FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Des nouvelles du type qui se nourrit exclusivement de pizzas depuis 25 ans

Il va bien et reste toujours partant pour une quatre fromages.
1.8.14

L'opportunité de détruire la vie de quelqu'un sans l’avoir planifié est un sésame que les dieux vous accordent une seule fois dans votre vie. On a pourtant eu cette seconde opportunité il y a quelques mois, quand les Internets ont été aspirés dans un trip cosmique après la publication de l'histoire de Dan Janssen, dit « Pizzaman », l'homme dont l'Humanité se souviendra de l'exploit – ne rien manger d'autre que de la pâte à pain et du coulis de tomate depuis 25 ans. Qu'il soit encore en vie après un tel régime relevait déjà du mystère scientifique, mais qu'il soit en plus en bonne santé et encouragé par les médecins à continuer dépasse l'entendement.

Le web peut être une drogue puissante, du genre à provoquer une overdose de mails et à griller votre téléphone sans prévenir. C'est ce qui est arrivé à Dan lorsque sa notoriété soudaine a entraîné un afflux sans précédent de demandes d'interviews. On est vraiment désolé Dan. Les chaînes de télévision sud-coréennes en ont même fait un « American food hero ». Les adorateurs de pizzas qui prétendaient suivre le même régime ont déferlé sur Twitter et ont envahi nos boîtes mail comme les hordes de groupies décérébrées qui occupent les files d'attente de certains concerts.

Publicité

On a retrouvé Dan pour lui demander s'il avait besoin de notre aide pour rembourser ses séances de thérapie, mais aussi pour en savoir plus sur le tournant qu'avait pris sa vie depuis la publication de l'article. Heureusement, il n'a pas pris la grosse tête. Il nous a même donné sa permission pour faire un documentaire sur son amour inconditionnel des pizzas. Apparemment, il se méfie toujours autant des légumes.

VICE : Est-ce que ta vie a changé depuis la publication de cet article ?
Dan Janssen : Quand l'article est paru, j'ai pensé qu'il serait lu par quelques milliers de personnes à tout casser et qu'il tomberait dans l'oubli. Le lendemain, mon téléphone s'est mis à sonner toutes les heures. J'ai reçu des demandes d'interview pour des matinales et des émissions radio. J'ai renvoyé paître tout ce petit monde sauf un ou deux, mais ce tapage a continué au moins pendant deux semaines. Les chaînes sud-coréennes voulaient à tout prix une interview. Apparemment chez eux j'étais devenu un héro parce que j'avais réussi à prouver que la théorie du complot occidentale, selon laquelle les céréales sont mauvaises pour la santé, était fausse. J'y comprenais plus rien.

C'est vraiment étrange. Quel impact ça a eu sur ta vie de tous les jours ?
Je n'irais pas jusqu'à dire que ça a bouleversé ma vie, mais je me suis retrouvé brutalement sous le feu des projecteurs, ma boîte mail a vite saturé et mon website professionnel a atteint les 10000 vues par jour. J'ai trouvé ça un peu envahissant.

Publicité

Tu regrettes d'avoir accepté de nous parler ?
Eh bien, je ne sais pas. Non. Ça a un peu pimenté ma vie mais j'ai besoin de voir où ça me mène. Si j'arrive à faire émerger quelque chose de positif de tout ça alors pourquoi pas ? Si au bout du compte un chèque m'attend, alors je ne le regretterai pas. Mais si une poignée de vautours sans scrupules se font du fric sur mon dos en me laissant seul avec juste mon histoire bizarre à raconter sur les plateaux télé, alors oui – j'aurai les boules.

C'est compréhensible. À ton avis, pourquoi les gens s'intéressent autant à ton histoire?
La société nous dicte ce qu'il faut manger pour être en bonne santé. Mais un jour, je suis arrivé sur internet comme le mec à l'hygiène de vie déplorable qui arrive à rester mince, à être en bonne santé et je dis aux gens : « vous voyez, vous pouvez manger n'importe quoi et pas forcément en payer les conséquences ». Je pense que j'ai malgré tout redonné espoir à des gens comme moi, tout en m'attirant les foudres de tous les gourmets du monde.

Un mec est venu nous trouver sur Twitter en prétendant suivre le même régime et nous a harcelé pour qu'on vous présente. Est-ce que ça arrive que des types comme ça te contactent ?
Tout le temps. En fait, j'ai été contacté par la communauté des Picky Adult Eaters qui voulait que je devienne leur porte-parole. J'ai reçu plein d'e-mails. J'ai commencé à flipper. Certains me disaient « je fais le même régime que toi, peut-on se rencontrer ? » et d'autres, c'était carrément « Et si on lançait tous les deux notre pizzeria ? » Il y en a même un qui m'a dit : « J'apprécie que tu soutiennes la cause de la malbouffe, j'ai vécu comme ça pendant longtemps et aujourd'hui j'en paye le prix, mais continue comme ça ! » Ça sonnait un peu comme un avertissement.

Publicité

Ça devait être un peu oppressant. Est-ce que tu as un peu diversifié ton alimentation ?
Non, toujours pas. Grâce à la persévérance de ma fiancée, tous les matins je bois un smoothie à la banane mixé avec des graines de lin, c'est bourré de protéines. Je n'ai toujours pas essayé les légumes. J'aimerais bien essayer un jour, mais je n'ai pas le temps.

À quoi ressemble la pizza parfaite, selon toi ?
C'est quelque chose que je ne vois pas assez souvent. J'ai dû la croiser une ou deux fois dans ma vie, pas plus. La pâte doit être croustillante et pétrie à la main, mais il doit aussi y avoir une croûte un peu dure. Le milieu doit être beaucoup plus moelleux. J'aime bien la sauce tomate nature un peu acide avec de la vraie mozzarella. Il faut savoir rester simple.

Une pâte croustillante, c'est noté.
C'est suffisamment rare pour être noté ! On a une certaine tradition de la pizza aux États-Unis. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui n'aimait pas les pizzas et c'est ça qui est terrible. C'est dingue qu'on fasse toute une histoire pour quelque chose qui nécessite uniquement de la sauce tomate, du fromage et de la farine.

Tu comptes quand même laisser une chance aux légumes ?
Lors du premier rendez-vous avec ma fiancée, nous sommes allés manger une pizza car elle était au courant de ma passion. J'aurais été prêt à aller n'importe où avec elle, mais elle avait décidé que ça serait une pizza – j'ai dit OK, évidémment. Je voulais avoir l'air ouvert et je lui ai demandé quelle garniture elle voulait. Elle m'a répondu qu'elle avait envie de champignons comme si c'était une évidence, alors j'en ai commandé une avec des champignons. La pizza n'a pas fait long feu. Je ne suis pas hostile aux légumes, il m'arrive même d'en manger. Mais pourquoi perdre son temps avec une carotte quand on peut manger une pizza ? Une carotte, c'est juste un légume orange croquant gorgé d'eau, rien de plus.

J'espère que tu changeras d'avis, mais bon appétit quand même.

Cet article a été initialement publié sur Munchies.

Un documentaire sur Dan Janssen paraîtra ici-même le 12 août