Le monde s’effondre mais l’accès à Internet s’améliore

À cause de la fonte des glaces, il est désormais possible d’installer des câbles fibre optique dans l’océan Arctique.

|
04 Juillet 2016, 8:13am

Photo: Boris Wise/Flickr

Le changement climatique est le plus souvent porteur de nouvelles catastrophiques pour le monde. Cependant, c'est lorsque le moral est au plus bas et les températures globales au plus haut, que, cynisme à l'appui, on peut se réjouir de l'une des rares conséquences positives de ce phénomène. Ainsi, à cause de la fonte des glaces dans l'océan Arctique, on a pu pour la première fois installer un câble de fibre optique sous-marin de 15 000 km afin de relier l'Europe et l'Asie.

En effet, on oublie facilement que le réseau Internet est sous-tendu par un vaste réseau de câbles qui zigzaguent sur plus de 965 000 km sur le plancher océanique. De ces longs câbles enchevêtrés dépendent toutes nos communications internationales, et la taille de ce réseau n'a fait qu'augmenter ces dernière décennies, proportionnellement à l'activité sur Internet.

Jusqu'à très récemment, les navires que l'on utilise d'ordinaire pour déployer les câbles entre les continents ne pouvaient pas naviguer au niveau du passage du Nord-Ouest, ce couloir maritime d'environ 1 500 km de long qui relie l'océan Atlantique à l'océan Pacifique. Mais aujourd'hui, cela a changé.

L'année prochaine, les habitants de l'Arctique auront enfin accès à Internet.

« La couverture de glace a considérablement régressé en l'Arctique ; nous observons ce phénomène depuis que nous avons commencé à cartographier ce territoire à l'aide de satellites utilisant une technologie par micro-ondes passives, dès 1979, », explique Laurence C. Smith, professeur de géographie à l'ICLA et auteur de The World in 2050.

Smith étudie l'Arctique depuis 24 ans. « La rapidité et l'ampleur des changements physiques ont été étonnants, » explique-t-il.

Ainsi, les navires câbliers peuvent maintenant passer au sud du passage du Nord-Ouest. Cela est synonyme d'un meilleur accès Internet pour les personnes vivant dans la région Arctique, et, à terme, d'une infrastructure Internet mondiale plus robuste.

Un porte-parole de Quintillion Networks, l'opérateur de télécommunications responsable de l'installation des câbles, explique que la première étape du projet démarrera ce mois-ci. Il s'agira d'enterrer un câble sous-marin relié aux lignes terrestres de Fairbanks, en Alaska, afin de soutenir les points d'accès à large bande dans six communautés du nord de l'Alaska.

Les résidents de cette région, qui vivent parfois dans des zones extrêmement isolées, ne dépendront donc plus exclusivement de systèmes satellitaires et hertziens coûteux pour leurs télécommunications. Pour nombre d'entre eux, ils obtiendront un accès Internet à un prix abordable pour la première fois, et pourront utiliser des services nécessitant une connexion haut débit, comme le streaming. La société explique que ce réseau devrait être prêt début 2017.

Par la suite, Quintillion Networks étendra son réseau à l'Europe et à l'Asie ; les deux continents seront directement reliés par câble pour la première fois.

En plus de réduire la latence des communications, les câbles arctiques renforceront les systèmes de communication mondiaux puisqu'ils seront en partie redondants avec les câbles existants. En effet, le réseau actuel est vulnérable à de nombreuses menaces, des tremblements de terre au piratage à des fins d'espionnage en passant par les morsures de requins occasionnelles. Les dommages causés peuvent avoir des effets considérables sur la vitesse globale d'Internet.

L'année prochaine, les habitants de l'Arctique connaitrons donc une mise à jour technologique majeure qui les mettra sur un pied d'égalité avec le reste du monde. Difficile de se réjouir vraiment de la situation étant donné le phénomène climatique qui lui a préludé. Au moins, désormais, les personnes les plus affectées par le changement climatique pourront désormais tout lire à ce sujet… sur Internet.