Publicité
Etats-Unis

Trump vire le directeur du FBI au beau milieu d'une enquête sur sa campagne

Sa décision a surpris tout Washington puisqu'elle intervient au milieu d'une enquête sur une supposée ingérence de la Russie en faveur de Trump lors de la campagne.

par Alex Thompson
10 Mai 2017, 9:42am

Donald Trump a limogé ce mardi soir le directeur du FBI, James Comey. Sa décision, assez brutale, a surpris tout Washington. Elle intervient au beau milieu d'une enquête sur une supposée ingérence de la Russie en faveur de Trump dans la campagne présidentielle américaine.

« Le président Donald J.Trump a informé le directeur du FBI, James Comey, qu'il était limogé », a annoncé le porte-parole de la Maison blanche, Sean Spicer. « Le président Trump a suivi les recommandations du procureur général adjoint, Rod Rosenstein, et du procureur général, Jeff Sessions ».

Deux mois avant son renvoi, le directeur avait déclaré devant le Congrès que le FBI enquêtait sur « les tentatives du gouvernement russe d'interférer dans l'élection présidentielle de 2016 » et tentait de déterminer « s'il y avait eu des liens entre l'équipe de campagne et la Russie ». En mars, Sessions a démenti toute implication, après qu'aient été révélés ses liens proches avec l'ambassadeur russe aux États-Unis.

La raison officielle du licenciement de Comey est la manière dont il a géré l'affaire des mails d'Hillary Clinton, en particulier son communiqué de juillet dernier annonçant la fin de l'enquête, arguant que le FBI n'avait pas recueilli de preuves « suffisantes ». Un mémo de Rosenstein a aussi cité la lettre de Comey au Congrès, dans laquelle il est écrit que le FBI avait trouvé de nouveaux mails de Clinton seulement 11 jours avant le vote de la présidentielle.

Ces deux éléments sont supposés avoir éreinté la candidature de Clinton, et donc aidé Trump dans sa victoire. Le 31 octobre, Trump a jugé que Comey avait le courage d'annoncer que le FBI enquêtait sur de nouveaux emails du scandale Clinton. Trump trouve maintenant que le département de la Justice n'a pas traité Clinton correctement.

« Je ne peux pas défendre les conclusions du directeur sur l'enquête des e-mails d'Hillary Clinton, et je ne comprends pas pourquoi Comey refuse d'accepter le fait qu'il s'est trompé, fait quasi universellement partagé », a écrit Rosenstein dans un mémo à Sessions.

Même Clinton serait d'accord. La semaine dernière, elle avait critiqué Comey pour avoir envoyé la lettre au Congrès trop tard dans la campagne, et dit qu'elle était « presque sûre qu'elle aurait gagné » s'il l'avait envoyée plus tôt. Comey s'est défendu le lendemain devant le Sénat. Il a expliqué avoir eu le choix entre deux mauvaises options : divulguer ou dissimuler.

Rosenstein a cité cette défense dans son mémo comme une preuve du refus de Comey « d'admettre ses erreurs ». Selon lui, il « ne peut pas être celui qui corrigera cette situation ».

Les démocrates ont immédiatement demandé à l'administration Trump si elle utilisait les emails de Clinton comme excuse pour limoger l'homme chargé d'enquêter sur les connexions du président avec la Russie.

« La décision de Donald Trump de virer James Comey maintenant, au beau milieu d'une enquête sur les liens entre l'entourage de Trump et la Russie, est scandaleuse », a déclaré le sénateur démocrate de l'Oregon Ron Wyden. Il a appelé Comey à témoigner immédiatement devant le Congrès.

Wyden siège au Senate Intelligence Committee, chargé d'enquêter sur l'ingérence de la Russie dans l'élection américaine. Il a ajouté que « le président ferait bien de rappeler qu'aux États-Unis, la vérité finit toujours par éclater ».

Au Congrès, les républicains ont toujours soutenu Trump jusqu'ici. La sénatrice Lindsey Graham de Caroline du Sud, d'habitude prompte à le critiquer, a déclaré : « Étant donné la récente polémique concernant le directeur, je pense qu'un peu de renouveau ferait du bien au FBI et à la nation ».


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR