FYI.

This story is over 5 years old.

reportage

Sur la route avec les bikeuses du Koweït

Dania Tyan a fondé le Moto Lady Club, l'unique club de moto féminin de tout le Golfe persique.
02 février 2015, 3:25pm

Photo tirée de la page Facebook du Moto Lady Club

Par un samedi matin caniculaire, plusieurs femmes font vrombir leurs motos sous le soleil brûlant du Koweït. L'une d'elles s'appelle Dania Tyan et est originaire de Beyrouth. Elle est tellement passionnée par les motos qu'elle a décidé de fonder le Moto Lady Club – comme son nom l'indique, un club pour permettre aux femmes de rouler avec d'autres femmes.

« Je conduis depuis 20 ans, mais cela fait seulement deux ans que je prends la moto vraiment au sérieux », m'a-t-elle confié. « Petit à petit, je me suis mis à rouler de plus en plus, jusqu'au jour où j'allais même travailler à moto. »

C'est à ce moment-là que le Moto Lady Club est né – en 2013, quand Tyan et ses copines ont voulu proposer une nouvelle approche de la moto et montrer que ce n'était pas juste une affaire d'hommes. « Qu'est-ce qu'une moto si ce n'est un simple moyen de transport ? » m'a-t-elle fait remarquer. Pour son groupe, la sécurité passe avant tout – « ce n'est pas aussi dangereux que les gens veulent le croire » a souligné Tyan.

Seulement 40 % des habitants du Koweït sont koweïtiens, le reste de la population étant constituée d'étrangers. Cette diversité s'illustre aussi dans la composition du Moto Lady Club : « Nous sommes des motardes d'origines et de religions différentes, mais nous roulons toutes ensemble. Aujourd'hui, le Moto Lady Club compte à peu près 30 membres et s'agrandit chaque jour. Nous avons des expatriées, mais aussi des motardes koweïtiennes. »

En comparaison aux autres pays du Golfe, le Koweït est un pays un peu plus ouvert en ce qui concerne l'égalité des femmes. Mais le Motor Lady Club a encore beaucoup de travail pour faire rouler hommes et femmes ensemble. « Vous seriez surprise de voir à quel point le Moto Lady Club est apprécié et respecté des hommes. Nous recevons beaucoup de soutien de leur part », m'a affirmé Tyan.

Si cela vous semble surprenant, vous devriez peut-être jeter un œil au rapport mondial sur la parité hommes-femmes. On y apprend que si le Koweït se situe très loin dans le classement – 113ème sur 142 pays –, mais il caracole cependant en tête des pays du Moyen Orient en ce qui concerne l'égalité des femmes. Environ 53 % des femmes koweïtiennes travaillent – certaines sont juges, politiciennes ou encore policières. Selon Tyan, « le Koweït est un super pays où les femmes s'impliquent dans de nombreuses activités. Il y a même une équipe féminine de course automobile. »

« Je peux affirmer que le Moto Lady Club est le premier club de biker pour femmes de tout le Golfe. Je pense que c'est à grâce à nos animations et notre esprit d'équipe que nous sommes aussi connues. Quand une femme a envie de faire de la moto, elle se dirige automatiquement vers nous. On rencontre pas mal de monde durant les animations auxquelles on participe, certaines femmes nous aperçoivent sur la route ou au restaurant avec notre équipement. Parfois, elles nous abordent pour nous questionner sur le club. Nous ne sommes pas exclusives : l'adhésion au club est ouverte à toutes les motardes, peu importe la marque de leur bécane. »

Le Moto Lady Club tente de casser le stéréotype du « gang de motards ». Selon Tyan, elles ne sont pas des Hell's Angels, mais « une communauté rigoureuse qui roule en famille ». « Nous n'utilisons pas le mot gang, car il laisserait croire que nous nous livrons à des trucs malhonnêtes pendant nos virées. On aimerait faire en sorte que les gens oublient l'image du gang de motardes. »

Tyan soutient qu'elle se désintéresse de la mode biker ; pour elle, il s'agit avant tout de rouler sur sa moto : « La bikeuse en cuir sur sa bécane est un autre stéréotype. On se concentre énormément sur la sécurité et on se fout éperdument de la mode. Celles qui font des courses ou ont de grosses cylindrées portent bien évidement des tenues de sécurité en cuir, souvent des combinaisons Dainese ou du BMW. »

« Le Koweït compte environ 22 groupes de motards, mais le Moto Lady Club est le seul club exclusivement réservé aux femmes », a fièrement affirmé Tyan. « Je pense que notre club fait figure d'exemple à suivre. Mais nous collaborons étroitement avec les autres groupes et avons beaucoup d'activités en commun. En fait, nous sommes une grande famille ».

Si le club de Tyan fait figure d'exception, cela ne veut pas dire qu'elles sont les seules motardes de tout le Golfe. « J'ai des copines bikeuses à Dubaï, au Bahreïn et au Qatar –là-bas, le phénomène est en plein essor chez les femmes ; elles conduisent des motos comme elles conduisent des voitures ! Et croyez-le ou non, les hommes en sont plutôt contents. Beaucoup d'entre eux sont heureux de voir leurs conjointes ou leurs filles à bord d'une moto, car si vous vous entraînez correctement et portez le bon équipement, conduire une moto devient une activité aussi cool qu'inoffensive. »

Depuis ses débuts il y a deux ans, Tyan et sa moto ont attiré l'attention. Cela lui a notamment permis de participer au Koweït Bike Show en 2014. « Il y avait des motards venus d'un peu partout, on devait être environ 990 », s'est-elle souvenue. « Cette ligne presque sans fin de bikers roulant à mes côtés, c'était à la fois impressionnant et majestueux. »