Publicité
Environnement

Comment pousser les chrétiens à s’intéresser au changement climatique

Tout simplement en parlant leur langage.

par Mary Retta; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
31 Juillet 2019, 7:26am

IMAGES VIA WIKIMEDIA COMMONS.

Une nouvelle étude réalisée par le programme de communication sur le changement climatique de Yale montre que l’un des moyens les plus efficaces pour pousser les chrétiens à s’intéresser au réchauffement de la planète est de leur parler de « protection de la création de Dieu ».

L’étude, intitulée « Une approche fondée sur l'identité sociale pour engager les chrétiens dans la question du changement climatique », a testé divers messages religieux, moraux et sociaux afin de trouver le meilleur moyen de sensibiliser les personnes chrétiennes aux efforts de justice environnementale. Les résultats ont montré que beaucoup de chrétiens voyaient le problème du changement climatique à travers le prisme religieux plutôt que scientifique ou environnemental. Pour les convaincre, il suffit donc de parler leur langage.

« L’un des principaux objectifs de notre centre est de pousser le public à agir contre le changement climatique, explique Matthew Goldberg, chercheur à Yale et principal auteur de l’étude. Étant donné qu'environ 70 % des Américains s'identifient comme étant chrétiens et que les chrétiens ont généralement un impact énorme sur la politique de ce pays, nous les considérons comme un public inexploité à cibler avec des messages religieux et moraux. »

Pour l'étude, Goldberg et son équipe ont élaboré des messages sur le changement climatique spécifiquement destinés aux chrétiens afin de souligner la valeur normative du souci de l'environnement chez les personnes de foi chrétienne. Les chercheurs ont découvert que les messages sur le changement climatique qui mettaient l'accent sur la religion – « Les humains ont la responsabilité de prendre soin de la création de Dieu » – avaient un impact beaucoup plus fort sur les chrétiens que les messages de motivation sans orientation religieuse. L'étude a également révélé que les résultats ne variaient pas selon l'idéologie politique et que les messages religieux étaient aussi efficaces sur les chrétiens libéraux que conservateurs.

« En 2017, de nombreux chrétiens ont montré leur indifférence à l'égard du retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, déclarant que Dieu serait capable de gérer toute catastrophe environnementale »

Aux États-Unis, environ 30 % des gens ne croient pas au changement climatique et 42 % ne croient pas qu'il soit anthropique, selon l'étude de Goldberg, malgré le consensus scientifique selon lequel il est, en fait, à la fois réel et largement de notre fait.

Historiquement, de nombreux chrétiens, en particulier les évangéliques, ont été réticents à accepter le réchauffement climatique ou d'autres changements environnementaux, citant une liste de raisons religieuses et sociales. En 2017, de nombreux chrétiens ont montré leur indifférence à l'égard du retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, déclarant que Dieu serait capable de gérer toute catastrophe environnementale. De nombreux chrétiens notent leur malaise à l'idée de s'engager dans l'activisme environnemental, car le mouvement est souvent considéré comme un terrain très libéral. Cependant, ces idéologies semblent changer. Et pour certains, le christianisme et l'activisme en faveur du changement climatique ne s'opposent pas – ils se complètent.

« Ma foi régit tout ce que je fais, et au cœur de cette motivation se trouve la doctrine sociale catholique, explique Dan Misleh, un chrétien dévot et directeur exécutif du Catholic Climate Covenant, une organisation basée à Washington qui cherche à sensibiliser la communauté catholique américaine au changement climatique et à l'action climatique. « Notre travail est centré sur l'aide aux communautés dans le besoin. Mais nous sommes aussi chargés de façonner les croyants de sorte à ce qu’ils reconnaissent que cette crise est à la fois sociale et environnementale. »

Goldberg note que le simple fait d'avoir des conversations sur le changement climatique s'est avéré l'un des moyens les plus efficaces pour que les gens en viennent à accepter la science climatique. Et des personnalités chrétiennes influentes, comme le pape François et la militante écologiste Katherine Hayhoe, ont publiquement exprimé leur soutien à cette cause.

C'est l'effet recherché par Goldberg. « En tant que chercheurs, nous espérons que l'étude inspirera d'autres recherches sur les moyens de faire participer des personnes issues de différents groupes démographiques par le biais de ce type de messages, dit-il. Nous espérons aussi que les résultats encourageront les gens à aborder davantage la question du changement climatique avec leurs amis et leur famille. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
Religion
catholicisme
identité
réchauffement climatique