d'entre eux ont été achetés par des centres médicaux en Italie et aux États-Unis, 1 000 sont allés dans un centre gériatrique dans un endroit non spécifié, tandis que 3 000 autres ont été rachetés par un seul individu, que Jason soupçonne d'agir au nom d'un gouvernement ou d'un hôpital mystérieux. Tous ces acheteurs, dit-il, étaient désespérés de mettre la main sur des kits. « Il y avait une réelle urgence… il y avait une réelle panique, dit-il. Il y avait une pénurie de tests et peu d'institutions avaient accès aux usines pour en acheter car la plupart des commandes étaient préréservées par les gouvernements du monde entier. »

« Les réponses des gouvernements à la pandémie ont également ouvert une série d'opportunités dont les vendeurs du dark web peuvent tirer profit » – David Maimon, professeur de justice pénale et de criminologie

Il y a encore des pénuries d'approvisionnement dans un certain nombre de pays. L'Angleterre et l'Écosse ont été à court de kits de dépistage du coronavirus en quelques heures à la fin du mois d'août, tandis que les laboratoires ont du mal à résorber l'arriéré de tests depuis la fin du mois de juillet. Les coups portés au secteur manufacturier américain ont entraîné de multiples pénuries au cours des derniers mois, certains centres médicaux n'étant autorisés à réaliser que 25 dépistages par jour pour une population de plusieurs milliers de patients.

La semaine dernière, le ministre de la Défense du Zimbabwe a annoncé que le pays était confronté à « une grave pénurie de tests », l'obligeant à en commander 220 autres pour une nation de quelque 14,4 millions d'habitants. Selon Jason, ce gouvernement pourrait lui acheter directement des milliers de kits en un seul lot.

Jason n'est pas le seul à avoir trouvé un moyen de faire des profits pendant la pandémie. Nous avons trouvé des dizaines de revendeurs en ligne qui vendaient de faux « vaccins » contre le coronavirus, ainsi que des plaquettes de comprimés d'hydroxychloroquine ou encore le sang de patients guéris du Covid-19 pour près de 16 000 dollars par litre.

Alors que les gouvernements et les autorités du monde entier se battent pour faire face à l'écrasante crise de santé publique, des personnes désespérées – et, si ce que dit Jason est vrai, des institutions – gravitent vers le marché noir pour s'approvisionner en produits médicaux très convoités. « La pandémie a suscité un nouveau type de demande sur les plateformes du dark web, et les entrepreneurs de ce secteur sont heureux de la satisfaire, dit David Maimon, professeur de justice pénale et de criminologie à l'université d'État de Géorgie. Les réponses des gouvernements à la pandémie ont également ouvert une série d'opportunités dont les vendeurs du dark web peuvent tirer profit. »

David Maimon explique que les vendeurs du dark web se sont adaptés à la pandémie de deux manières. Premièrement, ils ont diversifié leur portefeuille et ajouté à leur stock de nouveaux types de produits qu'ils n'auraient jamais vendus auparavant. En parcourant la quasi-totalité des marchés du dark web, on s’aperçoit que les produits de qualité pharmaceutique, comme les masques et les lotions désinfectantes pour les mains, côtoient désormais les pistolets semi-automatiques et les cristaux de MDMA.

Deuxièmement, les vendeurs sont obligés de demander à leurs clients d'être plus patients avec les délais de livraison.

Maimon souligne que les fraudeurs en ligne ont également trouvé de nouveaux moyens de frauder à la fois le gouvernement et les citoyens respectueux de la loi, et il invite toute personne envisageant de conclure une transaction avec un dealer du dark web comme Jason à faire preuve d'une grande prudence.

« Beaucoup de ces vendeurs profitent de la panique, dit-il. Certains promettent de vendre toutes sortes de remèdes qui sont probablement des contrefaçons, tandis que d'autres vendent des masques et des antiseptiques pour les mains au milieu d'une pénurie mondiale… Nous avons de fortes raisons de croire qu'ils sont de mauvaise qualité. Nous connaissons même certains groupes qui vendent des masques usagés. »

Tout type de matériel de protection dont l'utilisation n'a pas été approuvée par les autorités compétentes peut être dangereux, explique Maimon. Les consommateurs doivent donc être vigilants en ce qui concerne les fabricants et les vendeurs auprès desquels ils achètent. »

Mais si Jason dit vrai, il s'occupe d'accumuler et de vendre des kits de dépistage du coronavirus pour des raisons plus altruistes que financières. « Nous nous sommes procuré ces kits pour sauver des vies », dit-il.

*Le prénom a été modifié.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.