Publicité
Motherboard

Si la neutralité du net est compromise, notre porno va devenir ultra chiant

Pornhub, xHamster, Kink, Redtube et ManyVids se sont associés afin de promouvoir la neutralité du net.

par Samantha Cole
26 Juin 2017, 7:00am

La neutralité du Net - le principe selon lequel, sur Internet, tous les flux de données devraient être traités à égalité - est essentielle. Elle garantit à l'utilisateur la possibilité de regarder le dernier épisode de Game of Thrones en streaming sur le site de HBO à la même vitesse que la dernière vidéo de Pewdiepie sur YouTube, par exemple. Mais pour des entreprises en marge des médias traditionnels, comme l'industrie du divertissement pour adultes, la fin de l'Internet libre pourrait avoir des conséquences économiques désastreuses.

"Sans la neutralité du net, les compagnies qui contrôlent l'accès à Internet auront un pouvoir démesuré et injuste, puisqu'elles pourront désigner quelles entreprises vont réussir et lesquelles vont échouer sur le marché du numérique", a déclaré Corey Price, vice-président de Pornhub, à Motherboard. La semaine dernière, Pornhub a annoncé qu'il rejoindrait 60 entreprises américaines lors d'une journée d'action organisée avant la fermeture des commentaires en réponse à la proposition de la Commission fédérale des communications américaine (FCC) visant à se débarrasser des protections garantissant la neutralité du net.

D'autres entreprises importantes de l'industrie du porn, comme Kink.com, ManyVids et xHamster (mais dont les parts de marché sont moindres face à Pornhub) ont annoncé leur soutien à cette initiative. Nous les avons contactées afin de mieux comprendre en quoi leur activité dépendait étroitement de la neutralité du net.

"Lorsque vous ralentissez l'activité de certaines sections de l'Internet, vous laissez entendre aux gens que certaines idées, certaines sexualités et certaines identités sont inférieures aux autres. Vous leur laissez entendre qu'ils devraient avoir honte d'eux-mêmes."

"Il y a quinze ans, c'était très difficile de trouver du porn fétichiste de qualité sur Internet", explique Mike Stabile, porte-parole du site Kink.com. "Tout le monde nous mettait des bâtons dans les roues : les distributeurs, les entreprises de facturation, les fournisseurs d'accès à Internet. Ensuite, la qualité des connexions Internet s'est améliorée, ainsi que leur vitesse. De plus en plus de gens pouvaient accéder à notre contenu, ils se sentaient moins seuls, moins honteux. Lorsque vous ralentissez l'activité de certaines sections de l'Internet, vous laissez entendre aux gens que certaines idées, certaines sexualités et certaines identités sont inférieures aux autres. Vous leur laissez entendre qu'ils devraient avoir honte d'eux-mêmes. Pire, la pornographie sur Internet perd en diversité, et il devient alors très difficile de trouver autre chose que du vanilla."

Selon Stabile, même si Kink est le plus grand producteur de vidéos BDSM au monde, il n'engrange pas assez de revenus pour faire de la concurrence à YouTube et Netflix en terme de bande passante. Or, il doute fortement que les FAI donneront la priorité au trafic de Kink.com, dont les vidéos sont un peu trop "alternatives" pour le tout-venant. Cela ne signifie pas pour autant que leur contenu sera bridé de manière systématique, mais le site devra revoir ses formats, en remplaçant certaines vidéos par des galeries photo et des gifs, par exemple.

Alex Hawkins, porte-parole de xHamster, explique que son site héberge essentiellement des vidéos amateur. Celles-ci sont uploadées par des personnes comme vous et moi qui veulent exhiber leurs pratiques sexuelles. Or, la différenciation des vitesses Internet en fonction des sources aura probablement un effet direct sur la sexualité de ces personnes, dont le but premier est de partager leurs expériences avec d'autres.

"En tant qu'entreprise internationale, nous faisons de la veille sur les activités des gouvernements. Or, ceux-ci utilisent des outils de régulation toujours plus sévères et plus agressifs pour contrôler Internet. Ils étranglent le trafic pour limiter l'accès au porno, mais aussi pour invisibiliser certains discours politiques", a déclaré Hawkins. "Les gens ont tendance à oublier, surtout aux États-Unis et en Europe occidentale, que parler de sexe, c'est politique. Les gouvernements qui restreignent l'accès au porno sont généralement les mêmes qui limitent l'expression des sexualités, les droits des LGBTQ, les droits des femmes et l'accès aux idées."

"Même aux États-Unis, les politiciens qui luttent contre la pornographie veulent imposer une version normative, hétérosexuelle, de la sexualité", ajoute-t-il. "On les fait flipper." Hawkins explique que xHamster possède des millions d'utilisateurs en Iran, en Arabie saoudite et en Malaisie, des pays où le porno est presque entièrement interdit. Alors certes, comme le ruisseau de montagne, le porno trouve toujours un chemin vers son public. Mais les personnes qui trouvent un moyen habile de contourner l'interdiction sont rares, et l'immense majorité des utilisateurs n'y parviennent pas, faute de compétences techniques.

"La neutralité du net risque d'aligner les États-Unis sur les régimes les plus conservateurs du monde, pas seulement pour le porno, mais en ce qui concerne la sexualité en général'", ajoute Hawkins. Chez ManyVids, Sed Dehan (PDG) et Anthony Moretti (directeur technique) expliquent qu'il faut donner aux créateurs de contenu l'opportunité de repousser les normes sexuelles et de briser les tabous.

La proposition de la FCC, en l'état, compromet l'autonomie remet la représentativité des goûts sexuels entre les mains des fournisseurs d'accès. Veut-on que les FAI décident quelles sexualités sont légitimes, et lesquelles ne le sont pas ? Est-ce vraiment leur rôle ? Personnellement, je ne veux pas d'un futur où Bouygues pourrait m'interdire de regarder mon hentai tranquillement.

"Les gens qui ont des fantasmes un peu étranges subissent déjà une pression sociale importante et sont obligés de cacher leurs goûts du mieux qu'ils peuvent. Ils ont le sentiment d'être hors norme, ce qui n'est pas nécessairement agréable", expliquent Dehan et Moretti dans un communiqué. "Nous voulons créer un espace qui accueille ces individus, afin qu'ils comprennent qu'ils ne sont pas seuls. Sans la neutralité du net, le porno va devenir ultra chiant."