Sports

Le club de rugby de Bourgoin est en galère, et c'est triste

Plus que le projet de fusion avorté entre le Racing Métro et le Stade Français, il est là le vrai drame du rugby français.
29.3.17

Tout le monde s'en fout ou presque, mais le CSBJ, le club de rugby de Bourgoin-Jallieu, est au bord du dépôt de bilan. Il manquerait 1,6 millions d'euros dans les caisses du club, une grosse somme pour l'actuel dernier de Pro D2. Résultat, Bourgoin pourrait se trouver relégué en Fédérale 1, voire en Fédérale 3 avec une fermeture du centre de formation. L'info, rapportée mardi par Le Progrès, a l'air anodine comme ça, mais en réalité, elle est très révélatrice du tour que prend le rugby français depuis plusieurs années.

Publicité

Car avant d'être un obscur club de Pro D2, Bourgoinest un acteur historique du Top 14, finaliste du championnat en 1997 et vainqueur du Challenge Européen la même année. Cette petite ville de 27 000 habitants est très attachée à son club, créé en 1906 dans une région où, malgré la présence d'Oyonnax et du LOU, le rugby n'est pas le sport le plus populaire. Le déchéance de la Berjallie concorde avec la baisse de niveau, moins violente, d'autres clubs historiques du rugby français, implantés dans des villes moyennes, peu à peu dépassés en puissance financière et finalement dans leurs résultats sportifs par les actuels ténors du Top 14. Dax, Mont-de-Marsan, Colomiers, Montauban, Béziers, Biarritz… tous ces clubs ont peu à peu disparu de la première division. Aujourd'hui, ils sont en Pro D2.

Pire encore, enterrer le CSBJ en Fédérale 3 reviendrait à fermer son centre de formation, car seuls les clubs de Top 14 et de Pro D2 sont habilités à s'occuper de polir les talents bruts de demain. Or, à ce niveau, les Berjalliens ont toujours su y faire. Il suffit de regarder la liste des joueurs formés en Isère pour s'en convaincre. Dans le désordre : Papé, Nallet, Chabal, Thion, Glas, Leflamand, Venditti, Bonnaire, Julien Pierre, Parra, Yann David…

Dans les années 90, le club parvenait encore à conserver ses meilleurs joueurs comme Marc Cécillon ou l'actuel entraîneur Alexandre Péclier, mais ces cas de figures se sont faits de plus en plus rares au fil du temps. A tel point qu'aujourd'hui, le CSBJ est en danger. Et avec lui tout un pan du rugby français.

Photo Flikcr via Laurent Mayet