FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Levée de fonds pour la construction d’un troisième temple juif à Jérusalem

Un groupe juif basé aux États-Unis a levé plus de 90 000 dollars sur une plateforme de financement participatif pour construire un temple sur le mont du Temple à Jérusalem, un projet que ses détracteurs qualifient d'illégal.
14.10.14
Photo via Flickr

Un groupe basé à Jérusalem veut construire un temple juif sur l'un des sites les plus contestés de Jérusalem, et a déjà levé 90 000 dollars (environ 70 000 euros) pour en dessiner les plans.

L'institut du Temple, qui se décrit comme une « organisation de recherche dédiée à la préparation de la construction d'un troisième temple » a utilisé la plateforme de financement participatif Indiegogo (plus souvent utilisée par des artistes indépendants et des musiciens que par des théologiens juifs) pour les aider à financer les plans du bâtiment destiné à remplacer le second temple de Jérusalem détruit il y a près de 2000 ans.

Publicité

Cependant, le projet serait construit sur le mont du Temple (Haram al-Sharif en Arabe), l'un des sites les plus disputés au monde, et extrêmement symbolique pour au moins trois religions. Construire, ou même proposer de construire quelque chose à cet endroit est très polémique, voire farfelu. Le site donne l'accès au Dôme du Rocher ainsi qu'à la mosquée al-Aqsa, et est sa protection par les forces israéliennes. L'accès au site est très limité pour les Palestiniens, et il est souvent le théâtre de combats.

Le projet, affirment ses détracteurs, est non seulement une insulte aux Palestiniens, c'est aussi une violation directe des termes d'utilisation d'Indiegogo, dans lesquels il est statué que « les propriétaires des campagnes de financement n'ont pas le droit de lever des fonds pour des activités illégales, de causer des dommages aux personnes ou aux biens, ou d'arnaquer les gens ».

Un porte-parole du site a dit à VICE News que la campagne « Build The Third Temple »« était conforme aux termes d'utilisation du site ». Mais Ingrid Jaradat Gassner, de la coalition civile pour les droits des Palestiniens à Jérusalem a affirmé que la proposition était « illégale » au regard de la loi internationale.

« Israël est le seul pays au monde qui considère que Jérusalem-Est fait partie de l'État d'Israël », a-t-elle dit à VICE News. « D'après la loi internationale, l'annexion des territoires de Jérusalem-Est est illégale, et aucun État n'y reconnaît la souveraineté d'Israël. De nombreuses résolutions de l'ONU affirment que Jérusalem-Est, avec la vieille ville et ses sites religieux, font partie des territoires palestiniens, dont la souveraineté appartient au peuple palestinien ».

Publicité

Ingrid Jaradat Gassner a aussi appelé Indiegogo à retirer la campagne de leur sire internet. « Le projet est une incitation au conflit, à la destruction, à la haine et non à la paix » a-t-elle dit. « Indiegogo devrait être au courant que c'est une campagne illégale selon leurs propres termes, qui viole la loi internationale, les droits de l'homme, qui résulte en la destruction de la propriété, incite à l'intolérance religieuse, à la haine et à la violence ».

L'institut du Temple a refusé de commenter avant la fin de la fête juive de Rosh Hashanah, mais a renvoyé VICE News a sa page de financement, où il est mentionné que l'argent est destiné à dessiner des « plans » pour la construction du temple.

« L'objectif de la campagne est de récolter 100 000 dollars, pour que l'institut du Temple puisse produire les plans pour l'édifice », précise la page. « Chaque dollar donné vous fera prendre part au futur, directement impliqué dans une reconstruction éventuelle du Temple ».

Construire un temple juif sur le mont du Temple serait sûrement à l'origine d'un bain de sang. Mercredi, des affrontements entre de jeunes palestiniens et la police israélienne ont eu lieu.

Le site est au coeur du conflit depuis 1967, quand Israël a occupé Jérusalem-Est, comme le reste de la Cisjordanie, une partie du désert du Golan et Gaza.

En 2000, alors qu'il faisait campagne pour le poste de Premier ministre, Ariel Sharon a visité la mosquée accompagné de 1000 policiers, ce qui a rendu les Palestiniens furieux, et a conduit à une escalade de violence qui a mené à la seconde Intifada.

Publicité

La ligne dure a longtemps poussé pour la construction d'un « troisième temple » à cet endroit, mais alors que cette idée improbable est généralement ignorée par la majorité de la société israélienne, elle a récemment regagné de l'intérêt.

Après les échauffourées de mercredi, le ministre de l'intérieur israélien a déclaré que les fidèles juifs devaient avoir un accès direct à l'enceinte, où ils ne peuvent actuellement pas prier.

La guerre à Gaza de cette été, qui a tué 2131 Palestiniens, principalement des civils, 66 soldats israéliens et 6 civils a aussi été à l'origine d'un nouveau du sentiment religieux en Israël, certains allant même jusqu'à appeler ce conflit « la guerre de Dieu ».

Le rabbin Chaim Richman, le directeur de l'institut du Temple a expliqué au journal israélien Haaretz que l'initiative du groupe était liée à la guerre mais que le groupe ne voulait pas d'une confrontation avec les Palestiniens au sujet du mont du Temple.

« Il ne fait aucun doute qu'il y a une connection avec l'opération « bordure protectrice » (la guerre de cet été) », a-t-il affirmé. « Il est important de noter que l'on n'a aucune intention violente…. Il y aura un temple quand on aura l'amour du monde, quand les gens nous soutiendront et nous demanderont de construire le Temple. Pour l'instant on récolte des fonds ».

L'institut du Temple se réfère au projet de construction comme à son « obligation biblique », et suffisamment de donneurs semblent prêts à participer à la campagne. Alors qu'il reste encore 33 heures d'ici la fin de la campagne, presque 90% de leur objectif ont été récolté sur l'objectif de 100 000 dollars.

Publicité

Le groupe promet un ajout moderne au projet biblique.

« Tout en respectant strictement les exigences religieuses énoncées dans les textes bibliques, le troisième Temple sera également équipé de tout le confort moderne : système informatique, parking souterrain, contrôle de la température, ascenseurs, transports publics, accès en fauteuil roulant, et bien plus encore », explique la page Indiegogo.

On ne sait pas encore bien ce que le groupe fera des fonds récoltés si le projet ne se réalise jamais. Mais les créateurs de la campagne semblent convaincus de la nécessité de transformer ce plan ambitieux en une « réalité ».

La vidéo qui explique les objectifs du projet sur la page de collecte de fonds montre des plans et des rendus pour une construction qui n'a été approuvée par aucune autorité.

Comme souvent sur le site, le groupe offre des « rétributions » correspondant aux différentes contributions, depuis une « mitzvah », une bonne action, à une « visite exclusive » des plans et un tour guidé du site avec le directeur de l'institut pour 50 000 dollars.

Les donations sur Indiegogo sont déductibles d'impôts aux États-Unis.

Ingrid Jaradat Gassner ajoute : « puisque l'organisation recueille des dons aux États-Unis, les autorités américaines compétentes devraient être alertées et empêcher tout transfert de fonds de ce compte vers Israël, de geler la déduction d'impôts, et lancer une enquête sur les violations potentielles de la loi américaine commises par la promotion et le financement de ce projet illégal sur les terres occupées de Jérusalem-Est ».

Suivez Alice Speri sur Twitter: @alicesperi

Image via Flickr