Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
LE NUMÉRO « FICTION 2013 »

Quelques sorts du Kâmasûtra dont toutes les femmes devraient connaître l’existence

Repoussez votre mari libidineux, contractez le vagin d'une femme éléphant et transformez des bouts de bois en serpents.

par VICE Staff (les filles seulement) ; illustrations
26 Juillet 2013, 8:45am

Comme la plupart des écrits très anciens, le Kâmasûtra peut être interprété de différentes façons : une fenêtre sur l’état d’esprit et les coutumes d’une culture qui a depuis disparu, ou un simple guide pratique pour piner. Mais ce texte hindou vieux de mille cinq cents ans est aussi rédigé de façon à ce que les femmes (et les hommes) de n’importe quelle époque puissent le trouver utile. En voici quelques extraits (il faut garder à l’esprit que le terme « yoni » signifie « vagin »).

Employé par une femme, un onguent composé de fleurs de nauclea cadamba, de prunier mombin et de jamelonier, peut amener son mari à la détester. Plus vous serez âgée, plus vous vous rendrez compte à quel point ce genre de pommade peut être utile dans le monde réel.
 

Une femme qui entend un homme jouer d’un chalumeau trempé dans les sucs de bahupadika, de tabemamontana coronaria, de costus speciosus, de pinus deodora, d’euphorbia antiquorum et de vajra et kantaka, devient son esclave.
 

Un onguent fait avec le fruit de l’asteracantha longifolia contractera le yoni d’une Hastini, aussi appelée femme éléphant. Cet échange durera une nuit.
 

Si l’on trempe de la laoue sept fois dans la sueur des testicules d’un cheval blanc et qu’on l’applique sur une lèvre rouge, cette lèvre deviendra blanche.
 

Un onguent fait à partir de racines moulues de nelumbrium speciosum et de lotus bleu mélangées à de la poudre de physalis flexuosa mêlée de ghee et de miel, élargira le yoni de la Mrigi, aussi appelée femme biche.
 

Lorsque de la nourriture se retrouve mélangée au fruit de la stramoine, elle cause immédiatement une intoxication.
 

Un onguent composé du fruit de l’emblica myrobolans trempé dans le suc laiteux d’une plante à lait, de la plante soma, de la calotropis jigantea, et dans le jus du fruit de la vemonia anthelmintica, fera blanchir toutes sortes de cheveux.
 

Lorsque des myrabolans jaunes, un prunier mombin, une plante de shrawana et une plante de priyangu sont moulés ensemble et appliqués sur des pots en fer, ces pots deviennent immédiatement rouges.
 

Si une lampe, remplie d’huile extraite de plantes de shrawana et de priyangu, et dont la mèche est faite de tissu et de languettes de peau de serpent, est allumée à côté de longs morceaux de bois, ces morceaux de bois se transforment instantanément en serpents.

Tagged:
VICE Magazine
kama sutra
Stuff
potions
Des nouvelles d'un peu partout
onguents
pommades
Volume 7 Número 7