Publicité
Crime

Deux morts au Burundi alors que des milliers de personnes manifestent contre un troisième mandat du président

La police antiémeutes est intervenue avec des canons à eau, du gaz lacrymogène et des munitions pour disperser la foule après l'annonce de la décision de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat.

par Colleen Curry
26 Avril 2015, 5:40pm

Photo de Thomas Mukoya/Reuters

La police au Burundi a tué deux manifestants, et un troisième est dans le coma après les violents affrontements qui ont éclaté ce dimanche. Les manifestants étaient descendus dans la rue pour protester contre la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, bien que la Constitution limite à deux les mandats consécutifs que peut exercer un président. L'opposition a appellé à de nouvelles manifestations ce lundi.

Dimanche, des milliers de manifestants se sont rassemblés dans la capitale du pays Bujumbura. La police antiémeutes est intervenue avec des canons à eau, du gaz lacrymogène et des munitions pour disperser la foule, d'après la BBC. Une vidéo montre la police frapper un manifestant à coups de batons, et charger sur un autre groupe, leurs boucliers antiémeutes levés.

À lire : Au Burundi, le gouvernement menace des manifestants

La vidéo d'une chaîne de télévision locale montre des piles de pneus en feu dans les rues et des affrontements entre des groupes importants de manifestants et la police, équipée d'un arsenal antiémeutes.

L'annonce de Pierre Nkurunziza a réveillé la peur d'une nouvelle guerre civile. Le dernier conflit, qui avait opposé Hutus et Tutsis a duré 12 ans, et a fait 300 000 morts. Il a pris fin officiellement en 2005. Le traité de paix a été négocié par l'Afrique du Sud et les Nations Unies, qui ont passé des années à désarmer les anciens soldats et les rebelles.

Pierre Nkurunziza a été porté au pouvoir par le parlement à la fin de la guerre. Le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, a nominé Pierre Nkurunziza comme le candidat pour un troisième mandat, en avançant que la première fois, il n'a pas été élu au suffrage universel direct, et qu'il peut donc légalement se présenter à un nouveau mandat. Pierre Nkurunziza a interdit les manifestations après avoir annoncé son intention de se représenter. Les élections auront lieu en juin.

La Croix Rouge a confirmé à Reuters que deux personnes étaient mortes. « Deux manifestants ont été tués par la police, quatre autres ont été blessés, et l'un d'eux est dans le coma après avoir été touché par une balle, a déclaré Alexis Manirakiza, le porte-parole de la Croix Rouge à Reuters.

L'ONU rapporte que des milliers de Burundais sont dans des camps de réfugiés au Rwanda et en République Démocratique du Congo, où ils ont fui pour échapper à la montée de la violence et des tensions politiques. D'après Reuters ils seraient environ 17 000 réfugiés.

À lire : Au moins 47 rebelles désarmés auraient été « exécutés » au Burundi

Le Haut commissaire aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein a déclaré dans un communiqué publié plus tôt ce mois-ci qu'il y avait une augmentation des harcèlements politiques, des intimidations et des actes violents, ainsi qu'une augmentation des discours de haine à l'approche des élections.