Aydın Büyüktaş n’en a toujours rien à foutre des dimensions
Toutes les images sont publiées avec l'aimable autorisation d’Aydın Büyüktaş.
photoshop

Aydın Büyüktaş n’en a toujours rien à foutre des dimensions

Après avoir transformé sa ville façon « Inception », le photographe turc a retourné les États-Unis.
13.3.17

Manipulant l'horizon de la Terre avec une facilité déconcertante, Aydın Büyüktaş se joue complètement des limites de la vision humaine. Le photographe turc photographie des villes et des paysages avec un drone et retourne littéralement l'horizon. Après avoir retourné sa ville de résidence, Istanbul, il s'est attaqué aux États-Unis l'an dernier — toujours inspiré par le roman de science-fiction Flatland : A Romance of Many Dimensions d'Edwin Abbott.

Publicité

Deux mois de préparations, un mois de prises de vue aérienne et plusieurs mois de post-production plus tard, Büyüktaş sort Flatland II. Au total, ce sont plus de 10 000 kilomètres de champs, routes, stades, déserts, parkings, lignes ferroviaires que le photographe a étirés pour créer, comme il le dit « un point de vue pluridimensionnel romantique ».

Des extraits de Flatland II ci-dessous.

Retrouvez d'autres photos d'un point de vue pluridimensionnel romantique en allant faire un tour sur les comptes Facebook ou Instagram d'Aydın Büyüktaş.