Dans le cerveau des collectionneurs de tanks

FYI.

This story is over 5 years old.

Photo

Dans le cerveau des collectionneurs de tanks

Chaque année, des milliers de collectionneurs de chars d'assaut se réunissent à Mons, à la frontière franco-belge.
1.12.15

Photos et texte de Anthony Anciaux

Tanks in Town est le plus grand rassemblement au monde de passionnés et de collectionneurs de tanks de la Seconde Guerre mondiale. L'événement dure trois jours et a lieu chaque année, le dernier week-end d'août, à Mons, à la frontière franco-belge. Les milliers de participants viennent du monde entier et on y retrouve plusieurs centaines de véhicules – notamment des blindés, des jeeps, et bien sûr des chars.

Publicité

La passion de ces gens nécessite des moyens importants : l'achat du véhicule, son entretien, son transport mais aussi le kérosène nécessaire à son fonctionnement – certains tanks brûlent des litres de carburant rien qu'au démarrage. Afin de palier à une éventuelle pénurie d'essence durant le week-end, des jerricanes sont disséminés partout sur le site.

La manifestation est née en 1984, quand les autorités de Mons ont souhaité rendre hommage au bataillon américain qui a libéré la ville de l'occupant nazi le 2 septembre 1944. Une dizaine de passionnés ont restauré le char Stuart du commandant et de là est partie l'idée d'un grand rassemblement. L'an prochain, l'événement en sera à sa 17ème édition.

L'ambiance du festival est très festive et familiale. Durant les deux premiers jours, les véhicules sont stationnés et exposés sur un grand terrain, dans un bois. De nombreux visiteurs viennent déguisés en soldat de la Seconde Guerre mondiale et se photographient autour des chars. Il y a de nombreuses animations et activités, comme par exemple une bourse d'échange réservée aux collectionneurs. On trouve également des baptêmes en tank et des stands de l'Armée belge. Le dernier jour, il y a une reconstitution de bataille dans des champs, puis un défilé est organisé dans les rues de la ville. La majorité des habitants sortent devant leur porte pour le voir. Le week-end se termine sur la Grand-Place où les plus gros engins sont stationnés pendant quelques heures.

Si la plupart des participants sont fans d'armes à feu et d'instruments de guerre, ils sont heureusement bien encadrés et contrôlés. Aucune arme n'est chargée et aucune phase de la manifestation ne contient des tirs réels. Il n'y a jamais eu d'accident avec blessés mais, une année, un char a perdu sa tourelle en tournant trop rapidement dans la ville. Elle a percuté un véhicule en stationnement et endommagé les pavés.

J'ai été impressionné par les gros tanks américains, tout comme par la jeunesse des participants. Les vétérans de guerre sont de moins en moins nombreux, mais il y a un engouement réel de la part des jeunes. Leur passion a pour origine les récits et images issus des livres et films consacrés à la Seconde Guerre mondiale. De quoi continuer à faire vivre le festival pour encore longtemps.

Publicité

Anthony Anciaux est un photographe belge membre du Collectif Caravane. Retrouvez-le sur son site.