FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

CONSEILS EN RELATIONS PUBLIQUES : LE PRESERVATIF ORIGINAL

04 janvier 2011, 1:34pm

Chaque jour, la rédaction de Vice reçoit les emails indicibles de crétins souillés par l'industrie des relations publiques. Le tri de ce genre de déchets est l'une des parties les moins glorieuses du travail d'un rédacteur. Nous recevons toujours des mails d'aristocrates qui veulent nous faire parler de bijoux, des Golden Globes, d'éventuelles idées cadeaux de dernière minute et discuter de l'actrice de La Vie Secrète d'une Ado Ordinaire. Cela signifie qu'il y a des centaines d'êtres humains payés (ce qui est plus déprimant, c'est que c'est probablement en échange d'un bon salaire) pour s'asseoir devant un ordinateur et envoyer au hasard des mails à de grands groupes qui peuvent avoir quelque chose à voir ou non avec leur cible démographique. Qu'ils aillent se faire foutre. On leur souhaite juste de se faire assassiner devant leur famille le jour de leur anniversaire.
En attendant, nous allons atténuer cette bonne humeur ambiante et répliquer. On sait que d'une certaine façon, ça contribue à faire connaître leurs produits de merde, mais avec un peu de chance, on arrivera à ridiculiser ces gens de façon à ce qu'ils ne se risquent plus jamais à nous envoyer de courrier.
Pour commencer, le Comte Gil de Bizemont et le Prince Charles-Emmanuel de Bourbon Parme sont deux bourgeois issus d'une riche famille française, qui se font appeler « les deux Aristocrates » (parce que oui, ils utilisent une particule). Récemment, ils ont eu une idée brillante qu'ils ont appelée le Préservatif Original - des prophylactiques « de luxe » qu'on trouve dans une élégante boîte inspirée de l'univers fabuleux de la joaillerie. On a discuté avec les deux Aristocrates pour voir ce qu'il en était.

Vice : Comment vous est venue l'idée d'un préservatif dans une boîte ?
Comte Gil de Bizemont : L'idée m'est venue lors d'un de mes voyages. Je suis passé par une petite ville du sud de la France dont le nom est Condom. Les Français n'utilisent pas le mot « condom » donc pour moi c'était très drôle. Mon ami et moi avons donc décidé de nous plier aux exigences qualitatives françaises pour faire quelque chose de chic et de luxueux.

Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Nous voulions juste faire quelque chose de sophistiqué, d'élégant, et qui protège bien.

Votre communiqué de presse précise que les préservatifs sont vendus dans une boîte à bijoux afin d'éviter à l'acheteur l'embarras d'avoir des préservatifs sur lui ou sa table de nuit. Vous pensez que les préservatifs embarrassent les Français ?

Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Non. En fait, leur opinion sur les préservatifs a considérablement changé au cours de ces dernières années, parce que c'est une question de vie ou de mort maintenant. Il y a dix ou quinze ans, si vous alliez dans une boîte de nuit avec un préservatif dans la poche, ça vous donnait l'air d'un… je ne sais pas trop comment tourner ça...

Ça vous donnait l'air d'un violeur ?
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Pardon ?
Vous êtes en train de dire qu'un type qui se ramène en boîte de nuit avec un préservatif dans la poche a l'air d'un violeur, non ?

Prince Charles Emmanuel de Bourbon : Non, je dis juste qu'il y a 15 ans, avoir un préservatif sur soi pouvait vous faire passer pour une personne « facile ». Mais aujourd'hui, si vous en avez un sur vous, vous êtes juste quelqu'un qui prend des précautions.

Ça n'a absolument aucun sens. Avez-vous testé les préservatifs vous-même ?

Comte Gil de Bizemont : Bien sûr !

Et vous vous êtes senti bien dedans ?
Comte Gil de Bizemont : Eh bien, pour tout vous dire, il a fait son travail !

Et vous, Charles Emmanuel, vous l'avez testé ?
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Bien sûr ! Comment est-ce que je pourrais gérer une entreprise qui vend des préservatifs sans les essayer ?

Les gens vendent des merdes tout le temps sans les essayer eux-mêmes. C'est beau de voir que vous défendez votre produit.
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Mais non ! Je suis sûr que si une personne vendait... disons des yaourts, elle les goûterait avant de les commercialiser.

Et ça ira pour les hommes qui ont de gros pénis ?

Les deux : Oui.

Pourquoi est-ce que vous vous appelez les « deux aristocrates » ?
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme: Parce que nous sommes tous les deux issus de familles aristocratiques.

Alors vous êtes riches ?
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Ça dépend de ce que vous entendez par « riches ».

Je pense que vous savez exactement ce que je veux dire, le genre de riche qui pense que 13€50 est un prix raisonnable pour trois préservatifs.
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Nous avons mené une vaste étude sur le prix des préservatifs en Europe et aux États-Unis. Le prix de nos produits n'est pas vraiment plus élevé que ceux que vous pouvez trouver sur le marché américain. Je pense que si vous voulez quelque chose de luxueux, il y a une différence. Je ne m'y connais pas trop en voiture, mais je suis sûr qu'il y a une différence entre une Chevrolet et une Cadillac. Pourquoi est-ce que les préservatifs devraient y faire exception ?
Parce que c'est une idée stupide. À vous entendre, on dirait que vous aimez bien le sexe anal. Les préservatifs marchent pour ça aussi ?
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Eh bien, c'est une question intéressante. Je dois dire que c'est la première fois que quelqu'un me pose cette question. Je vais laisser Gil répondre.
Comte Gil de Bizemont : Pour moi, les préservatifs sont pour tout le monde. Je ne pense pas qu'ils soient réservés aux hétérosexuels ou aux homosexuels.

Les hétérosexuels ont des relations sexuelles anales aussi.
Comte Gil de Bizemont : Il faut avoir un pénis pour être plus ou moins humain.

Donc, vous êtes en train de dire que les gens avec des vagins ne sont pas humains ?
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : Je dois dire que la plupart des préservatifs en France sont faits pour les deux sexes.

OK messieurs, je crois que j'en ai assez. Il est évident que vous êtes de véritables pionniers du marché des préservatifs de luxe. Merci d'avoir bavardé avec moi.
Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme : J'ai été très heureux de vous rencontrer, Monsieur Castoro !

ROCCO CASTORO